Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 10:49

http://lorraine.france3.fr/sites/regions_france3/files/styles/top_big/public/assets/images/2014/01/20/juif_levy_glatigny.jpg?itok=ZNl_c20P

 

Glatigny (Moselle) près de Metz était interdit aux juifs depuis plus de 300 ans. Aujourd’hui, le village est de nouveau prêt à accueillir des juifs pour s’y installer ou de passage. Une sordide affaire en était à l’origine.

Le village interdisant aux juifs d’y résider ou d’y passer la nuit fait son mea-culpa. En effet, une affaire veille de plus de 300 ans vient de revenir sur le devant de la scène pour être enfin résolue. Raphaël Levy, un marchand de bestiaux juif originaire de Boulay (Moselle), avait été désigné coupable d'avoir enlevé et tué le petit Didier Lemoine, un enfant du village âgé de 3 ans. Jugé à Metz, il avait été condamné à mort pour un crime dont il s’est toujours défendu. 

Un innocent brûlé vif parce que juif

Raphaël Levy s'était rendu à Metz le 25 septembre 1669 à la veille des grandes fêtes juives du Nouvel An pour faire des achats. Il s'était arrêté en chemin pour faire ferrer son cheval. Une mère était allée laver son linge avec son petit garçon à une fontaine près de Glatigny.
"Cette femme se retourne et l'enfant a disparu",  explique Henry Schumann, en charge du patrimoine au sein du Consistoire de Moselle.
Le garçonnet avait été retrouvé mort un mois plus tard dans un buisson.
Au terme d'un procès émaillé de faux témoignages, Raphaël Levy avait été condamné à mort et brûlé vif le 17 janvier 1670 à Metz.

Le village était «maudit» pour les juifs

Lors de son procès à Metz, de nombreux témoins défilent. Si la plupart témoignent à charge, certains mettent en avant les incohérences des accusations. Le petit garçon était encore vivant à 15 heures alors que Levy avait déjà entamé le chemin de retour. La couleur de son cheval n'est pas celle décrite par les accusés. Rien n'y fait. Des villages alentours, des gens viennent dénoncer d'autres crimes rituels, des profanations d'hosties. D'autres Juifs sont ainsi jetés en prison. Malgré les effroyables tortures auxquelles il est soumis, Raphaël Levy continue de proclamer son innocence et la fidélité à sa foi. Il est brûlé vif le 17 janvier 1670 à Glatigny (Moselle) peut-on lire sur l’encyclopédie en ligne Wikipédia.

Le village avait depuis 1670 été déclaré maudit interdisant à tout juif d'y passer la nuit, une interdiction qui était encore respectée de nos jours. «Depuis cette époque il n'y a jamais eu aucun juif à Glatigny», a expliqué à l'AFP le responsable en charge du patrimoine au sein du Consistoire de Moselle.

"Les sources ont révélés que ce sont en général les témoignages de femmes dont les maris étaient débiteurs de ce marchand qui l'avaient fait condamner à mort", explique Henry Schumann.
Le roi Louis XIV en personne s'était intéressé à cette affaire, avait relu le procès, et le jugeant innocent, l'avait réhabilité quelques années après, tout comme le Parlement de Nancy en 1699.

Les juifs pourront désormais résider dans cette commune de 900 habitants ou y passer la nuit. Selon le maire du village, la réconciliation «n’a pas été facile mais aujourd’hui nous levons symboliquement cet interdit». Une situation vécue dans ce bourg mosellan jugée très rare par de nombreux historiens. Il s’agit d’un jour «historique» pour la réhabilitation d’un juif innocent a réagit un représentant de la communauté juive de Moselle.

Voir le reportage de Lorraine : http://lorraine.france3.fr/2014/01/20/344-ans-apres-glatigny-rend-hommage-raphael-levy-398711.html


cafe-copie-1

Partager cet article

Repost 0
Published by Camus - dans Antisémitisme
commenter cet article

commentaires