Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 12:35
Miha et Hmino.

Chlomo est marié avec Zmarda, Itzhak avec Rachel. Chlomo s'empresse se construire un mur mitoyen au milieu de la grande cour, partageant en somme le domaine en deux maisons spacieuses et ensoleillées. Il laisse quand même une ouverture permettant de passer d'une coure à l'autre. Chlomo est occupé par sa brocanterie, posée à dos de mulet et qu'il propose de village en village et de quartier en quartier.

Dès son retour de tournée, Chlomo s'occupe d'abord de donner leur nourriture aux chiens.

"Les bêtes d'abord, de nous dépend leur repas", telle est sa devise.

Ensuite il est libre de se laver de la poussière du désert, de se restaurer avec les siens et toujours jovial, il raconte sa randonnée. Plus d'une anecdote il a à raconter chaque jour.

Chlomo et Itzhak sont hauts de taille, comme l'était leur mère avant eux. Itzhak s'occupe de bijouterie et à la longue il s'installe à La Chebba où ses affaires prospèrent.

Itzhak et Rachel mettent au monde deux enfants : Miha et Meïr aux premières années et d'autres plus tard. Chlomo et Zmarda enfantent deux descendants qu'ils nomment : Meïr et Miha et avec le temps donnent naissance à d'autres petits. Les enfants grandissent, jouent ensemble, mais tandis que Miha et Meïr de Itzhak vont à l'école, Zmarda n'envoie que son fils faire sa scolarité. Rachel lui donne ce conseil :

— Pourquoi ne pas mettre ta fille chez une cuisinière ? Elle aura un métier et tu feras des économies sur les études ?

Miha est placée donc comme auxiliaire dans une maison cossue, dès l'âge de sept ans. Elle apprend en plus de la cuisine, les bonnes manières, la façon d'entretenir une maison, le choix des produits alimentaires, la réception de convives, et le service. Ce n'est qu'à lâge de 51 ans qu'elle apprend à lire et à écrire. Elle écrit même un article pour un journal.

Dans ses moments perdus, elle écoute la musique et apprend à gratter sur une mandoline ou jouer de la guitare. Elle prend le goût du chic et s'habille avec recherche, tout comme les filles de sa maîtresse. Elle est haute et svelte comme son père. Avec le temps, elle se transforme en belle jeune fille et des prétendants viennent demander sa main. L'un d'eux est d'Algérie.

Toutefois elle n'a d'yeux que pour Hmino, le jeune et beau brun. Les deux jeunes gens s'aiment. Hmino (Clément) devient à la longue un spécialiste de plomberie-ferblanterie. Il a des amis de son âge et ensemble ils se conduisent comme tous les jeunes de cette génération des années trente du siècle dernier : ils travaillent, aiment s'habiller, fréquentent les cinémas, vont danser et s'assoir dans des cafés.



Les fréquentations de Hmino ne plaisent pas aux parents de Miha. Ou plutôt sa tante Rachel ne voit pas d'un bon œil leurs passe-temps et elle dit son mot si souvent que Zmarda l'écoute et elle défend à sa fille de rencontrer ce beau garçon.

— Nous te ferons un beau mariage ma fille. Si on te voit flirter avec ce type, nous perdrons les bons partis. Entretemps Miha évolue et a une promotion, à sa 20ème année elle est première cuisinière et plus tard gouvernante. Hmino de son côté est très estimé par ses employeurs.

Cependant il est mélancolique vu les rebuffades des parents de sa dulcinée. Miha est tout aussi affligée et les deux se donnent au travail, afin d'oublier leur chagrin. Itzhak influencé par son épouse, vient voir son frère Chlomo et lui fait une proposition pour le moins, surprenante.

— Ya houya * dit-il, je te demande la main de ta fille Miha pour mon fils Méïr et en échange je t'offre la main de ma fille Miha pour ton fils Meïr. Meïr pour Miha et Miha Pour Meïr. Çà sonne bien !

— Houya lâaziz * je te promets de réfléchir à cette question et d'entretenir ma femme de l'honneur que tu nous fais.

Cette demande en mariage double ne plait pas aux enfants de Chlomo qui faisant cause commune, refusent catégoriquement.

— J'aimerais mieux être dévorée par une bête féroce de préférence, réplique Miha. Amour d'abord. 

— Ne t'en fais pas sœurette, ces mariages n'auront pas lieu, rétorque Méïr. Moi non plus, je ne regarde que Rachel, la fille d'Aharon. Sur ce Meïr va trouver son ami Hmino et l'avertit :
— Presse-toi frangin, si tu ne veux pas la perdre. A toi de jouer. Vas-y, n'aie pas froid aux yeux ! Notre ami Hmino entendant cette nouvelle décide de saisir le taureau par se cornes. A lui d'agir.



