Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 11:32

Le chou : un allié de la santé 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/20/%D7%9B%D7%A8%D7%95%D7%91_%D7%90%D7%93%D7%95%D7%9D.JPG/253px-%D7%9B%D7%A8%D7%95%D7%91_%D7%90%D7%93%D7%95%D7%9D.JPGLe chou, famille des crucifères, est un légume vert riche en vitamines C. et acide folique.  Il a des vertus tonifiantes en couvrant 50 % de nos besoins en vitamines B1 pour la transmission de l’influx nerveux et en vitamines A et E qui sont des antioxydants. Le chou est également source de minéraux comme le potassium, qui nous permet de rester en forme tout l’hiver. Riche en fibres, il agit sur les transits difficiles. En plus d’être un aliment sain et équilibré, le chou est un allié pour la forme et la ligne : il ne fournit que 22 kcal / 100 g.

Le chou possède des vertus médicinales contre les ulcères gastriques, la goutte, les douleurs musculaires ou encore l’alcoolisme. Le chou, comme les autres crucifères, contribuerait à nous protéger des cancers, particulièrement ceux du poumon et de l’appareil digestif.

Principes actifs et propriétés : Pour les légumes en général et les crucifères 

Plusieurs études épidémiologiques ont démontré qu’une consommation élevée de légumes et de fruits diminuait le risque de maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies chroniques. Quelques mécanismes d’action ont été proposés pour expliquer cet effet protecteur; la présence d’antioxydants dans les légumes et les fruits pourrait y jouer un rôle.

En ce qui concerne les légumes de la famille des crucifères tels que le chou, le brocoli et le chou-fleur, des études épidémiologiques laissent penser que leur consommation régulière pourrait contribuer à prévenir certains cancers comme ceux du poumon, des ovaires et des reins (dans ce dernier cas chez la femme). Par ailleurs, une étude a démontré qu’une consommation fréquente de crucifères (plus de 30 fois par mois) était associée à une plus faible concentration sanguine d’homocystéine dans le sang, un acide aminé constituant un facteur de risque de maladie cardiovasculaire lorsque sa concentration est trop élevée. Enfin, une étude explorant la fonction cognitive (par exemple, divers aspects de la mémoire) chez les femmes âgées a démontré que celles qui consommaient le plus souvent des crucifères présentaient un déclin cognitif plus faible que celles qui en consommaient le moins souvent, un résultat pour l’instant encore préliminaire.

Pour le chou 

Une revue de la littérature scientifique ainsi qu’une étude d’observation chez l’humain démontrent une association entre une consommation régulière de chou (au moins une portion par semaine) et une diminution du risque global de cancer, tous types confondus, ainsi qu’un plus faible risque de cancer du poumon et du pancréas. D’autres chercheurs se sont penchés sur des composés spécifiques du chou, décrits ci-dessous, qui pourraient contribuer à expliquer les bienfaits potentiels de ce légume sur la santé.

Antioxydants. Les antioxydants sont des composés qui protègent les cellules du corps des dommages causés par les radicaux libres. Ces derniers sont des molécules très réactives qui seraient impliquées dans le développement des maladies cardiovasculaires,  de certains cancers et d’autres maladies liées au vieillissement. Des chercheurs ont étudié in vitro l’effet des composés phénoliques (une grande famille d’antioxydants) de dix légumes sur la croissance de cellules cancéreuses humaines. Le mélange de composés phénoliques extraits du chou a démontré l’une des plus fortes capacités à diminuer la croissance de ces cellules cancéreuses. Cet effet a été surpassé seulement par les composés phénoliques de l’épinard. D’autres chercheurs ont comparé le contenu total en composés phénoliques de plusieurs variétés de chou. Le chou rouge s’est avéré celui qui en contenait le plus, soit au moins le double comparativement aux autres variétés de chou.

