Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 16:54
  A Matter of Time

En ce jour international commémorant La Shoa, je me joins au Président Shimon Pérez à la lecture du Kaddish. J'allume une chandelle en souvenir de six millions de Juifs tués durant la seconde guerre mondiale. Je vois  en ce moment ce film : "A Matter of Time", une question de temps. Car c'était une question de temps, l'extermination du Judaïsme Nord Africain était en route, nous savons été râtés de peu.  Désarmante a été l'attidude du Résident Général Français à Tunis qui aurait pu empêcher l'invasion allemande vu la supériorité numérique de l'armée française en Tunisie, attitude comparable seulemnt à celle du Bey  Tunisien qui n'a pas levé un pouce afin de protéger ces sujets Juifs Tuniens. Révoltante a été la conduite du Judenrath, Comité Israélite ayant fourni aux Allemands les listes de "volontaires" aux travaux forcés, listes qui ne comprenaient pas les riches et les intellectuels.
L'écrivain Albert Memmi (La statue de sel) étant contre cette politique s'est engagé aux camps de travaux de son propre gré.  Lire aussi  : "La villa Jasmin" de Serge Moati, qui éclaire la question.


Ce film produit par Alain Jacubovicz et Tsvika Sheffy comprend deux parties : la première " From Tripoli to Bergen-Belsen ", mise en scène par Marco Carmel, et la seconde " Invasion at Tunisia ", mise en scène par Serge Ankri.  Le conseiller historique du film est le Docteur Réouven (Roger) Cohen.

http://img242.imageshack.us/img242/9069/shoa1mx6.jpg
Camp de concentration


La tension qui en général divise les metteurs en scène et les conseillers historiques, les premiers parlant cinéma et les seconds fidélité aux faits historiques, a donné naissance cette fois à un documentaire intéressant, où l'empreinte du conseiller historique semble avoir été déterminante. En effet, la réalité historique que ce film retrace, explique nombre de questions qui avaient été laissées, jusqu'à ce jour, en suspens pendant la période du régime de Vichy et de l'invasion nazie en Afrique du Nord.  

J'ai vu trois fois ce film en deux jours, sans doute pour mieux comprendre notre histoire de Juifs Nord-Africains, ou peut être afin de calmer ma conscience du fait que j'ai toujours rejeté ce sujet dans le fin fond de ma mémoire.
Tout commence avec les décrets du gouvernement de Vichy, dont l'un est la suppression de la nationalité française aux Juifs Algériens. La France sous le régime de Vichy traite de l'histoire de la France entre 1940 et 1944, lorsque le pays est sous domination allemande après la défaite militaire de juin 1940. Les Allemands qui occupent d'abord la partie nord, et à partir de novembre 1942, le pays tout entier, laissent en place l'administration française sous l'autorité d'un gouvernement français dirigé par le maréchal Pétain et installé à Vichy. Le régime de Vichy est le nom généralement donné au régime qui s'est substitué à la Troisième République, sous le nom d' "État français " et qui détiendra le pouvoir jusqu'à la Libération, en août 1944, avant d'être remplacé par le Gouvernement provisoire de la République française (GPRF) dirigé par le général de Gaulle. Dès juin 1940, Pétain met en œuvre une Collaboration avec les Nazis, et celle-ci prendra plusieurs formes au cours de la guerre, dont les rafles de Juifs organisées par la police française.

" A matter of time " soutient que ce que programmaient les autorités Nazies, était la réalisation de leur plan d'extermination du peuple Juif, en Afrique du Nord et en Libye aussi. Le temps leur manqua.

