Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 13:42

 

Pirkei Avot

 

"Rabbi Eléazar, fils d'Azariah disait : Sans pain…"

 

Par le Dr Reuven (Roger) Cohen    

 

 

Sur un poème d'Eugène Pottier:

 

"C'est assez languir en tutelle,

L'égalité veut d'autres lois,

Pas de droits sans devoirs, dit-elle,

Egaux, pas de devoirs sans droits !"

(Eugène Pottier: "L'Internationale, 3ème strophe, Paris, Juin 1871")*

 

Vêtu d'une légère chemise blanche à manches longues qu'il portait sur un long pantalon noir, il avait l'allure par cette chaleur, d'un gentleman égaré. Mais son large chapeau de paille et ses sandales de caoutchouc le situait sur cette plage qu'il parcourait, aller et retour, une caisse frigorifique pendue à son épaule en criant à tue-tête "Artic, Kartiv, glaces et rafraîchissants!" En général, les vendeurs ambulants de glaces ne dépassent pas la trentaine. Lui devait avoir plus de 60 ans et semblait animé d'une énergie de jeunot.


Les estivants allongés sur la plage semblaient le connaître. En achetant leurs esquimaux, certains échangeaient avec lui quelques mots, d'autres lui serraient la main, d'autres encore le retenaient un instant.

"Qui est-ce, demandais-je à Mikhal ?"

"C'est Rebbe Haïm, me répondit-elle, un sage entre les sages, mais un peu particulier ! Attends, je vais te le présenter". Elle lui fit signe, non sans avoir auparavant jeté son paréo sur ses épaules. Je la fixais tout étonné de son geste. "C'est pour le respecter, me dit-elle. Il travaille sur la plage depuis de nombreuses saisons. C'est un Rébbé. Mais un Rébbé pas comme les autres".


Il s'approcha de nous et Mikhal lui demanda des esquimaux et me présenta. "Rebbe Haïm, je vous présente Roni, un ami de Beer-shev'a, lui dit-elle. Il est venu me rendre visite car la plage lui manque. Je lui ai dit qu'il gagnerait à connaître un homme "sage" comme vous !"


Il me serra la main, et sous les pans de sa chemise, je vis qu'il portait les "Tsitsiot", ces mèches de fils tressées que portent les religieux.

"Comment se fait-il qu'à votre âge vous travaillez dans ce genre de travail harassant, lui demandai-je ?"


"Il est écrit : 'Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front', me répondit-il, et il me tendit l'esquimau. Les papiers au panier, ajouta-t-il en souriant, comme pour clore l'entrevue".


Mais j'insistais. 

"Cependant, les Rébbés de votre âge que je connais, ne travaillent pas ainsi ! Ils enseignent, par exemple, quelques heures par semaine et reçoivent pour cela un petit salaire des Institutions religieuses de leur localité. Ceux qui vivent de cette manière ne se comptent pas par dizaines, mais par centaines !

Il ôta ses lunettes de soleil, plongea son regard dans le mien, et répéta en insistant d'un mouvement de son indexe : "Il est écrit : 'A la sueur de ton front' ! Tout le reste est affaire d'interprétation, de 'sages commentaires' qui s'éloignent de ce qui est écrit dans Notre Livre Sacré".  

J'eu un haut le corps. J'étais en présence d'un Rébbé qui, par son conformisme, son attachement à "La Lettre", parlait, toute distance respectée, comme parlait Luther il y a un demi-millénaire !


Il demandait de revenir au Texte Ecrit et de le respecter tel que nous l'avons reçu. Il bousculait cette tradition, plus de deux fois millénaires, de La Thora transmise par l'Ecriture et de La Thora transmise par La Parole, toutes les deux reconnues comme valables. Je voulus ajouter quelques mots, mais il me fit un petit signe d'adieu et s'éloigna.        

 

"Ce Rébbé est un Révolutionnaire, dis-je à Mikhal. Les Révolutionnaires, les Jacobins, eux aussi, demandaient de retourner et de s'appuyer sur l'Ecrit et non sur l'Interprétation de l'Ecrit.

C'est ainsi que, de Révolution à Révolution, prisonniers de leurs codes, de Journées Révolutionnaires à Journées Révolutionnaires, répétant un rite inchangé en France, ils sont parvenus au désastre de La Commune de Paris !"


"Je ne sais pas si Rebbe Haïm est un Révolutionnaire ou pas, me répondit Mikhal. Mais c'est de lui que je tiens ce trait de sagesse qui fait du Travail la condition sine qua non de la Thora, et de la Thora celle du Travail. C'est ainsi qu'il agit, et c'est sa conduite qui me le fait respecter. Il répète, à qui veut bien l'entendre, cette maxime de Rabbi Eléazar, fils d'Azaria: "Sans pain point de Thora, sans Thora point de pain".


 

 

* Le Jacobin Eugène Pottier avait 55 ans, quand, ayant participé aux combats de la "Commune", il se cacha dans une cave pour fuir les massacres perpétrés par les Versaillais .C'est là qu'il écrivit ce poème qui deviendra "L'Internationale".  ("M. Winock et J.-P. Azéma, Les Communards, Paris, 1964").


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Camus 16/01/2010 19:41


Merci Reuven de nous écrire ces contes philosophiques.
Il y a aujourd’hui tant de blogs qui nous transcrivent des dictons tous prêts se reportant sur la Sagesse Orientale, alors que tout a été dit dans nos Mékoroth et spécialement dans nos Pirkei
Avot.
Shabbat Shalom ou Mé-Borakh !

Le 15.01.10


Camus 16/01/2010 19:33


Mikhal a sûrement raison quand elle dit : « Pas de droits sans devoirs, pas de devoirs sans droits ! » Ce qui nous rappelle la maxime de Pirkei Avot citée plus haut. C’est ce qui nous a été
enseigné au Héder et plus tard au Mouvement de Jeunesse Dror. Lorsque j’ai fait mes débuts au kibboutz il y a un demi siècle, j’ai fait de tout pour quitter la comptabilité au profit des
plantations de pommiers, poiriers et pêches.
J’ai toujours trouvé qu’il est plus aisé de travailler en bleu de chauffe qu’en veston et cravate.
A un moment donné j’ai fait partie des cadres dans les industries de textiles. J’ai préféré alors travailler en blue jeans et en T-shirt plutôt que cravaté et costumé.
Merci Reuven de nous écrire ces contes philosophiques.
Il y a aujourd’hui tant de blogs qui nous transcrivent des dictons tous prêts se reportant sur la Sagesse Orientale, alors que tout a été dit dans nos Mékoroth et spécialement dans nos Pirkei
Avot.
Shabbat Shalom ou Mé-Borakh !

Le 45/01/2010


Camus 12/09/2010 11:40



Shabbat Shalom oumébourakh !



Morgane 20/02/2009 10:44

Bonjour Camus
Je passe te souhaiter une bonne journée toute ensoleillée j'espère....
bises amicales

Camus 20/02/2009 11:04


Boinjour, je reviens du Nord. J'ai une petite fille Lyri née le 5 de ce mois. Un ange, toute mignone.
Pour le soleil, il est couvert de sable hier et aujourd'hui un peu moins.
Je t'embrasse.


gisèle 19/02/2009 14:49

un peu plus sur le Jacobin Eugène Pottier sur ce site :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Eug%C3%A8ne_Pottier

Merci Camus