Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2009 5 17 /04 /avril /2009 11:58

Par Albert SIMEONI

Paris le 8/3/2005.

Tous les évènements narrés dans cette nouvelle sont imaginaires et ne peuvent  constituer un plagiat d’aucune œuvre connue.

Le BILLET IV

 

 

 ‘…Bonjour Monsieur… !

‘…Ah… ! Vous devez être sans doute Adèle, mon frère m’avait averti de votre visite. ! Rentrez ma  fille et surtout ne faites pas attention au désordre… ! J’ai tout de suite compris que vous étiez Mlle Adèle, mon frère m’a tellement parlé de vous que j’avais hâte de vous connaître…. !’ Lui dit-il dans son accent français, matiné de yiddish.

‘…Je suis très touchée par vos paroles et je ne sais que dire… !’

‘…Ne dites rien… !  Venez, je vais vous montrer l’atelier.. !’

‘…J’ai sur moi la recom.. !’

‘…Oh, mais je n’en ai pas besoin, les éloges intarissables de mon frère sur vous, vous dispense de me présenter quoi que se soit, ma fille… ! Allez venez… !’

Il lui fait visiter  le grand atelier où s’affairent une dizaine d’employés pour la plupart des femmes.

‘…Regardez celle là, c’est Tilda, une bonne et vieille machine mais robuste. Je donne toujours un surnom à mes piqueuses, comme un fermier envers ses vaches après tout ne sont t’elles pas mes pies à lait… ? Celle ci c’est Yvonne, en souvenir de ma vieille tante, elle était sourde mais pas celle là, elle vous entend et vous obéit au doigt et à l’œil. Celle que vous voyez là bas, recouverte d’un tissu blanc c’est Gilda, elle a trépasse depuis deux ans mais je me suis tellement attaché à elle qu’il m’en coûte de m’en débarrasser… ! Je n’ai pas le cœur de m’en défaire… ! Vous,  vous aurez Ernestine, mon meilleur modèle, haute technologie  et  surtout fidélité ; une dure à cuire, la maison Singer me là offerte en signe de bons et loyaux services  envers sa  marque… ! Vous convient -elle… ?’

‘…Oui, bien sur et j’ai même hâte de l’entendre susurrer .. !’

‘…Ah ah… ! Et bien elle va vous enchanter, vous commencerez demain si vous êtes libre.. !

‘…Je le suis… ! Je vous suis très reconnaissant  M. Elie… !’

‘…Vous serez  selon votre vœu, payée à la semaine ou au mois au prix de 13 frs  de la journée pour votre production, d’autre part  vous aurez une prime de 3 frs par pièce terminée après la 7 ième… ! Ici certaines ouvrières me confectionnent plus de 12 fourrures/ jour.. !’ (NDLR.  Un franc d’époque équivaut à 1 franc 40  avant l’arrivée de l’Euro, salaire moyen 280 Frs … selon le calcul de ….M. Meyer)

‘…Oh, cela me convient parfaitement, Monsieur Elie, l’important est que je vous satisfasse… !’

‘…Bon alors à demain, ne faites pas attention à Madame Irène, la cheftaine, elle est un peu dure mais au fond c’est un très bon cœur, je la laisse commander mais c’est moi qui décide en dernier recours… !’

‘…Je la respecterai quoiqu’il arrive… !’

‘…Voilà ma fille, donc à demain matin, nous commençons à 8 huit heures précise. Déjeuner entre 13 et 14 heures. Nous terminons à 18 heures… !’

Adèle remercie son nouveau patron. Elle est satisfaite des modalités de son embauche et elle espérait gagner assez d’argent grâce à son savoir-faire.

Sur le chemin du retour, elle fait ses comptes en multipliant les heures par le prix convenu et escompte faire tout au plus deux moumoutes dans les premiers jours nonobstant  les 7 demandées, et augmenter ainsi son pécule journalier. En route, elle fait part de sa nouvelle embauche à Pierre lors d’une nouvelle entrevue chez Fred.  Il partage sa joie.

Chez elle, elle informe sa cousine sur l’évènement et  lui propose de partager le loyer dés sa première paye, ainsi que ses frais de bouche et autres petites charges.