Une opinion erronée était que seuls les Juifs Européens avaient souffert sous "La botte Nazie".  Le film " Une question de temps " nous prouve le contraire, les Juifs de Libye et de Tunisie amassés dans des camps de travaux forcés ont subi eux aussi, à une échelle plus réduite, vu leur nombre, les sévices dont avaient souffert, au début de leur emprisonnement, les Juifs d'Europe. Ils furent obligés de travailler depuis l'aube jusqu'à la nuit tombante. Ils reçurent un seul repas par jour fourni par la Communauté Juive, qu'ils mangèrent dans une gamelle leur servant aussi de tasse et… aux besoins urinaux nocturnes. Nombre de témoignages sont donnés par ceux qui ont vécu cet enfer.  Une partie des Juifs Libyens furent  transportés à Bergen-Belsen, jusqu'à leur massacre.  Certains ont eu la chance de survivre et grâce à eux nous savons ce qui s'est passé.

Quand l'Iran proclame que l'holocauste n'est qu'une fiction, ces témoignages sont là pour prouver le contraire.

http://img148.imageshack.us/img148/6018/holocauste1933zk3.jpg

L'holocauste

J'ai appris en contemplant cette production destinée à la télévision, que le leader choisi par les Juifs Libyens avait refusé de fournir des listes d'hommes âgés de 18 à 65 ans pour les travaux forcés. Avec diplomatie il a trouvé pas mal d'excuses ("C'est compliqué", " le recensement prendra un temps infini"…)  D'autres cependant, parmi les notables ont accepté de faire cette triste besogne, pensant ainsi sauver leur peau. La chose se répète en Tunisie.

Les Juifs Tunisiens eux aussi en ont vu de toutes les couleurs : camps de travaux forcés (mon père en a fait partie), spoliations (ma famille aussi a subi cette dépossession), bombardements par les alliées (ma soeur en est encore traumatisée, la maison de mon oncle a été détruite et sa fille a trouvé la mort sous les décombres), la suppression de la nationalité française pour les Algériens...  

En voyant ce film j'ai bien cerné les procédés utilisés par les nazis tels que nous les expliquent les personnages qui témoignent…  Notamment j'ai écouté le témoignage important de Moïse Bouhnik, une connaissance sfaxienne, j'ai écouté les affirmations d'Yvette Saâdoun que j'ai connue à Sfax et qui est la belle soeur du précédent. J'ai suivi les explications de l'historien, le professeur Haïm Saâdoun, que j'ai rencontré à Sfax quand il était âgé de trois ans.  J'ai été très impressionné par ce que j'ai vu et entendu, j'ai appris ce que je ne savais que vaguement.

http://img227.imageshack.us/img227/7335/shoa2aj6.jpg

L'étoile jaune


Mes félicitations à ceux qui ont tenu le flambeau et n'ont pas accepté qu'on falsifie l'histoire. Ce qui est fâcheux c'est que les émigrants d'Afrique du Nord, une fois arrivés en Israël ont été déroutés par un nouvel mode de vie. Un peu de tact et de compréhension de la part de la société israélienne de cette époque, aurait facilité leur intégration dans le pays.

Je trouve que tout a été bien expliqué. Historiquement je ne peux que donner mon avis bien humble. Je remercie mon ami de toujours Réouven (Roger) Cohen de m'avoir envoyé ce film. Vous pourrez le voir aussi en vous adressant au producteur,
Alain Jacobuvicz, téléphone :  972(0)528-3117911.

Camus.

Voir aussi Le régime de Vichy, cliquer sur les termes écrits ys en bleu pour en savoir plus, dans le texte de Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9gime_de_Vichy

22.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Camus - dans La Shoa
commenter cet article

commentaires

Youdith Shaked 20/04/2016 15:41

Tous les Juif ont ete brainwashed sur une histoire de la Shoah, qui ne reflecte pas la realite historique contemporaine. La Shoa n'a pa evolue selon les continents Europeen et Nord Africain, et il n'y avait pas de Juifs europeens ou Nord africains; les juifs s'identifiaient selon une nationalitee: francais, belges, ...

La shoah etait un evenement politique, implementait par des regime politiques et no religieux; y avait pas de Judaism nord africain – donc pas de danger pour lui.

