Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 12:21

Par Albert Siméoni

Le BILLET VI.

 

Un matin, alors qu’il  marche aux abords d’un convoi bourré de victimes innocentes, en partance vers  les camps d’extermination,  Pierre aperçoit un petit billet sorti par la fente d’une porte de wagon. Il jette un rapide coup d’œil  à droite et  à gauche afin de ne pas être surpris par un collègue délateur ou par un soldat allemand. Il s’empare du précieux billet qu’il dépose au fond de sa gamelle. Or, il sait pertinemment d’après le règlement intérieur de la S.N.C.F que tout ramassage de messages destines à autrui,  mettait sa vie en danger. Mais Pierre, courageux et surtout méprisant  envers ses ‘chleus’ comme il les appelle,  ose l’impensable. Il continue son chemin discrètement comme si de rien n’était.

 

 

Il passe le contrôle des papiers à la sortie de la gare de Drancy sous l’œil de son chef de service Maturin Arnaud qui feint de le fouiller.

Il est en chemin vers sa maison quand il décide d’ouvrir ce fameux billet. Il est adresse à une jeune fille…. Par une dame du nom de Henriette, sa maman, pense t’il.

 -‘…Camille, ma chérie, mon trésor,

Papa, moi et tes frères….  Partons pour un long voyage… Je veux que tu sois forte et surtout en bonne santé, ma chérie  lorsque nous reviendrions, mais je ne sais pas quand.. ! Dis à tante Victoria de ne pas s’en faire ….  …! Henriette…ta maman et tes frères qui t’aiment… !’

Suit une adresse en bas de page…. ‘…18  Rue des Annelets…’


Et là fini le message. Il est écrit par une main tremblante et mal assurée.

Il est surpris par cette indication qui met en danger de mort cette tante réceptionniste.

Il rentre chez lui et des images viennent le perturber.

Pierre est dégoûté par cette vision d’enfants et de parents pleurants et gesticulants qu’il croise sur les quais au hasard des gares. Il  vit  durant ses courtes nuits, des cauchemars. Il  entend ces cris de femmes et d’enfants, ces hurlements qui  l’empêchent de fermer l’œil…..

-‘…MOCHE….. ! OU EST MOCHEEEEE…. ! SARAH….SARAHHHH….. !’ 

Qui crèvent son sommeil, par delà les planches des wagons à bestiaux. Sa femme Adèle l’apaisait dans ses moments de crise. Pierre se réveillait souvent en sursaut, durant ses moments remplis  d’angoisse  pour s’assurer  que  son bébé de deux ans est  bien endormi dans son berceau.

Une fois, rassuré, il allumait une cigarette tout en  relisant dans sa tête ce fameux message qui le perturbait. Il s’était promis  d’aller à la recherche de cette dame Victoria afin lui remettre ce court paragraphe écrit sur du papier quadrillé et plié en quatre.

Aurèlie, la maman   avait perdu toutes ses amies. Elle ne sortirait  plus de chez elle, tant que ‘…Ses copines  ne reviendraient pas …A Belleville… ! ’ A  t’elle promis par  un jour de grande tristesse à sa bru. Elle tint parole. 

Au bout de quelques jours, Pierre succombe à la tentation de se  confier à sa femme, Adèle…

-‘…Adèle, cela fait plus de trois semaines que je vis un cauchemar. Tiens,  lis ce que j’ai trouvé entre deux interstices d’un wagon… !’

Adèle se saisit du papier et jette un coup d’œil.

-‘…Mais sais-tu que tu risques ta vie  Pierre…. ?  Et nous avec… !’

-‘…Qu’aurais- tu fais à ma place… ?  Le jeter … ????  Le détruire .. ???? L’ignorer…. ?????  Détourner la tête  face à ces crimes…. ? ??? Tu n’es pas là pour entendre chialer des bébés qui ont l’age d’Edouard  ou observer des enfants agrippés aux jupes de leur maman, elles même accrochées au veston de leur mari qui  montent sans discontinuer dans ces cercueils… ?  Le bruit court qu’ils vont à la mort par delà nos frontières… !  José me la confirmé :  arrivé à la frontière allemande, il est remplacé par un convoyeur polonais qui lui a fait la confidence au péril de sa vie… ! Qu’elle serait ma conduite pus tard  si je ne le  rapportais pas… ?  Ma conscience ne le supporte pas  et j’en souffrirai … ? ….Dit t’il dans un état second….

Puis plus calme….

‘….Adèle…. ! Qu’est-ce que  remettre une insignifiante petite feuille de cahier à deux lignes à une dame… ! Un petit mot important aux yeux de cette mère  qui va sans doute ne plus revoir sa fille, je pense… ! Hein… ? Moi qui n’ai jamais tiré un seul coup de carabine à plombs de ma vie,  j’ai une grande envie d’accomplir une mission sinon je me considérerai  comme un lâche….. !  Cela je ne peux le supporter…Adèle…. ! J’ai raté une guerre et là je vais rater la seconde sans y avoir participe…. ! Des amis cheminots tombent devant moi  pour des broutilles…… ! J’ai vu les soldats, la S.S.  les canarder devant mes yeux… ! Je vois l’horreur toutes les minutes et je suis là, debout comme un macchabée,  la tête basse à surveiller mes rails …. ! Voir nos concitoyens abattus comme des chiens…. Adèle… ? Des billets, comme cela,  il y en a des centaines sur les voies qui volent au grès du vent, des messages d’amour destines à leurs réceptionnaires qui ne les liront jamais, jamais tu m’entends parce que nous devons obéir aveuglement à cet absurde règlement intérieur édité par nos envahisseurs… ! Non Adèle… ! Je ne suis pas d’accord….. !’

Silence puis…Pour terminer…

 ‘…Je pense rejoindre par la même occasion  la résistance, beaucoup de mes amis y sont mais  n’osent l’avouer par peur des représailles allemandes … ! J’ai appris qu’un réseau de cheminots  ‘…VOIE ET LIBERTE..’ S’est constitué  sous le commandement d’un chef du nom de guerre  ‘…Bertrand….’! Mais enfin c’est notre belle France qui part en couilles… ! Et que faisons-nous,  nous pour elle ….Adèle… ? RIENNNNNNNNNNNNNN…… ! ’

Puis il se tait.

-‘…Nous allons y réfléchir à tête reposée demain soir, ok… ! Nous allons réfléchir... !’

A suivre…

Partager cet article

Repost 0
Published by Camus - dans littérature
commenter cet article

commentaires

morgane 19/04/2009 19:00

Coucou Camus
Moi je n'ai pas vécue cette période sombre de l'histoire, par contre elle me passionne et tu le sais..... Je trouve qu'il a raison Pierre, et si il y avait eu plus de personnes comme lui, on aurait pu peut être éviter quelques morts, enfin c'est mon avis.....
@ bientôt pour la suite
douce nuit p'tit Camus
gros bisouillous

Camus 19/04/2009 21:37


Tu auras la suite demain matin.
Et après des articles concernant la Shoa.
Mardi est le jour consacré à la Shoa en Israël.
Grosses bises.