Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 10:44
La fille de La Kahina La fille de La Kahina La fille de La Kahina  La fille de La Kahina La fille de La Kahina La fille de La Kahina La fille de La Kahina La fille de La Kahina


Nouvelle de Reuven (Roger) Cohen.

" Si vous le voulez, l'Histoire se répètera – avait elle dit en hébreu en insistant  sur chaque syllabe. Et de suite après, avec un grand sourire, elle traduisit, dans un français "tsabar" ce slogan qui concluait son discours d'encouragement au pied de la Metsada. Nos applaudissements couvrirent ses dernières paroles. Nous possédions des Lettres Sionistes et ce mot code que Théodore Herzl avait forgé ne nous était pas étranger. Nous aimions son français. Nous aimions sa gestuelle assertive et cependant souriante. Elle nous plaisait. Nous l'aimions. "Elle est sympathique et fort jolie, chuchotais-je à David, sans la perdre un instant des yeux".

Elle était brune, d'un brun de prune comme seules les filles brunies au soleil méditerranéen le sont. Elle était brune et jolie et semblait nous dire, comme dans Le Cantique des Cantiques,  "Ne soyez pas surpris de mon teint halé : c'est le soleil qui me l'a donné". Ces traits étaient  marqués, prononcés même. Ses pommettes saillantes, accentuaient l'acuité de son regard. Celui-ci exprimait une force intérieure et rayonnait d'un charisme que sa voix assertive soulignait. Il effaçait toute velléité d'opposition. Et cependant, la chaleur de son sourire adoucissait ce sentiment de rudesse qui semblait émaner de son discours. Ceux à qui elle s'adressait ne pouvaient lui répondre qu'avec grâce.
Ce mélange insolite d'assurance soulignée et de douceur, avait le pouvoir de charmer son public, au sens fort du terme. Celui-ci lui répondait avec une sorte de respect teinté d'affection. Elle avait le don de créer autour d'elle une sérénité qui nous remplissait d'aise.

Mais ce qui nous charmait le plus en elle, nous les garçons de notre groupe, c'était sans aucun doute cette attirance de fille du désert qu'elle exerçait sur nous. Ces vers du Cantique des Cantiques, que scandait notre professeur de Tanakh au Lycée Juif de Paris où j'avais fait mes études, me revinrent à l'esprit : "Tu es belle, ô mon amie, tu es belle, tes yeux sont des colombes".

"Avec un chef pareil je suis prêt - et même je me réjouirai, de participer à tout combat, chuchotai-je à David ! "
David haussa les épaules et, moqueur, me répondit : "Depuis hier tu ne cesses d'en faire la femme idéale et unique ! Mais prends garde, elle n'est pas faite pour toi ! Elle appartient à un autre monde et à une mentalité tout à fait différente de la notre ! Et la preuve, elle nous demande cet effort d'ascension sur la Metsada afin de nous rapprocher des combattants du Palmakh, ces commandos de la guerre d'indépendance d'Israël. Mais réponds-moi sincèrement, quel rapport y a-t-il entre eux et nous? Pourquoi nous faut-il peiner comme eux ? Quel intérêt y a-t-il en cela ? Tu as entendu, comme moi, ce que Sara lui a répondu lors de son discours sur "la volonté qui sait vaincre toute faiblesse et qui peut surmonter toute difficulté". A mon sens Sara a complètement raison ! Pourquoi un tel effort si nous pouvons arriver sur la Metsada par le téléphérique, qui n'est pas là pour les chiens ? Nous ne sommes pas ici pour passer un examen d'éducation physique ou pour un entraînement militaire, mais pour visiter un haut lieu de l'histoire Juive et apprendre une nouvelle page de notre passé lointain ! Toute son explication sur cette escalade, dont la difficulté a pour but de nous rapprocher de notre histoire, est complètement anachronique pour ne pas dire absurde !"

Au fond de moi-même, je reconnaissais que David n'avait pas tort. Toute l'histoire de l'humanité, me dis-je, est en effet une longue lutte, une recherche sans fin pour réduire l'effort que l'homme doit fournir afin de mieux vivre. Et cela, depuis son expulsion du paradis. Tout progrès en ce sens a toujours été traduit comme une victoire.  Grâce à ce combat continu, il est parvenu à repousser ses limites et à exprimer son habilité à apprivoiser les forces de la nature. Ce n'est pas pour rien, me dis-je, que Prométhée a subi un tel supplice !
Cependant, sur le moment, je refusais de suivre toute logique et soutins de plein cœur les idées de cette jeune officier de Tsahal, qui nous servait de guide, de cette jeune femme au pied léger qui grimpait devant moi le Sentier du Serpent, sans souffler.
Et à ce moment même, je décidai de haïr Sara.

Les idées de notre guide me paraissaient lumineuses. C'était comme si, dans son discours, elle s'adressait personnellement à moi. Par contre, la pensée de Sara me semblait émaner d'une logique vaine et vouée à l'échec. Elle conduisait à l'appauvrissement de l'âme. Je sentais que les idées de Sara cherchaient à briser cet élan vital qui s'était emparé de nous depuis la veille et qui élevait nos esprits et notre spiritualité. Par contre, les conversations que nous avions eues avec Nourit, la veille, autour du feu de camp, avaient provoqué en nous un certain bonheur, et en moi un déclic existentiel qui avait écarté toutes les inhibitions et les écrans qui me cachaient l'authenticité de ce " bonheur de vivre " que j'étais en train de découvrir.

