Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 20:17

Par Albert Siméoni


Acte I. Scène II.

   

Sa maman Olga, était une grande virtuose du piano tandis que ses frères, Siegfried, Jonas et Horst étaient promus à de très belles carrières avant que ne survienne brutalement la catastrophe par  un certain  jour du mois de Novembre 1938 cette fameuse NUIT DE CRISTAL.

 


Khana  était l’unique  et dernière fille de cette belle et  grande famille de la bourgeoisie juive allemande, celle  qui fut la cible des premières déportations. Cette bourgeoisie ‘de yuden’ dont Hitler en fit son crédo funèbre.

 

 

Ce soir là, le 15 Mars 1940, la chance  lui sourit, cette chance dont elle se serait bien passée  mais qui lui  sauve sans doute la vie  et  changer son destin.

 

Elle était descendue dans la cave familiale pour rapporter à son père une bonne bouteille précieuse d’un vieux vin car le collectionneur d’œuvres d’art  Monsieur Reinhard était grand amateur de grands crus classés.

 

Pendant  sa descente dans la cave, elle entendit les hurlements de terreur des soldats allemands qui prenaient d’assaut l’immeuble et défonçaient les portes. Tétanisée par la peur, elle se réfugia dans une encoignure de l’escalier. Puis profitant d’un moment de répit, elle alla se cacher derrière un panneau mural mobile, dans la cave.   

 

Son papa très prévenant avait fait construire une  double cloison pour mettre à l’abri une collection très rare de Châteaux datant des années 1790 qu’il tenait déjà, d’un de ces vieux aïeux,  le célèbre Arnold Steinberg, riche négociant en étoffes.

 

Elle se cloitra en attendant que l’orage passe avec la conviction absolue que les allemands n’oseraient pas emmener ses parents au vu de la notoriété de ses aïeuls et du sien. Mais hélas, elle dû déchanter lorsque qu’après le passage des loups, elle se rendit compte par la suite, que la grande maison familiale fut mise à sac en quelques heures. Tout fut dévasté. Il ne restait plus rien.

 

Sauf  les attaches murales qui se retrouvées orphelines après de bons et loyaux service d’immobilisme. Là, elles étaient nues, découvertes, délestées de leurs tableaux de grands Maîtres.

 

A Suivre...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Camus - dans littérature
commenter cet article

commentaires

Marcel (Fafouin) 25/07/2009 21:31

Bon PM Honorable tout Camus,

Grands mercis pour ce Deuxième Otto et Khana !

« Comme une Biche », « Comme une Bête », a-t-on Traqué, Séquestré, Tué toutes ces Personnes qui, portant l’Étoile Jaune, REGARDAIENT leurs AmiES sans rien dire ni faire de plus !

Depuis, de ce Jour à ce-jour d’Aujourd’Hui et Demain, Israël est et demeure Toujours Vivant et prêt à se Défendre !

Am Israël Hai !

Hatikva Chalom ! - 25 juillet 2009 / 4 av 5769 -

Camus 26/07/2009 21:30


Am Israël Haï !  Haï vékaïam !