Il attend Miha à la sortie de son travail et l'accoste.


— Miha, je t'aime et je désire t'épouser.

— Je ne peux te répondre cher Hmino. Mes parents m'ont défendu de te parler depuis cinq ans.

— Çà je le sais. Mais toi, m'aime-tu ?

— Une jeune fille bien ne répond pas à ces questions.

— Dis-moi sincèrement Miha. Tu m'aimes, je le sais.

— Je ne peux te répondre.

— M'autorises-tu au moins de parler avec ton père dans le but de te demander en mariage ?

— Essaies toujours beau garçon. Sur ce, elle le quitte en courant.

— Elle a dit : "beau garçon", murmure Hmino, elle ne m'a pas oublié donc ?

Ainsi, le vendredi après-midi, après un bon bain, rasé de près et habillé avec chic, il va trouver Chlomo.

— Bonne journée Ami * ! Que la paix soit sur toi et ta famille ! Que le bonheur et la félicité règnent dans cette maison.

— Bonjour mon fils. Que me vaut le plaisir de ta présence ? Veux-tu boire un verre avec moi ?

— Avec plaisir, ya Ami. Ce n'est pas de refus. D'autant plus que je sens d'ici l'arôme de la cuisine de Amti Zmarda*.

Chlomo ordonne à ses filles et fils de filer dans leur chambre, afin de s'entretenir sans témoins avec le jeune homme. Miha qui veut tout écouter, emprunte une échelle et monte sur la terrasse, sa mandoline en bandoulière.

— Il est vrai que tu as perdu ta maman à l'âge de cinq ans, reprend Chlomo et tous ces plaisirs de dégustation te manquent. Zmarda, ma chère apporte nous encore des boulettes et un verre pour ce jeune homme.

Juste au même moment Miha gratte sur sa mandoline une douce romance.

— Cette musique ? Provient-elle du ciel ? Demande-t-il avec une pointe de finesse. Est-ce que le Messie est en route, mon fils. Au fait Hmino, Tu ne m'as pas dit encore le but de ta visite ?

— Enâm Ami* ! répond Hmino aux yeux de lynx.

Faisant face à la terrasse, de sa place dans la cour, il la voit sa dulcinée jouer de son instrument.

— Enâm Ami ! Répète -t-il. Cette mélodie est sûrement interprétée par les anges qui viennent honorer le Shabbat ajoute-t-il malicieusement. Il ajoute :

— Ami, je viens demander la main de ta fille Miha. Elle sera heureuse avec moi et je serai dans les nues si tu acceptais ma demande. Je travaille et je gagne honorablement ma vie. Quant aux plaisirs de la cuisine, je me rattraperai avec ta charmante fille, qui est la meilleure cuisinière du pays.

Chlomo est-il sous le charme du beau garçon ? Ou bien est-ce l'eau-de-vie Bokobza qui la mis de bonne humeur ? Ou plutôt, est-ce son appréhension au su de la proposition de son frère de marier les quatre cousins ? Toujours est-il qu'il dit :

— Ta demande est acceptée mon fils.


Les fiancés (1932)

En entendant ces paroles, Miha émet en grattant sa mandoline un timbre si sonore que le son monte au ciel. Amen, ainsi soit-il !

— Ouras rouhi !*, çà vient du firmament. Les sons annonciateurs de la venue du Messie. De la chambre les filles émettent des hululements de joie.

— Quoi ? Vous écoutez aux portes maintenant ? Je vais vous corriger de suite. Mais il n'en fait rien. Très heureux qu'il est en ce moment où le ciel le bénit de sa sage décision.

Notes

Harroussa* : Jeune mariée.

Ya houya * : Mon frère.

Houya lâaziz * : Cher frère.

Ami * : Mon oncle, est aussi une appellation de politesse.

Amti Zmarda * : ma tante Zmarda, est aussi une appellation de politesse.

Enâm Ami * : Oui oncle. Littéralement Avec plaisir, oncle.

Ouras rouhi !* : Ma parole !

Partager cet article

Repost 0
Published by Camus - dans nouvelles
commenter cet article

commentaires

Nanou 04/11/2009 20:10


comme c'est joli tout ça !!!! Demander la main ainsi de sa dulcinée et de sa promise c'est tellement romantique, en plus meme la mandoline est de sortie Je suis et resterai surement une éternelle
romantique, j'aime toutes ces belles demandes un peu farouches au début, mais en fin de compte tout fini toujours bien...... Ha, comme c'est beau l'amour !!!! (soupir)
Amon néshikot Camus *****


Camus 04/11/2009 20:45


Je suis aussi romantique que toi. Ils se sont beaucoup aimés les tourtereaux. On les a séparés cinq ans, quel dommage ! Mais tout est bien fini. L'amour...  est éternel.
Arbé néshikot sage Nanou.