Elles avaient éveillé au plus profond de moi-même des horizons spirituels nouveaux, dont je n'avais pas pris conscience jusqu'alors. Depuis des mois, pendant que je préparais mon voyage en Israël, je sentais que certains remous existentiels bouillonnaient en moi. Je sentais que certains changements étaient en gestation en moi. Comme les courants sous marins fissurent les hautes falaises, ce malaise indéfini que je traînais après moi depuis des années et qui me sapait l'âme, semblait se dissoudre depuis mon arrivée en Israël. Il m'apparaissait que les paroles de Nourit avaient agi sur moi comme un catalyseur. Ces dires de la veille et de ce matin, portaient en eux une idée lumineuse dans son évidence. Ils m'avaient secoué -  et je n'étais pas le seul.
Leur force de persuasion découlait de leur simplicité. Je sentais à présent que j'étais à même de déchiffrer ces sentiments, ces poussées de l'âme, de les assumer. Aussi décidais-je qu'il me fallait à tout prix, reprendre la conversation où nous l'avions laissée la veille. " Nous deux seuls cette fois, me dis-je, sans David, sans Sara et les autres. "


Je m'efforçais donc de rattraper Nourit sur ce Chemin du Serpent, qu'elle gravissait avec une aisance décourageante.
"C'est évident me dis-je ! C'est tellement évident et clair, que cela entraîne l'entendement de tout homme sain de corps et d'esprit ! C'était comme si je redécouvrais une idée vraie que j'avais jadis connue. Le Ménon de Platon, et son jeune esclave inculte "redécouvrant" une solution au problème de géométrie, que Socrate lui soumettait, me revint comme un éclair à l'esprit. Les idées qu'avançait Nourit et la manière qu'elle avait de les présenter me semblaient familières. C'est comme si elles avaient été en moi depuis toujours et que j'avais connue Nourit sous un autre ciel, dans d'autres temps. Et puis, cette rencontre au cœur de ce désert de Judée, qui avait connu tant de mystiques et de "fous de Dieu"; cette rencontre qui tenait du surréalisme, entre une jeune combattante de l'Armée d'Israël et un groupe de jeunes étudiants juifs, intégrés sans bavures en France, et venus - contre toute logique - prendre connaissance des conditions de leur immigration éventuelle dans le pays de leurs ancêtres, tenait de l'utopie. Et cependant, me dis-je, l'Utopie de Herzl s'était révélée réaliste. Elle avait généré Ben-Gourion", comme l'Utopie de Moïse avait généré Josué..."

J'accélérais le rythme, distançais encore mes camarades et arrivai à sa hauteur.
Le fusil en bandoulière, elle avançait d'un même pas et semblait tout à son aise. Je m'efforçais à faire bonne figure, mais elle vit bien que j'étais à bout de souffle et trempé de sueur. Je ne sais si c'était par pitié ou par respect pour celui qui s'entêtait à emboîter ses pas, mais au bout de quelques instants elle s'arrêta, me sourit et me désigna la file des "grimpeurs" qui s'était complètement disloquée et avançait péniblement par petits groupes espacés, ne répondant plus aux encouragements des moniteurs.

"Je parles assez bien l'hébreu, lui dis-je. J'ai fait mes études secondaires au lycée juif de Paris, et à l'université j'étudie les Langues sémitiques et l'Histoire. Je voudrais que nous continuions la conversation que nous avons eue hier soir." Elle me sourit de nouveau, et sans un mot se remit à gravir le sentier. Chose étrange, je n'en fus pas même irrité. J'acceptais son autorité sans sourciller. Il me parut que cette ascension de la Metsada, à ses cotés, écartait les parois qui nous séparaient, ces "barrières insurmontables" qu'avait soulignées David. Cependant, la luminosité aveuglante, la chaleur insoutenable et cet effort continu qu'exigeait cette escalade, agissaient comme un creuset qui me rapprochait d'elle ; il me semblait que j'avais déjà gravi, dans un passé lointain, à ses cotés, ce Sentier du Serpent. Au bout de quelques instants, elle me sourit de nouveau, me demanda mon nom, sembla l'apprécier, et se tut jusqu'à l'échelle qui terminait notre ascension sur la Metsada.

Mais à l'instant où nous parvînmes à son sommet, nous n'avions plus cessé de parler.

A suivre...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

MRhilare 24/08/2009 19:28

oups revenir évidemment

Camus 24/08/2009 19:54


Merci, gracia signore MrHilare


MRhilare 24/08/2009 19:27

j'admire le style et le fond de l'histoire, je vais reveir lire le tout, c'est simplement merveilleusement bien écrit

Camus 24/08/2009 19:53


J'aime aussi. Merci d'être venu. Mais lis d'abord le 1er épisode.

Bonne soirée


Morgane 24/08/2009 17:50

J'ai juste oublié de te dire, j'aime beaucoup le nouveau design de ton blog, je le trouve très reposant
bisous

Camus 24/08/2009 19:25


Ah ! Merci. Je voyais qu'il manquait quelque chose,

alors j'ai fait un petit changement, c'est plus calme

pour lire à tête reposée.

Bisous


Morgane 24/08/2009 17:49

Toujours très profonde la suite de l'histoire, elle soulève plein de questions ou de réponses si on ne se pose plus ces questions.....
Bon alors j'attends la suite
Belle soirée à toi et douce nuit mon p'tit Camus
gros bisouillous

Camus 24/08/2009 19:22


A ton service jolie fée,

La nouvelle étant longue je l'ao partagée en épioides.

Bonne soirée, la suite viendra,

Mais d'abord les bisous.