Chez l’animal, un extrait de chou rouge s’est également montré efficace pour protéger le cerveau contre le stress oxydatif, cette protection constituant un effet antioxydant. Cyanidine. Parmi les différentes variétés de chou, le chou rouge se distingue par son contenu plus élevé en flavonoïdes, une catégorie d’antioxydants. Le principal flavonoïde du chou rouge est la cyanidine, un pigment anthocyanin qui contribue d’ailleurs à sa couleur prononcée. Une revue de la littérature scientifique sur les anthocyanines démontre des propriétés bénéfiques pour la prévention du cancer (diminution de la formation de tumeurs chez l’animal, diminution de la croissance des cellules cancéreuses in vitro)16. Davantage d’études doivent toutefois être menées avant d’appliquer ces résultats à l’humain.

Glucosinolates. Ce terme regroupe un ensemble de composés principalement retrouvés dans les légumes crucifères, dont le chou. Les glucosinolates sont biologiquement inactifs. Toutefois, lorsque l’aliment subit des transformations physiques (par exemple haché ou mastiqué), les glucosinolates entrent en contact avec un enzyme présent dans l’aliment, appelé myrosinase. Les glucosinolates se transforment alors en molécules actives appelées isothiocyanates; plusieurs de ces molécules contribueraient à limiter le développement du cancer. La cuisson du chou réduit l’activité de la myrosinase, diminuant la possibilité de transformer les glucosinolates en composés actifs dans l’organisme. Toutefois, la flore bactérienne intestinale peut également transformer les glucosinolates en isothiocyanates, ce qui pourrait compenser partiellement la perte d’activité de la myrosinase des aliments cuits. Le fait de bouillir le chou peut également entraîner une perte importante de glucosinolates à travers l’eau de cuisson. L’idéal serait donc de le consommer cru ou légèrement cuit, dans peu d’eau. Le chou contient plusieurs glucosinolates, les principaux étant la glucobrassicine et la sinigrine.

Indole-3-carbinol et 3,3-diindolylméthane. Le chou renferme un glucosinolate appelé glucobrassicine qui, sous l’action de la myrosinase, se transforme en un isothiocyanate actif appelé indole-3-carbinol. Dans l’organisme, l’indole-3-carbinol peut se transformer à son tour en 3,3-diindolylméthane. Des recherches in vitro et chez l’animal laissent supposer que ces deux composés pourraient prévenir la formation de tumeurs, diminuer la croissance des cellules cancéreuses et favoriser leur autodestruction. Ces études portent surtout sur des cancers liés au système hormonal (sein, prostate), mais d’autres résultats chez l’animal démontrent aussi un effet bénéfique contre le cancer cervical. Bien que ces composés semblent prometteurs, certains chercheurs s’entendent pour dire qu’il faut en savoir davantage avant d’entreprendre des études chez l’humain. En effet, ces substances ne seraient pas toujours bénéfiques chez des animaux déjà atteints de cancer.

Allyle isothiocyanate (AITC). Le chou est l’une des principales sources d’un glucosinolate appelé sinigrine, que la myrosinase transforme ensuite en un composé actif appelé allyle isothiocyanate (AITC). L’AITC a démontré in vitro et chez l’animal une capacité à limiter la croissance de cellules cancéreuses. Toutefois, puisque les résultats d’autres recherches sur ces composés suscitent la controverse, davantage d’études seront nécessaires pour clarifier ces propriétés et vérifier si elles s’appliquent chez l’humain.

Pour soulager les douleurs de l’arthrose ou des rhumatismes, lavez et essuyez des feuilles de chou bien vertes. Ensuite, écrasez-les à l’aide d’un rouleau à pâtisserie afin d’en dégager les sucs. Appliquez cette préparation sur les articulations douloureuses et protégez avec une bande de tissu. Imbibées dans de l’huile d’olive, les feuilles sont efficaces pour les gerçures ou les crevasses. Les résultats des études scientifiques montrent que la consommation de chou deux à trois fois par semaine réduirait le risque de cancer du poumon.

Autres propriétés

*** Vitamine K. Le chou commun ainsi que le chou rouge bouilli sont d’excellentes sources de vitamine K. Le chou rouge cru, quant à lui, est une bonne source de vitamine K pour la femme et une source pour l’homme, les besoins de l’homme étant supérieurs.

