Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 10:37

Prologue par Hedi Bouraoui


http://www.tunecity.net/IMG/jpg/hedi.jpgEcrire sa ville natale n’est pas contempler son nombril ! Ni conforter l’ego dans sa folle fierté de quadrature du cercle. C’est la nommer, lui rendre ainsi les honneurs. Et colmater en même temps les brèches de la blessure du Lieu de naissance. Se distancier pour ajuster l’Idéal qu’on aurait souhaité qu’elle garde et la réalité affligeante qu’elle assume sans rien nous demander.

Quotidienneté que l’on vit, d’autant plus qu’on l’a quittée depuis belle trompette !

Ni exil, ni aliénation de ce lieu privilégié. En l’abandonnant derrière soi, cela ne veut pas dire qu’on l’oublie. Plutôt, on le porte en soi, en bonne compagnie de son nom propre, et partout où l’on va...

Si l’on a quitté sa ville natale, ce n’est pas pour ramer dans la guimauve, cette nostalgie de pacotille, dans laquelle on risque de se noyer à cœur ouvert.

Revisiter le lieu de son origine - en imaginaire ou en lampadaire ambulant - c’est mesurer l’écart vertigineux entre son développement ou sa démise et son propre standing en mutation.

 

Toujours, la ville natale accepte, de loin ou de près, toutes les louanges à bras ouverts. Elle les dorlote, et les investit par tous les temps. Mais à la moindre égratignure, elle sort ses griffes, bondit de haine et de dépit. Et puis, à la première occasion, elle vous seringue son venin...

Ambiguïté entre l’Amour de sa naissance et son exécration... entre être et paraître... entre avoir et croire... tous ces entre-trois qui sont source de poésie.

Poésie qui maintient le feu sacré de la vie.

Et cet itude qui vient de loin ! Du fin fond de l’Afrique. Continent inaugural de la race humaine. C’est là où est né l’Etre. Pour ne pas dire l’Homme, ce qui lèserait la gente féminine. Des compléments nécessaires et indissolubles. Tels ceux du nom propre et du lieu de la naissance.

Ne chantournent-ils pas ce petit vernis qui fait notre humanité ? Celui-ci ne s’éteint qu’à la mort. Mais il peut survivre par la combinaison de ce que l’on a pu créer. 


Lien primal

Sfax ville natale surgit

Poulpe rayonnant tentacules

Toujours ce soleil fulgurant

Remonte la route vers la Capitale

Lointaine concordance de l’absolu

Je cherche la chéchia aux yeux

Des portes de Bab-Diwane vers la mer

A battre ardemment pour attendrir la chair

Et dépecer peau comestible

Rien que pour le souvenir du goût

Chakchouka aux pois verts, piments rouges

Qu’une tendre sœur prépare une fois l’an...

Je ravale ma naissance au lieu-dit du savoir

Rehaussé par une famille corrosive

Qui ne te laisse jamais oublier son ascendance.


 
Sfax, Soleil de vérité

Ville aux branches d’olivier

Tu mets du baume

Au cœur de chaque regret

Des calamités et du destin traître

De ton Olive, tu étanches

La soif des damnés de la terre

Ta lumière nourrit les éclairs

Ton esprit foudroie les fantômes

Ton arbre mien plonge

Ses racines dans le phréatique

Du ciel inversé de l’adversité

Et redore notre fierté de figue de barbarie

Témoin de la sereine splendeur

Qui racle les épines des envieux

N’es-tu pas la médiatrice de l’espoir

Entre Capitale et pleines saheliennes ?

Tu relèves les défis de cette dédaigneuse

Acerbe dans sa servitude à tant d’aléas

Et quand elle t’abandonne à la Porte du sud

Le No man’s land saharien vient à ton secours

Peu importe le dédain et l’envie

Peu importent les calanques tunisoises

Safakous a inauguré notre prestige

Et nous devons lui rendre la pareille

A l’aune de sa majestueuse oliveraie


Sfax, la Japonaise

Du nerf de la richesse

On t’a affublée

Et comme tu ravives

Les synergies... On a mis

Sur ta tête une couronne

Japonaise

Tous savent que sans toi

Le pays n’aurait qu’une piètre

Economie

Tu es seule à mettre sur les rails

La bourse des survivances

Et pourtant

Au pouvoir, tu n’occupes

Qu’un strapontin bancal

Il fait néanmoins

Tourner rouages et marchandages !

Les deux mamelles de ta béatitude 


http://www.amit4u.net/vault/blogs/25976/sfax%2014.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Camus - dans Poésie
commenter cet article

commentaires