Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 13:51


Réévaluer les Relations avec les Etats-Unis


 Par le député de la Knesset Dr Aryeh Eldad

Jerusalem Post – 11 juin 2010


http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:8soJdm-pQh3XCM:http://www.knesset.gov.il/mk/images/members/eldad_aryeh.jpg

 


Traduction www.nuitdorient.com


 La 1ère fois qu'on a utilisé l'expression "réévaluer les relations" dans le discours diplomatique américano-israélien, c'était en 1975. Le Secrétaire d'Etat Henry Kissinger cherchait à cette époque à faire pression sur Yitshaq Rabin pour qu'il signe un "accord intérimaire" avec l'Egypte, dans lequel Tsahal se retirerait des lignes d'armistice de la Guerre du Kipour aux défilés de Mitla et Gidi dans le Sinaï. Kissinger gela les envois d'armes américaines et insinua que d'autres mesures plus sévères suivraient. Rabin resta imperturbable et porta la question au Sénat américain. Le président Ford et H Kissinger se calmèrent.

Même au milieu de la crise, les Etats-Unis n'ont pas osé mettre en péril l'essentiel de l'accord stratégique qui les liaient à Israël, la politique d'ambiguïté nucléaire.


Le président Lyndon Johnson et le 1er ministre Golda Méir ont fixé en 1969 cette politique qui a été appliquée depuis par les dirigeants des 2 pays. Cette politique a été souvent définie par des accords écrits, et, à l'occasion, par de simples ententes mutuelles. "Israël ne sera pas le 1er pays à introduire des armes nucléaires au Moyen Orient" disaient les 1er ministres Lévi Eshkol, Shimon Peres, Golda Meir et Yitzhaq Rabin et tous ceux qui les suivirent. Les présidents américains se succédèrent, parfois soulevant une question, parfois demandant un éclaircissement, mais tous acceptèrent la formule d'entente et s'en tinrent à elle. Sauf B H Obama…!


Après son élection, Obama promit au 1er ministre B Netanyahou de garder cette politique d'ambiguïté nucléaire d'Israël.

 

Mais il y a 2 semaines il l'a trahie !

 

Le 28 mai, la Conférence du Traité de non prolifération nucléaire (NPT) qui se réunit tous les 5 ans, demanda à l'unanimité à Israël de signer le traité et d'ouvrir ses installations pour un contrôle extérieur, avec l'appui des Etats-Unis.


Israël n'est pas signataire du Traité. L'Iran l'a signé, et l'Iran s'est précipité vers la production d'armes nucléaires. La Syrie et la Libye sont signataires, mais leur signature ne les a pas empêchés de construire des usines d'enrichissement du plutonium à des fins militaires. La Corée du Nord a construit une bombe et elle teste des armes nucléaires, se moquant du monde entier, supposé s'y opposer. Les experts pakistanais, menés par "le père de la bombe du Pakistan", Abed Kadir Khan, ont vendu des secrets nucléaires et la technologie nécessaire pour fabriquer des armes à l'Iran, à la Syrie, à la Libye et sans doute à la Corée du Nord. Face à cette floraison industrielle, les Etats-Unis ont cédé devant une initiative égyptienne et accepté que seul Israël devait être désigné du doigt comme pays menaçant. Et c'est Israël seul qui est mentionné dans le rapport du Comité du NPT. Apparemment, seules ses installations doivent être contrôlées…!

 

We-love-Israel.jpg

 Il est Temps de Réévaluer les Relations avec les Etats-Unis


Israël a peut-être besoin des milliards $ qu'il reçoit en aide militaire des Etats-Unis ou des munitions nécessaires dans l'éventualité d'une longue guerre ou de l'approvisionnement en armes de Tsahal; puis le marché américain est d'une importance capitale pour l'économie israélienne; enfin l'intervention américaine limite souvent l'isolement international du pays. Mais en fait il faut savoir qu'Israël ne peut plus compter sur le soutien américain. Et il doit réévaluer les promesses américaines, celles faites par écrit, celles annoncées cérémonieusement en public ou celles soufflées en privé à la Maison Blanche. Celui qui sans sourciller a trahi Israël sur la question capitale du nucléaire, où l'existence même de la nation est en jeu, du fait des menaces iraniennes, n'hésitera pas à dénoncer les autres engagements. Aujourd'hui B H Obama presse Israël d'accepter des dictats qui mèneront vers une entité palestinienne -- pas forcément amicale -- au cœur de ce pays. Il offre en retour des garanties de sécurité telles que la démilitarisation de cet état, l'avantage technologique… Quel Israélien voudra mettre en péril l'existence de sa patrie en prenant pour argent comptant des promesses faites par un président américain qui n'a pas hésité à trahir et à renier les engagements de ses prédécesseurs, oubliant même les siens ?


On pourrait penser que si la situation politico-militaire du pays se détériorait, nos possibilités de maneouvre vis-à-vis des Etats-Unis diminueraient. Quand on a le dos au mur et personne sur qui compter, alors on se doit d'être résolu et fort et la détermination doit remplacer les doutes. Savoir déjà que les promesses américaines sont fallacieuses est un atout majeur. Même un indigent ne donne pas le peu qu'il a contre des promesses qui ne valent rien.

 

Obama n'est pas plus effrayant que Ford et Clinton ne nous déteste pas plus que Kissinger. Et la mer qu'on nous promet comme sépulture depuis fort longtemps est toujours la même. Les Arabes sont identiques à eux-mêmes. Mais le mur contre lequel nous sommes acculés est de plus en plus proche.

Aujourd'hui la profondeur de la trahison de B H Obama doit être rendue publique et connue des Américains. Alors que les élections de novembre approchent, Binyamin Netanyahou a l'occasion d'accomplir ce qu'a fait Rabin en 1975.

 

A paru dans : http://www.jpost.com/Opinion/Op-EdContributors/Article.aspx?id=178543http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:CMMsUoLqY77ExM:http://www.aisrael.org/Eng/_Uploads/131jerusalem_post_logo.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Camus - dans Revue de presse
commenter cet article

commentaires

therese 22/06/2010 16:29



Aucune surprise, il s'agit d'un musulman qui dirige les USA...Mais je prefere ne pas courir trop vite car la tempete couve et l'armada des USA se trouve deja sur la mer rouge...


Camus, tu sais ce que cela signifie... les vents de la guerre sont deja la.



Camus 22/06/2010 18:14



Le souffle des cris de guerre est là...


J'espère que ty te trompes...