* Fer. Le chou rouge bouilli est une source de fr pour l’homme seulement, les besoins de la femme étant supérieurs. Chaque cellule du corps contient du fer. Ce minéral est essentiel au transport de l’oxygène et à la formation des globules rouges dans le sang. Il joue aussi un rôle dans la fabrication de nouvelles cellules.

* Manganèse. Le chou rouge bouilli est une source de manganèse. Le chou commun bouilli et le chou rouge cru en sont des sources pour la femme seulement, les besoins de l’homme étant supérieurs. Le manganèse agit comme cofacteur de plusieurs enzymes qui facilitent une douzaine de différents processus métaboliques. Il participe également à la prévention des dommages causés par les radicaux libres.

* Vitamine B1. Le chou rouge bouilli est une source de vitamine B1 pour la femme seulement, les besoins de l’homme étant supérieurs. Appelée aussi thiamine, la vitamine B1 fait partie d'un coenzyme nécessaire à la production d'énergie principalement à partir des glucides que nous ingérons. Elle participe aussi à la transmission de l'influx nerveux et favorise une croissance normale.

* Vitamine B6. Le chou rouge ainsi que le chou commun bouilli sont des sources de vitamine B6 Aussi appelée pyridoxine, la vitamine B6 fait partie de coenzymes qui participent au métabolisme des protéines et des acides gras ainsi qu’à la synthèse (fabrication) des neurotransmetteurs (messagers dans l’influx nerveux). Elle contribue également à la fabrication des globules rouges et leur permet de transporter davantage d’oxygène. La pyridoxine est aussi nécessaire à la transformation du glycogène en glucose et elle contribue au bon fonctionnement du système immunitaire. Cette vitamine joue enfin un rôle dans la formation de certaines composantes des cellules nerveuses et dans la modulation de récepteurs hormonaux.

* Vitamine C. Le chou est une source de vitamine C. Le rôle que joue la vitamine C dans l’organisme va au-delà de ses propriétés antioxydantes; elle contribue aussi à la santé des os, des cartilages, des dents et des gencives. De plus, elle protège contre les infections, favorise l’absorption du fer contenu dans les végétaux et accélère la cicatrisation.

Le chou dans notre assiette

En raison de l’odeur qu’il dégage, le chou est un légume délaissé. Pourtant, il suffit de bien savoir le cuisiner pour obtenir ses vertus nutritives. Avant de le préparer, le chou se choisit lourd et dense avec des feuilles serrées, fermes et brillantes. Comme salade, il faut bien le laver, retirer le trognon et les feuilles abîmées. Le chou peut se déguster cru, en crudité. Pour les intestins fragiles, il suffit de précéder la cuisson à la vapeur par une cuisson à gros bouillons dans un récipient ouvert sans mettre de sel. Vous pouvez rajouter des graines de cumin ou d’anis vert pour faciliter la digestion.

Le chou s’intègre dans une soupe ou un potage avec les pommes de terre comme le Caldo Verde des Portugais. Les feuilles de chou peuvent servir de récipient pour réaliser des aumônières en incorporant une farce au centre. Il suffit de refermer à l’aide d’une tige de ciboulette pour former une petite bourse. Vous pouvez également opter pour la recette incontournable, la choucroute. Pour les personnes qui veulent garder toutes les vertus thérapeutiques du chou, préparez-le en jus. Il faut choisir des feuilles de chou biologique que l’on plonge dans une eau peu minéralisée à 40° pendant 10 secondes. Il faut refaire l’opération 3 fois avant de hacher et de presser pour en extraire le jus.

  http://www.halfshira.co.il/files/dietat_kruv.jpg

Les données / Passeport Santé et autres sources

 

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Camus - dans recettes
commenter cet article

commentaires

Alexandra 07/09/2017 17:02

Merci pour votre article que j'ai trouvé très intéressant ....Je vous l'ai emprunté mais je l'ai spécifié ...Je vous souhaite une bonne continuation
Cordialement
Alexandra Erazmus

Nina Padilha 14/01/2014 14:29


Miam la soupe aux choux !
Un régal !

Camus 15/01/2014 08:47



Un régal égale santé, ton bon goût te dirige vers ce qui est bon pour elle... Bisous