Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2009 7 26 /07 /juillet /2009 12:27

  Les Clep-hôtels


Allez, allez, on l’a tous (ou presque) fait : quitter sa chambre d’hôtel en emportant un petit souvenir. Du savon au peignoir – et parfois plus ! – un séjour à l’hôtel est souvent l’occasion de voir revenir nos instincts cleptomanes.


Du vol ? Pas vraiment. Enfin, si on reste dans le cadre de la loi. Parce que les choses sont claires de ce côté : vous êtes autorisés à mettre dans vos valises les petits goodies tels que shampooings, savons, dentifrices… Pas de souci non plus pour la papeterie, le crayon floqué du nom de l’hôtel. A la limite, emportez avec vous les fruits de la corbeille, même si franchement, c’est pas top sexy.


 

Bon, vous voilà rassurés ? Mais non, vous n’êtes pas des grands criminels !  Toutefois, vous connaissez désormais les limites à ne pas dépasser. Donc, on ne vole plus les peignoirs ni les pantoufles. C’est INTERDIT ! Ni le linge de la chambre : serviettes, draps, oreillers, couettes… Désolé de le signaler mais c’est ce type de bien qui remporte le plus large succès chez les vacanciers. Pour refaire le service salle de bain de la maison, c’est vrai que c’est pratique.


Mais là encore, si vous vous contentez du peignoir et des pantoufles, ça pourra peut-être passer. Mais sachez que certains vont très loin et prennent parfois leurs chambres d’hôtel pour un magasin Ikea ou un Drugstore. La très sérieuse Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie (UMIH) explique ainsi que des téléviseurs, des tableaux, des matelas et même des sommiers (!) disparaissent parfois ! Ca doit quand même donner lieu à des scènes cocasses !


Actuellement, la mode est aux cendriers personnalisés et aux ampoules basse consommation. Oui, on peut avoir des prétentions écologistes et être un petit voleur, ce n’est pas incompatible.


Mais attention – même pour les petits « larcins » - à la réplique des hôteliers qui en ont un petit peu marre d’être ainsi dépouillés. Certains affichent clairement les tarifs de leur linge et des éléments de literie (couette, oreillers) pour les proposer à la vente. Parfois aussi, s'ils constatent à temps qu'un peignoir a disparu (la plupart des établissements font faire un discret état des lieux au moment où le client se présente à la caisse avent de partir), ils le rajoutent simplement à la note (compter 100 à 300 €).

D'autres enfin, équipent discrètement les articles qu'ils souhaitent conserver avec des codes-barres et autres puces RFID qui les renseigneront sur l'indélicatesse de certains clients.


Dernière remarque, il est également interdit de décoller le papier peint vert délavé avec motifs printaniers rouge crasseux. C’est juste que c’est de mauvais goût…


Source : François Grimpret, Yahoo.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Camus - dans Rions un peu
commenter cet article

commentaires

Vivi Il diavolo 26/07/2009 13:52

Tu oublie Camus de le signaler, je vais le faire a ta place.
Oui même la robinetterie est a laissée la ou elle se trouve si bien.
je pense qu'il est temps que les hôteliers installer des caméras et ne font le bilan avec le client qu'après avoir vérifié la chambre de Clépto .
Lorsque nos amis sauront qu'ils sont sous la vigilance du grand frère …..
Vous allez me dire et l’intimité du client ? Moi je crois qu’ils n’ont qu’a se tenir a carreau. au fait c’est pas mal comme idée Monsieur Clepto!
Tu me vole la télé ? Je vends tes prouesses sexuelles au plus offrant.
Après deux mois plus besoins de cam et nos amis ne sauront jamais que les caméras n’existent plus dans les chambres.

Camus 26/07/2009 21:35


Tu dis cher Vivi :


Lorsque nos amis sauront qu'ils sont sous la vigilance du grand frère …..

Vous allez me dire et l’intimité du client ? Moi je crois qu’ils n’ont qu’a se

 tenir a carreau. au fait c’est pas mal comme idée Monsieur Clepto!

Tu me vole la télé ? Je vends tes prouesses sexuelles au plus offrant.
Ce que tu dis esr inacceptable, cher Vivi, sinon les hôteliers se verraient poursuis pour

attentat à la pudeur. Merci ! On nous vole la télé et on nous traîne en Justice ?

Mince, alors !