Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 08:41



Simon et Serge


Je me lève tôt, et tout de suite après la synagogue, je fais une petite trotte à pieds et je sors Bouli le chien qui aime bien la marche de bon matin. Tous les arbres qu’il rencontre sont arrosés gracieusement, il flaire les buissons, renifle et tourne sans arrêt  autour du pot avant de s’asseoir dessus.

Arrivé à la maison, je prends le journal et m’affaire à des petites choses que Bouli a appréciée avant moi. Je travaille un moment à nettoyer les mauvaises herbes de mon petit jardin, je nettoies la véranda à grande eau, j’y installe des sièges et une petite table, puis je courre préparer un café au lait pour Gisèle et je le lui propose en plus des brioches qui viennent de sortir du four de la boulangerie voisine. Moi-même, je me contente d’un thé à la menthe, sans toucher aux croissants chauds. Il faut bien garder un semblant de forme sportive.

Nous parlons de son travail et puis le bisou nous sépare pour huit heures d’affilée.  A huit heures, Nathan (Vivi) se réveille. Je l’attends en lisant le journal : la politique, des scandales, des crimes, des vols, des abus de confiance et à la pudeur, des exploits de champions et des divorces de vedettes de cinéma. Je laisse tomber ces bêtises au profit du café.

Je prépare deux espresso comme il se doit : petits, mais bien tassés, aromatiques, d’une douceur modérée  et avec une mousse, mes amis, quelle belle mousse couleur de caramel confondu !...
Justement Vivi déjà réveillé (il était temps).  Je goûte à la boisson et pousse un petit cri de joie.
— Non ! Me dit Nathan. Je ne veux pas de café ce matin, j’ai mal dormi.
— Que se passe-t-il ?
Vivi grignote une brioche.
— Depuis deux jours un rêve trottine dans ma tête : notre frère Simon (qui a quitté ce monde depuis 1978) me demande de chercher son ami Serge Bartolo. Je sais qu’ils étaient très attachés les deux, ils ne quittaient pratiquement pas.
— Demandons l’aide de Viviane notre frangine, je propose.
Il ne faut pas plus de cinq minutes à Viviane pour découvrir les coordonnées de Serge.
Ce dernier est étonné et complètement ému en recevant notre appel. Ensuite nous lui expliquons la raison de coup de fil inattendu. Quelques jours plus tard nous recevons de lui une lettre dans laquelle il évoque sa surprise du fait que son meilleur ami a troublé le sommeil de son frère Nathan, afin de demander de ses nouvelles.


Il écrit : " Les morts ont-ils le pouvoir de receler un problème chez un être cher et d’exiger qu’on le retrouve ? Si vous m’avez retrouvé m’étonne peu, par rapport à l’intervention de Simon. Je me rappelle de mon ami si bien, qu’il m’arrive d’aller dans votre quartier et parvenu à votre porte, j’ai impression qu’il en ressortira bientôt." Quatre ou cinq années sont passées depuis. Quand je suis devenu membre de ce site (le forum sfaxien) et que j’ai lu le nom des participants, celui de Serge est revenu à ma mémoire (et je lui souhaite une excellente santé), avec le rêve extraordinaire de Nathan.

En visitant Sfax cette année, j'ai cherché Serge. J'ai cliqué son numéro plusieurs fois au cours de la journée, mais je suis arrivé au répondeur. Il n'était pas présent lors de mon appel téléphonique. Il n'était sûrement pas chez lui. C'est dommage, j'aurais voulu le voir et lui dire que nous attendons sa visite, Inc'Allah !

cafe

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vivi Il Diavolo 01/09/2009 12:18

Je confirme l'authenticité de ce rêve qui ne me laissé pas de répits jusqu'à avoir discuté avec Serge.

Camus 01/09/2009 15:47


Bien sûr ! Prenez moi au sérieux.