Tout va donc pour le mieux pour Adèle Parmentier.

Quelques mois plus tard, le jeune couple se marie en présence des deux familles et de leurs proches,  dans une salle louée pour la circonstance,  du  côté de la Chapelle,  à Paris. Ils emménagent dans un appartement de trois pièces du côté de Belleville et comme promis, la maman de Pierre se résout,  presque manu militari,  à les suivre emportant avec elle tous les souvenirs de famille. Une chambre lui est attribuée. Les premiers jours sont pénibles pour elle, par la suite elle se résigne et prend goût à l’ambiance familiale. Elle retrouve même une certaine envie de sortir pour se changer les idées. Elle se fait  quelques amies au café de Belleville, La Vielleuse, là où un quatuor de bonnes femmes venues  juives d’Afrique du nord  viennent palabrer, sans fin. Elle commence  à les apprécier et c’est souvent sous les petites boutades de sa bru qu’elle sort chaque dimanche, sans coquetterie,  pour aller rencontrer ‘ ces belles femmes pieds noirs toutes natures et plaisantes’ comme elle le  disait.

Un an  plus tard, Adèle tombe enceinte. Malgré cela, elle demande à son patron de continuer à travailler sur sa machine. Monsieur  Elie, bon père, consent sous la seule condition,  qu’elle mette un bémol  à sa production afin ne pas être trop surmenée car durant toute cette année, elle produisit bien plus que les autres employées allant jusqu’à confectionner plus de 9  moumoutes dépassant  largement la norme établie.

Monsieur  Elie était satisfait par  cette jeune femme travailleuse, sobre,   qui s’attelait sérieusement à sa tache au point qu’il lui fait, un jour, une confidence dans son bureau…

-‘…Adèle, je suis satisfait de votre travail, et je compte vous nommer cheftaine à la place de madame Irène, elle se fait vieille et en plus elle semble épuiser sur sa machine… ! Je ne veux pas précipiter les choses et je souhaite  que cela vienne de sa part, licencier  une femme qui fait partie des meubles,  depuis plus de 40  ans me donne mauvaise conscience…. ! Je vous apprends aussi que vous serez augmentée de 0,50  Frs de l’heure sur votre salaire mensuel…. ! ’

-‘…Oh ...! Merci.... Mr Elie….. ! En ce qui concerne  Madame Irène, vous avez raison, attendez qu’elle fasse le premier pas,  après tout, vaut mieux que cela vienne d’elle que de chez vous.. !’

C’est ce qui  arrive  quelques mois plus tard, Irène démissionne à  58 ans après de bons et loyaux services.

Tout va  pour le mieux dans le foyer des Berthier.

 A suivre…

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Camus - dans littérature
commenter cet article

commentaires

Fethi 18/04/2009 12:43

Bonjour!Très beau récit et j'attends la suite.Bonne journée

Camus 18/04/2009 19:20


Bonsoir Fethi, j'édfite la suite de suite. Merci.


morgane 17/04/2009 15:36

Coucou p'tit Camus
Toujours très interressant.... j'attends donc la suite avec impatience....
J'en ai marre d'Over blog, il n'y a rien qui marche chez moi.....
bon aprèm
gros bisous

Camus 17/04/2009 16:16


Bonjour chère Morgane,
Qu'est-ce qui ne marche pas ? raconte à ton P'tit frère, par mail ce sera plus discret.
Je t'embrasse.


breitou 17/04/2009 13:24

Vous rentrez dans le domaine de Breitou.

Camus 17/04/2009 16:13


Breitou alias Albert, alias RM.
Ecoutez le !


breitou/albert 17/04/2009 13:23

il monte en crescendo.Merci.

Camus 17/04/2009 16:12


Il monte et les sons montent et mon émotion augmente.


albert 17/04/2009 13:22

Pour ceux qui n'ont pas suivi le récit, je leur recommande de le suivre.

Camus 17/04/2009 16:11


Tu azs raison, une récit épatant ! A ne pas perdre une ligne.
A bon entendeur salut.