Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 20:29

Bouli  était notre derrnier chien fidèle âgé de 9 ou 10 ans . Il nous a quitté il y a de celà 3 ans.  Mon épouse Gisèle l'avait reçu  comme cadeau d'une amie. Il avait deux mois. Maman a trouvé qu'il ressemblait à une boule, nous l'avons donc nommé Bouli. Ami et compagnons de jeux et de randonnées et m'a inspiré pendant nos sorties. Nous avons été bien tristes lors de sa mort. Bouli est le seul personnage réel du récit "Je suis Isabelle".


Séparation.

En nous séparant je voudrais te dire
Tout l'amour que j'ai pour toi
Mon compagnon à quatre pattes souriant
Jappant léchant aboyant la queue remuante
Beau majestueux avec ton poil luisant
Bouli


Avant de te quitter je voudrais te dire
Que je ne voudrais pas te perdre compère
Je ne peux pas tout faire en même temps
T'aimer te lâcher et te voir souffrir fidèle ami
Entendre les pleurs de Vivi et les tiens se mêler
Bouli

Ne te sauve pas encore je voudrais te dire
Toute l'affection de mes filles de mes petits enfants
T'adorer et t'abandonner n'est guère possible
Je ne suis pas Le Créateur qui est capable de tout entendre
Ecoute mes sanglots et ceux de Gisèle s'embrouillent
Bouli

Dans cet adieu je voudrais te dire aussi
Que tu as parfaitement rempli tes devoirs
Chez nous les chats et les larrons n'avaient pas d'accès
Dans notre domaine les colombes et les moineaux
Bâtissaient leurs nids en toute confiance
Tu as été leur chaouch et aussi  le nôtre
Bouli

En nous donnant cette dernière accolade j'ajouterais
Que tu nous as escorté dans nos promenades
Ensemble nous avons découvert les paysages
Les amandiers en fleurs le début du printemps
Tu as été notre muse notre joie et grâce à toi
J'ai connu des personnages et des aventures fantasques
Bouli

En t'accompagnant à ta dernière demeure je t'assurerais
Que tu as été mon ami celui de Gisèle et surtout le baby
De Vivi qui te racontait des contes de jolies chiennes
En te mettant sur ta couche où tu rêvais de ta dulcinée
Il te coiffait te dorlotait te soignait et te dressait
Tu as été notre garde et te voilà ange gardien mon ami
Bouli


En clamant mes ultimes paroles je voudrais te dire
Que je ne désire pas te quitter chien pépère
Bouli tes yeux tristes semblent me dire
Dans ce jardin à l'ombre des arbres où
J'ai caché une fois un os creuse une fosse
Et ensevelis en mes os
Que la volonté du Seigneur soit faîte !

 



 Bouli est souveraim dans son domaine

 


Bouli déguisé à Pourim

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Camus - dans Poésie
commenter cet article

commentaires

Marcel (Fafouin) 01/11/2009 14:09


Bon Matin Honorable tout Camus,

Grands mercis pour ce Poème de Mémoire sur Bouli !

Belle Inspirtaion ... chalom !

Saâr vit-Il encore ? - 1 nov 2009 / 14 hechvan 5770 -


Camus 01/11/2009 14:24


Bonjour HONORABLE Ami,

Merci pour ces mots. Non Saâr a été tué à la fin des années 70.

Un très beau chien, je vais le présenter.

Bonne journée,

- 1 nov 2009 / 14 hechvan 5770 -
 


albert 01/11/2009 12:07


Voilà pourquoi je n'ai plus adopté un chien depuis la perte de Bobby alors que j'étais enfant.

La perte accidentel de mon jeune chien alors que j'avais 8 ans avait marqué mon esprit.
Et depuis, j'ai décidè que jamais plus ni moi ni mes enfants auront un animal quelquonque chez moi.

Il y a aussi 25 ans ma soeur s'était prise d'affection pour un hamster. Il a vieilli chez nous et puis 'mche'. Il fallait voir ma mère et ma sœur ce jour là, on dirait que nous avions perdu un
membre de la famille.

Camus ton poème est très beau.Magnifique.
Émouvant.


Camus 01/11/2009 12:48


Très juste,  c'est comme si un membre de la famille s'en va, D. nous en préserve.

Je vous raconterai l'histoire de mon chien loup Saâr (Tempête). Ce jour là Gisèle était éfondrée et dans son désespoir elle a dit un mot, et ce qu'elle a dit s'est réalisé. 
Patientez nous parlerons de çà...


Vivi il Diavolo 01/11/2009 12:04


Non Camus Bouli nous a quitté le 8 aout 2006 et pas en novembre.


Camus 01/11/2009 12:42


D'accord.


Vivi il Diavolo 01/11/2009 12:03


La séparation même a déjà été très dure pour moi qui devait prendre la décision d'abréger sa souffrance, pour lui j'étais son fidèle ami les autres membres de la famille venait après. Et son
dernier regard était a moi, qui était allongé a ses cotés.
Entre nous le remord me rongait jusqu'à présent bien que je suis sûr d'avoir fait le meilleur pour lui
Adieu mon ami.


Camus 01/11/2009 12:41


Je n'oublierai jamais son regard triste quand il nous a regardé.

Ce regard nous poursuit. Il était rongé par une tumeur et il n'était pas possible de le guérir. Nous n'avons pas voulu prendre une décision, sachant que Vivi essaierait tout pour le sauver.
Nous lui avons laisse le dernier mot et c'est lui qui l'a dit, de là sa peine immense.
Que la volonté du Seigneur soit faite !


Morgane 01/11/2009 08:59


C'est magnifique Camus ce que tu as écrit....
Je te comprends, tu vois j'ai perdu mon chien il y a 3 ans aussi en décembre..... Je te dis pas l'effondrement dans la famille;.... D'ailleus tu vois on a pas pu se résoudre à en prendre un
autre.....
Je reconnais la photo pour le pourim, je l'avais vu sur le blog du Diablotin!!!!
Gros bisouillous


Camus 01/11/2009 10:48


La famille a été effondrée, mais surtout Vivi qui lui parlait comme à un enfant.
Vivi... C'était difficile pour lui. Je ne pense pas qu'il va dire son mot, pour ne pas réveiller les regrets. Bouli est mort en novembre, un peu avant ton chien.
Bisous ma grande. Bonne fête.