Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 10:00

 

 

Albert SIMEONI

 

Paris le 8/3/2005.

 

Tous les évènements narrés dans cette nouvelle sont imaginaires et ne peuvent  constituer un plagiat d’aucune œuvre connue.

.



Le BILLET XXVIII

 

Pierre sirote un jus, accoudé sur le comptoir du snack,  quand il se sent presque happé par un bras.

Il se retourne et là, il est agréablement surpris de reconnaître Madame Jeannette Loiseau alias Victoria vieillie.

 

-‘…Vous.. ? Ici … ?’ Dit-il en haussant la voix… ! Chérie, maman, les enfants, je vous présente Madame Jeannette Loiseau alias Victoria… !’

 

Victoria sans hésiter prend dans ses bras Adèle qu’elle embrasse. Elle fait de même avec Aurèlie et les enfants…

 

-‘…Puis-je vous le prendre un instant, j’ai tant de choses à lui raconter.. !’

Dit-elle d’une voix assurée malgré son age.

 

Elle s’empare de Pierre et les deux, bras dessus bras dessous, s’attablent au snack bar  du lieu.

 

-‘..Il est temps que je vous raconte presque tout. Je suis née premièrement Cahen. Mon mari était chrétien mais il décéda avant la guerre me laissant avec mes deux enfants, Charles et Romuald.  Mes enfants  vivent  aux States et ils sont dans la finance. Je ne vis pas loin de leur logis à NEW-YORK. Je suis grand-mère six fois. Bon, assez parlé de moi... ! J’étais agent de liaison dans le réseau ‘…VOIE ET  LIBERTE…’ sous  le commandement de Arnaud, colonel alias BERTRAND… !’

-‘…C’était lui mon chef de gare, le Colonel… ? Ca alors… ?’

-‘…Nous priions chaque instant pour qu’il ne fût pas démasqué, il était en rapport direct avec le Field-Maréchal VON LIBZ, qui se suicida quelque temps après dans son bureau, il avait mit toute sa confiance en lui et Arnaud profitait de ses beuveries pour lui présenter de jolies femmes du réseau et ainsi pouvoir consulter secrètement ses dossiers personnels, sans qu’il soit inquiète.  Grâce à cela nous avons pu sauver à temps de nombreuses familles juives destinées à la mort. M. Elie, était un homme important dans la communauté et malgré  nos avertissements, il refusait de partir tant qu’il n’avait pas avertit certains de ses nombreux employés juifs.

Il s’en voulait par moment de n’avoir pas pu sauver la famille de Camille. Au dernier moment, il voulait se déplacer  mais la gestapo l’a raflée avant et nous étions sur le qui vive en ce moment là car elle le soupçonnait de faire partie de notre organisation, alors qu’il n’en était rien. Nous étions tous dans un merdier comme pas possible. M. Elie était un homme important. Il aidait aussi bien les familles démunies chrétiennes que juives, son meilleur ami était  l’archevêque de Paris Monseigneur DEBRAY mais il décéda quelques temps avant l’occupation de Paris par les Allemands. Son remplaçant  Monseigneur  Joseph Romain était un personnage timoré, frileux qui n’osait pas affronter la gestapo au risque de la voir se retourner contre lui.  Il recevait ses ordres du Vatican et il se devait de les appliquer à la lettre sans aucun  état d’âme. M. Elie détenait  une importante liste de noms de compatriotes juifs et chrétiens et au dernier moment, il réussit à la cacher dans une doublure  d’une de ses fourrures, en partance à l’étranger. Les Allemands n’y on vu que du feu. Nous avons retrouvé, plus tard, cette fameuse liste grâce à la perspicacité d un de nos hommes qui faisaient office de gardien d’immeuble, M. Pascal.

