Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2009 7 05 /04 /avril /2009 13:52
Rahem
Par Albert

Deux heures plus tard, alors qu’il est en plein sommeil, il rêve.
Il se voit projeter dans la cour d’un vieil immeuble. Un numéro apparaît nettement, 95. Une plaque ‘...La rue du Fbg du Temple...’ Il voit des portes de partout s’ouvrir,  des gens  qui montent et descendent des escaliers. Il voit de la fumée noire sortir des gouttières. Il entend des voix qui pleurent. Des bébés qui hurlent et qu’on assassine en les frappant  contre des portes. Il entend des gémissements sortis des couloirs, du sang qui s’écoule sur des marches et qui vont droit dans le caniveau. Il a des flashs. Des trains qui s’évanouissent dans le brouillard. Il entend des sifflements dans les oreilles. Il sent des odeurs acres. Il voit ‘son ami’ debout au milieu de la cour tenant son béret dans sa main gauche. Il le voit sourire. Derrière lui se tient une femme avec un bébé dans les bras. Elle l’appelle. Il voit des ombres écraser des corps inertes. Puis, SHLOMO qui se met à pleurer car ces ombres le tiennent par les mains. Ils le traînent. Son béret tombe à terre. Il est piétiné.

Jonathan se réveille en sursaut. Il est tout en sueur. Il s’aperçoit que son ordinateur est éteint.  Il vient de vivre un épisode douloureux se rapportant à la Shoa.

Il reste un moment pensif, tout tremblant,   assis sur son lit puis il se rendort.





Au petit déjeuner...

‘...Hier soir, tu as laissé ton ordinateur allumé, et j’ai vu la photo de CHLOMO. Il est très beau.... !’ Sa maman.

Jonathan ne dit rien. Il boit son lait et mange  sa tartine de pain beurré.

RAHEM.

A Suivre.


Partager cet article

Repost 0
Published by Camus - dans littérature
commenter cet article

commentaires

albert 05/04/2009 21:17

Madame Morgan et vous tous amis connus ou inconnus, les poèmes poésies et chansons faites à l'intention de mes petits enfants.

J'en ai plus de 120 et j'en ai fais un recueil.

Vous apprécierez la musicalité le rythme et tout le reste avec mes belles fautes aussi.

Albert Breitou Abraham Siméoni.

albert 05/04/2009 20:57

La Normandie nenni Madame Morgan.
Je sais par contre où elle se trouve.
Vous devriez lire le BILLET si un jour Monsieur Camus le désire.

Un récit aussi bien long mais qui vous tiendra en haleine.

Cet épisode marquante de votre maman est certainement très émouvant comme le sont tous ces témoignages vécus malheureusement par les victimes de SHOA.

Monsieur Camus a tout le loisir de publier ce qu'il veut car nous avons la même bannière...

RIEN NE FAIT PLUS PLAISIR QUE DE VOUS FAIRE PLAISIR...!!lol.

LA COTENTINE 05/04/2009 20:46

bonsoir...
je suis extrêmement touchée par tous ces textes...il me rappelle des histoires très personnelles...ma maman avait 20 ans en 1940, elle avait un amoureux qui s'appelait David Borodache...elle prenait tous les jours le métro avec lui cachant son étoile de son coude...un matin, atteinte de la gale, elle dut rester chez elle..David a été pris ce jour là dans une rafle...il est mort quelques semaines plus tard, et elle en parle encore, à 89 ans...
elle a toujours une petite photo de son premier amour...
j'ai lu que vous connaissiez la normandie ?? c'est là où nous vivons...
je reviendrais vous lire...
à bientot

Camus 05/04/2009 20:57


L'histoire de votre maman est très touchante. Elle a gardé une petite photo de David ?
C'est très émouvant.
Je suis seulement passé en Normandie dans un voyage organisé. en tous cas c'est une région superbement belle.
Je serais heureux de vous revoir.
A bientôt.


Camus 05/04/2009 20:31

Merci pour cette explication frère.
Hag saméah!

albert 05/04/2009 20:01

Bonsoir Madame Morgan,

Autant vous rassurez Madame, cette narration est imaginaire. Je l'ai souligné dés le début de ce récit.

Je me suis en fait inspiré d'un brouhaha qui, il y a un an à peu près, avait soulevé une polémique dans la classe politique française suite à la proposition de parrainer un jeune juif victime de la SHOA.

Une idée qui par la suite n'a pas vu le jour.

Toutes les tendances politiques s'étaient exprimés défavorablement et Madame Simone Veil est même montée au créneau pour exprimer aussi son mécontentement.

Aujourd'hui, l'idée est abandonnée et l'éducation française pense à autre chose, de moins angoissant pour des enfants bien jeunes.

L'idée fait son chemin bien sur.

Bien à vous.

Hag Sameah.