Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 13:13
La fille de La Kahina La fille de La Kahina La fille de La Kahina  La fille de La Kahina La fille de La Kahina La fille de La Kahina La fille de La Kahina La fille de La Kahina

Nouvelle de Reuven (Roger) Cohen.

"L'ascension de la Metsada par le "Chemin du Serpent" exige un effort ardu et soutenu. A plus forte raison lorsque ceux qui s'y mesurent manquent d'exercice. Dans "La guerre des Juifs contre les Romains", Josèphe Flavius insiste sur les difficultés de l'escalader. "On a donné à l'un de ces chemins le nom de couleuvre, écrit-il, parce qu'il fait comme divers plis et replis, les rochers qui s'y rencontrent obligeant de tourner à l'entours et de revenir presque sur ses pas pour avancer peu à peu, et l'on n'y marche qu'avec grande peine parce qu'il faut en levant un pied se tenir ferme sur l'autre pour ne pas glisser; la mort étant inévitable si l'on tombe entre ces rochers, qui sont si hauts et si escarpés que les plus hardis ne sauraient les regarder sans frayeur".  

Tel était notre cas, jeunes étudiants enthousiastes, qui, au pied de cette forteresse, ce symbole de "La guerre des Juifs contre les Romains", nous apprêtions à découvrir un des hauts "lieux de mémoire" de l'éthos du peuple juif en son pays.

Le chant de Corinne Elal "Je n'ai que ce pays", était sur toutes les lèvres et l'émotion qui nous étreignait nous  faisait vibrer de bonheur. Il faut avouer, cependant, que l'épreuve qui nous attendait soulevait tout de même au sein de notre groupe, certaines appréhensions et même certains refus marmonnés.


En effet, après l'enthousiasme des premiers instants, la chaleur étouffante qui régnait ce matin-là avait fini par vaincre la verve des grimpeurs, et la file commençait à se disloquer comme un serpent que l'on avait tronçonné.

"Ce Chemin du Serpent est cruel, lui dis-je en haussant la voix, il est mortel !"
"C'est le propre de tout serpent, me répondit-elle sans tourner la tête, c'est dans sa nature". D'un signe de la main elle m'enjoignit de me dépêcher. Je m'arrêtais  un instant et m'adressai à elle par son nom. "Nourit, un instant, je voudrais te dire combien ton discours, sur l'histoire et sur la volonté de l'homme qui est capable de la modeler s'il le décide de toutes ses forces, était brillant. J'en suis tout remué et je voudrais en discuter avec toi. Elle tourna la tête vers moi, planta son regard dans le mien, et un index sur les lèvres me fit signe de me taire. "Chut, me fit elle, il y a un moment pour toute chose. Un moment pour parler et un moment pour marcher."

" Si vous le voulez, l'Histoire se répètera – avait elle dit en hébreu en insistant  sur chaque syllabe. Et de suite après, avec un grand sourire, elle traduisit, dans un français "tsabar" ce slogan qui concluait son discours d'encouragement au pied de la Metsada.

A suivre...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

MRhilare 26/08/2009 09:48

C'est ce qu'on appelle ici, l'épisode tragique de 3Massada" je suppose, oui je reprends depuis le début comme tu me l'as si gentiment conseillé, j'imagine bien le mal que les romains ont dû avoir à monter là-haut.

Amitiés

Camus 26/08/2009 09:52


Très juste MRHilare.
C'est une sage décision.


Morgane 23/08/2009 19:14

A enfin, te revoilà avec de belles histoires, j'adooooore...... La chanson est très jolie aussi.
J'espère que ton WE c'est bien passé??
pleins de gros bisouillous p'tit Camus
@ très vite

Camus 23/08/2009 19:22


Bonne soirée Morgane,

@ très vite comme tu dis, le récit est beau, en même temps hiistoire dA1frique du Nord et

nouvelle.

Je témbeasse