M. Elie était aussi dans notre  communauté un homme très respecte, et influent, président d’honneur.   Il détenait aussi la trésorerie de son association. Il m’avait donné, pressentant sûrement son arrestation, la combinaison  du coffre et dés que la mauvaise nouvelle  m’est parvenue, je suis allée retirer une  somme importante qui s’y trouvait. Cela nous a permis de soudoyer des soldats allemands. Huit familles ont ainsi eut la vie sauve.

-‘…Et Camille alors… ? ’

-‘…Camille…. ? Henriette Lévy et ses trois enfants  étaient nos voisins depuis très longtemps. Lorsque la Gestapo est arrivée, Camille était par miracle chez nous. Nous l’avions retenue afin qu’elle ne soit pas aussi embarquée.

Henriette se doutait bien que je faisais partie de la résistance.

Du moins, elle l’avait compris un jour où par erreur, un de nos agents de liaison, commit l’erreur de se tromper de porte et remit un document important à Henriette en lui disant ceci...

 

‘...C’est pour la tante Victoria... !’ Croyant qu’elle Henriette faisait partie du réseau. Ce n’est qu’en le voyant repartir par hasard par ma fenêtre que j’avais compris la méprise.

Et là, j’entends la porte frappée, c’était Henriette, elle me remettait le précieux document en me disant

 

‘...Vous êtes une femme merveilleuse Jeannette... !’

 

Malheureusement, tout se passa autrement pour eux.

 

Quelques mois après la rentrée des nazis  en France, nous avons su ce qu’ils faisaient dans les autres pays de l’Europe envers nos communautés juives. Nous avons été pris de court par la vitesse d’exécution de leurs missions. Nous avons donc  contacté certaines églises et paroisses à Paris et dans toute la France pour leur demander d’héberger des enfants juifs pour un temps limite. Certaines ont accepté sans rechigner alors que d’autres n’ont même pas eu la courtoisie de nous répondre. Nous avons mis en place, avec l’agence juive une sorte de filière ‘…Des enfants pour Israël...’ Camille  était en instance de départ mais votre ténacité, votre courage à aller au fond de votre idéal nous a freiné à la faire immigrer sans que vous lui remettiez avant le message. Vous avez tenu à ce que cela soit vous, que vous le fassiez au risque de mettre sa vie en danger… ! Et notre organisation. Le père Amédée s’impatientait de la prise en charge  qui tardait pour  Camille… ! Nous avons donc laissé faire connaissant pertinemment votre volonté et votre courage.. ! Bon voilà grosso modo, presque toute l’histoire ... !’

 

A suivre...

 

 

Albert SIMEONI

 

Paris le 8/3/2005.

 

Tous les évènements narrés dans cette nouvelle sont imaginaires et ne peuvent  constituer un plagiat d’aucune œuvre connue.

.

Partager cet article

Repost 0
Published by Camus - dans nouvelles
commenter cet article

commentaires

albert 14/05/2009 19:48

Merci Morgan, Sab et tous le peuple silencieux.
Vous lirez à la fin dans le génèrique ce qu'ils sont devenus.
Merci.
Merci aussi à Camus qui a bien voulu passer SON CADEAU.
Bien sur que je dois aussi respecter le calendrier du blog et ne peux le phagociter.

Vous lirez plus tard, lorsque Camus voudra d'autres cadeaux, d'autres récits encore plus poignant comme le tout dernier A CHEM OU KHANA ET OTTO.

Bye.

morgane 14/05/2009 18:17

Ce que j'en pense, j'ai hate de voir la suite savoir ce que sont devenue Camille bien sûr mais Mr Elie et sa famille aussi....
Bravo Albert, c'est très prenant cette histoire, et très bien raconté j'aime beaucoup
gros bisous à tout le monde

sab 14/05/2009 16:05

shalom Albert le talentueux, j'apprécie beaucoup tes écrits que ce soit tes récits ou tes poésies, tu y mets beaucoup d'émotion et chaque jour,je suis heureuse de découvrir la suite

albert 14/05/2009 15:05

Qu'en pensez vous Morgan et vous tous....! Pour le moment...!!!