Le film, a matter of time, aurait du clairement montrer que la persecution des juifs dans les territoires Europeens en Afrique du Nord (Vichy-Maroc, Vichy-Algerie, Vichy-Tunisie, et ITALIAN Libya) faisait partie INTEGRALE de la Shoah en france et en Italie, respectivement.

Il est temps d'arreter de raconteur des opinions et non pas des faits historiques.

Nina 21/09/2010 06:58



Que nenni !
Je suis né dans ce pays de parents français.
Quand j'ai quitté le Maroc, j'étais dans un couffin.
C'était en 56 et j'avais trois mois.
Mes racines, pourtant, sont aériennes et diverses...
Chaque jour je découvre des choses... étranges. ^^



Camus 21/09/2010 11:01



Tune connais donc pas le Maroc.


Un de es amis de Sfax (Tunisie) a été envoyé en classe de seconde étudier en France.


Là il a rencontré une étudiante et is se sont mariés après la fin des études.


Ils ont professé au Maroc pendant quinze ans. C'est un beau pays. Ils sont venus me voir en


mai dernier et m'ont raconté leur roman. Un beau couple, sympa en plus.



Nina 20/09/2010 13:03



Le Maroc, placé sous protectorat français, avait reçu des directives pour le port de l'étoile jaune.
Mouley Hassan avai répondu qu'il n'existait pas de Juifs, au Maroc. Il n'y avait que des citoyens Marocains. Mais que si le port de ce signe était obligatoire, en prévoir beaucoup plus, pour que
la famille royale se plie à cet usage.
Un beau camouflet.
J'ai connu un homme - que j'appelais tonton - qui avait été un excellent aviateur.
Il avait été de ceux qui ont pilonné l'avancée de Rommel dans le désert puis avait enseigné quelques techniques de pilotage aux aviateurs Israëliens, dans des sous-sols de Tel Aviv.
Paix à son âme.




Camus 20/09/2010 20:32



Moulay Hassan et Mohamed V ont été aimés des Juifs Marocains.


Moulay Hassan s'est conduit comme un Souverain doit se conduire.


Mon beau-fils a fait un voyage au Maroc et il en est revenu il y a deux semaines.


Il trouvé la maison de ses parents, une maison qu'il n'a jamais connue.


Une grande émotion.


Cet homme que tu as connu, le tonton tu as du l'adlmirer. Allah Yerhamou !


Serais-tu Marocaine de naissance ?



Manina 30/01/2010 20:41


En te lisant, je frissonne encore. Je suis née en pleine débâcle en France et mes parents se sont cachés à la campagne en 1942/43, avec deux bébés, jusqu'à la fin de la guerre. Bien sûr qu'il ne
faut pas oublier. Bien sûr qu'il faut être toujours sur ses gardes. Bien amicalement et bonne soirée


Camus 30/01/2010 23:32


Bonne soirée Manina,
Bon dimanche et bonnne semaine.
J'étais tout petit quand mon père m'a dit :
 "Voici les Allemands qui descendent du train. Dépéchons nous".
Mais mon papa  a été engagé dans les travaux forcés.
Maman devair se débrouiller pour nous nourrir.
Ensuite on nous a renvoyé de notre maison.
L'atelier de mon père était dans la cour  et tout a disparu.
Après la guerre, tout était détérioré et il manquait tant d'ustensils et d'outils,
qu'il fallait recommencer à zéro.
Mes amitiés Malila et bonne nuit. Bisous Manina.


Morgane 30/01/2010 11:26


Triste souvenir en effet...... Quelle connerie.
Quand à l'Irak qui proclame comme d'autre d'ailleurs que tout cela n'a jamais
existé, je pense que si ils avaient été juifs à cette époque, ils ne diraient pas
toutes ces conneries.
Gros bisous p'tit Camus


Camus 30/01/2010 17:49


Bonne swoirée Fée Morgane,
C'est un triste souvenir que nous ne voullons pas oublier,
afin de rapeller aux Juifs qu'ils devraient être sur leurs gardes.
%Merci pour ta compassion,
Gros bisous Fée Morgane, et bon dimanche.