Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juillet 2009 5 24 /07 /juillet /2009 12:56
Par Albert Siméoni

 

Hammamet le 14 Avril 2009.

 

Récit imaginaire.

 

Le voilà le Breitou de prénom  nom béni, le tune parfait,  venir ici vous narrer un récit imaginé par son patron Albert Abraham lui aussi béni tier.

Un récit qui vous emportera là ou jamais votre malingre imagination  ne peut le faire. Bien sur, qu’on trouve de ceux et celles qui, pour se donner des airs d’écrivains tordus et vicieux jouent les puceaux et les pucelles en narrant des conneries en  faisant croire à notre belle galerie Harissienne réduite à deux chauves et trois couillons, que leurs histoires sont de leurs crues alors qu’en réalité elles ne valent rien du tout.

A court de sujets, ils/elles réalisent des scores si maigrichons que je leur conseille vivement de se reposer les quenottes. Sinon, la bobine va se tarir comme sont taries mes couilles. 

 

Bon allez, reconnaissez enfin que mon inspiration et ma gloire je la tiens de Achem. Avec bcp de modestie.

 

Vous, vous ne tenez rien que du malaise farci de platitude.

 

AU THEATRE CE SOIR.

 

Pièce en 4 Actes et 20 scènes.

 

Dans les rôles de...

 

Khana    Steinberg…..La fille des Steinberg. 10 ans.

Akchim.

 

Hans, Gurt, Willy ses frères……….18 ans, 14 ans, Willy  4 ans.

Camus, Freddy et Vivi.

 

Reinhard  Steinberg…..Le père déporté.

Meyer.

Olga        Steinberg…..La maman déportée.

Fanfina.

Isaac       Steinberg…..Le grand-père paternel déporté.

Blata.

Octave    Steinberg…..Le grand-père maternel déporté.

Braham.

Otto        Pimenger…..Le jeune garçon, ami de Khana.

Breitou.

 

Eva Simpson...............La seconde assistance anglaise.

MaYte.

 

David     Rosenberg….L’avocat juif.

Breitou double rôle.

 

Burst      Holkoze.........Le doyen du barreau de Fribourg.

Meyer double rôle.

 

SHIMON ABRAHAM BAR SHAI COEN Le Rav de Fribourg.

 

Braham double rôle.

 

Rappel historique.

Source Google.

 

Willy Brant chancelier. 1969.

La guerre de Viêt-Nam. 1959/1975.

La nuit de Cristal du  9/11/38 au 10/11/38.

Fin de la seconde guerre mondiale en Europe 1945.

Entrée  des forces américaines, anglaises et françaises dans Berlin en Juillet 45.

 

Tous les événements narrés dans cette nouvelle sont imaginaires et ne se rapportent à aucun fait réel connu ou déjà relaté.

Les noms et prénoms sont fictifs ainsi que les lieux.

 

 


 

 

Acte I. Scène I.

 

A CHEM.

KHANA ET OTTO.

 

 

‘...Khana est aux petits soins envers  son jeune compagnon Otto...’

 

1945 à Berlin.

La fin de la guerre approche.

 

Dans Berlin dévasté par les bombes, Khana et Otto, debout sur la pointe des pieds et s’agrippant au rebord du vasistas,  regardaient par le vasistas du soupirail de la cave, les derniers allemands fuirent en débandade cette ville maudite à l’approche des allies.

 

Ils  voyaient de quelle façon,  les ‘bochs’, comme les appelaient les français, se débarrasser de leurs armes et uniformes pour se vêtir de vêtements civils pour sauver leur peau à l’approche des forces alliés, et se fondre ainsi parmi ce qui restait de cette population misérable berlinoise.

 

Ils ont vu, par cette ouverture étriquée à quelle allure  leur ville s’est  transformée en un  vaste champ de ruines fumantes durant ses dernières mois de guerre les bombardements quotidiens.

 

Ivre de malheur, elle offrait  un décor apocalyptique comme sur un  plateau scénique pivotant  où se jouent des tragédies japonaises, ces ‘Nô’.

Ces immeubles éventrés rasés et  réduits en des tas de pierrailles, si ce n’est en poussière. Ils   présentaient  au ciel obscur, le dernier acte de la fin d’un règne sanglant où l’on aurait pu voir  les  4 Cavaliers de l’Apocalypse semer terreur, effroi et mort.

 

Khana et Otto, durant des mois et des mois  supportaient mal l’odeur acre des émanations d’obus,  les bruits infernaux et incessants de ces vrombissements de bombardiers qui s’acharnaient sur leur ville, capitale du Reich. Elle tombait en lambeaux sous leurs yeux. Cette ville enfer  qui allait chuter comme une pomme pourrie dans un moment ou à un autre bien lasse de supporter les coups de boutoir de ces milliers de bombes  qui transperçaient ses entrailles de jour comme de nuit.

 

Khana et Otto étaient sans doute les  quelques derniers témoins oculaires de ce grand bourg où malheur, tragédie et désolation consumaient son faste d’antan.

 

Khana avait 10 ans, lorsque par un soir morne, les nazis de la gestapo font irruption dans sa famille semant le désarroi et la frayeur.

 

Son père Reinhard était marchand d’art. Il possédait une grande galerie de peintures située sur la célèbre avenue  Oberschtrass 117.

 

A suivre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Camus - dans littérature
commenter cet article

commentaires

Marcel (Fafouin) 24/07/2009 14:10

Bon Matin Honorable tout Camus,

Grands mercis pour Otto et Khana !

De ces Mercis, le Reportage-Vidéo, interpellant, tend à rappeler que la Grandeur de
l’Être-Humain réside dans sa Faiblesse de Sur-Homme ce, lorsqu’Il se prend pour un d’ieu tyrannique et vengeur de « sangs innocents » !

Quelle Tristesse !

Mais Lorsque l’Être-Humain s’applique de Sagesse et de Crainte de D’, la Délivrance n’est jamais loin … mais « proche » du Cœur et de la Torah !

Quelle Beauté !

Honorable chalom aux Personnes qui, ayant vécu de la SHOAH, nous demeurent de Précieuses Perles et de Sagesse et de la Crainte de D’; des Perles à ne pas Oublier et du Lev et de la Torah … chalom !

Bon Chabbat de la Vision à tout Camus chalom ! - 24 juillet 2009 / 3 av 5769

Camus 26/07/2009 21:26


Bionne soirée,

Très Honorable ami Marcel.

Je vais éditer Otto et Khana IV

Merci pour ce splendide commentaire.

Tu m'encourages cher Et Honorable ami.