Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2009 6 08 /08 /août /2009 20:42

Acte IV Scène III

 

Par Albert Siméoni

 

A présent, que David Rosenberg l’avocat juif religieux  fait partie de sa grande communauté, celle qui en Europe avait presque périe, elle se sentait fière par cela, sans doute se disait t’elle, qu’elle n’ y était pas étrangère dans sa conversion et  peut être aussi que Otto converti en David était pour lui une marque d’estime, de reconnaissance  et de gratitude envers celle  qui l’avait pris en charge par un soir d’hiver, alors que tout enfant et tout en larmes, désemparé et orphelin,  il était venu se réfugier dans une vieille cave ouverte à tous les vents et à tous les dangers.


 

 


 

 Khana voyait et pensait juste.

 

C’est par le vol BER/LUF 2341 de la Lufthansa que David atterrit sur le tarmac de l’aéroport Kennedy  en ce jour du mois de  mai 1965.

Le jeune homme portant barbe et   kippa, affublé de  tsissits, apparaît dans le grand hall des arrivées des voyageurs.

Khana attend depuis une heure son ancien ‘frère’.

Elle vit un moment intense à la fois pénible et douloureux.

 

Elle passe du chaud au froid. Elle craint de tomber dans les pommes. Elle change trois fois de place, ses nerfs sont mis à rudes épreuves. Enfin, les passagers du vol Berlin/ New-York font leur sortie dans le hall après les contrôles d’usages.

 

Khana se lève tenant son léger manteau sous les bras. Elle se regarde une dernière fois  dans son miroir de poche.


Elle est magnifiquement vêtue. D’une jupe courte couleur pastel et d’un léger foulard  en voile bleu ciel qui ceint sa gorge. Elle porte son médaillon, son Shadai autour du cou, celui de son grand-père qu’elle gardait comme une relique, son  porte bonheur. 

 

Tous les passagers sont sortis mais elle ne voit pas son ancien Otto. Elle a dans sa mémoire le visage encore frêle d’un jeune garçon. Elle ne sait plus à quoi il ressemble à présent.

 

 A Suivre...

Partager cet article

Repost 0
Published by Camus - dans La Shoa
commenter cet article

commentaires

Marcel (Fafouin) 09/08/2009 17:54

Bon Matin Honorable tout Camus,

Grands mercis pour ce "un soir d'hiver" ainsi que la Chanson d'Amir !

Ce "Un soir d"hiver" que se ressouvient Khana ce, en attente de l'Avion amenant ce Otto Rosenberg !

Quelle Attente Bouleversante ! - 9 août 2009 / 19 av 5769 -

Camus 09/08/2009 18:35


Que Hachem soit bénit !