Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 16:55

Eden : la fille du diable


cafeAmir revient à lui après deux jours de fièvre et de délire.

Claudine ajoute :

— Tu as dit dans ton délire que... tu... as... fait l’amour avec deux Françaises... en même temps... Je te pardonne, mais ça fait mal… Sur ce, adieu mon ami, notre histoire se termine ici. Tout est fini entre nous. Tu as dû perdre conscience, pendant que tu jouais les Casanova et encore avec une grippe. Le médecin a dit que tu as fait des efforts.


Amir écoute ce monologue et comprend enfin que la fièvre était la raison d’un délire. Ses explications tombent sur des sourdes oreilles. Ah ! Les amis, il est dans un mauvais pas : « Ô Seigneur, vous êtes là-haut ? Donnez-moi un indice qui me permette de comprendre le raisonnement de Claudie ».


Un claquement de porte résume cet épisode et les paroles incompréhensibles de Claudine : « Oublie tout chéri, ne te fatigues pas. Je te pardonne d’avoir rappelé Eden dans ton trouble ». Et, « Je te pardonne, mais ça fait mal… Sur ce, adieu mon ami, notre histoire se termine ici ». 

Pour cacher sa tristesse et sa rancune, Amir se dirige vers la grange, et là, loin des regards insolites, il donne libre cours à sa mélancolie...

Il passe la langue sur les lèvres, elles ont un goût salé.


« Je suis très fâché envers Claudine, son manque de confiance me fait mal au cœur, elle, ma bien aimée, la jeune fille adorée, celle que je désire épouser et garder auprès de moi, ma vie durant, avec elle, nous avons échangé  tant de promesses »..., médite notre ami.

Ses pensées se mêlent et s’entremêlent, il se pose des questions, à qui la faute, où s’est-il trompé, pourquoi dit-elle l’aimer et se méfie-t-elle de lui en même temps ? Il en est là dans ses réflexions, quand ses amis apparaissent. Ce sont Amberto et Lisette sa fiancée. Ils disent :

— Lèves toi ! Personne ne doit te voir dans cet état de déprime. Réagis ! Lisette ajoute :

— Fais semblant que je ne t’ai pas parlé. Eden s’est vantée de sa mystification devant d’autres filles. La nouvelle a couru. Tout le monde sait qu’elle a entendu ton délire et a laissé entendre à Claudie que tout s’est passée en réalité, elle a mentit !

— Alors Claudine va revenir ?

— Non. Elle fait la sourde oreille. Elle joue celle qui ne croit pas... Pour la bonne raison que son promis, le fiancé Gilles doit arriver de Casablanca d’un jour à l’autre, Alors pour ne pas être dans l’embarras, elle a préféré couper avec toi avec comme raison, que tu l’as trompée, soit disant. Mais Eden a dévoilé la vérité, et voilà Claudine bien embrouillée quand même.


— Fille du diable,  Eden. Vas au diable ! S’exclame Amberto. Amir l’arrête :

— Non pas d’injures, mon ami. Vous avez raison,  je reviens à moi. Armand entre à ce moment juste pour clamer :
— Tous pour Un, Un pour Tous.

Lisette, Amberto, Armand et Amir joignent leurs mains, les bras tendus, à la manière des mousquetaires, leurs héros de jadis.

— Tu seras vengé ! S’écrièrent les trois.
— Ah ! Non pas de sottises, on ne m’a rien fait, il ne me manque rien, une vendetta ? A quoi cela rime ?


Une fille vous tend un piège ? Des millions de d’autres femmes allaitent leurs bébés, font le bonheur de leurs compagnons, vont au travail, soignent des malades… C’est une cuisante leçon, ce qui ne veut pas dire, qu’il faudrait généraliser.


Mais une fille, c’est le démon, vous savez son nom : Eden la fille du diable.

Avant de le quitter Armand donne à Amir un conseil de maître :
— Rends la jalouse, mon ami : la jalousie est parfois un remède !

Amir saura-t-il profiter des conseils que lui prodiguent ses amis ? Nous savons qu’il est intelligent, souhaitons qu’il les écoutera !


Lire le 7ème épisode : le baiser d’Eden. 

 

Horizon.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Camus - dans littérature
commenter cet article

commentaires

Nina Padilha 10/10/2011 17:52



Une réponse végétale que je n'ai pas comprise !



Camus 10/10/2011 19:56



C'était le fil de la vie, à défaut du fil de l'histoire.



Nina Padilha 10/10/2011 17:23



Gimont : le retour.
J'ai perdu le fil de l'histoire...
Mais, à ce que je lis, beaucoup de migraines inutiles, pour notre ami.



Camus 10/10/2011 17:49