Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 10:17


Paris le 6.02.2008.

Avec la participation exceptionnelle de Camus

Récit par Albert SIMEONI

GUET

11°
Monsieur BERREBI, le directeur d'Hélène, remarque l’état de la jeune femme et sans oser aborder le problème dans le fond, lui demande ce qui ne va pas.

La jeune fille est secouée par un tremblement nerveux.
Elle bave devant lui et se met à vomir.

Le dirlo n’en revint pas. Il n’a pas l’habitude de voir la fille de son ami le rabbin dans cet état.
Il lui demande d’aller se reposer mais Hélène refuse sachant que son mari est à la maison.

Monsieur Berrebi, n’ose pas lui demander la cause de ce état mais il sait que le problème est d’ordre conjugal. Les yeux poches et la lèvre fendue sont des marques qui ne trompent personne. D’autant plus qu’il connaît la réputation de ce Clément.
Hélène ne veut rien dire mais demande à rester jusqu’à la fin de son heure de travail.

Pendant ce temps, deux amis de jeu viennent frapper à la porte de monsieur Clément Ayoun.

Deux compagnons qui viennent le relancer sur la promesse qu’il leur a faite de payer ce qu’il leur doit, la coquettes somme de 1230 Dinars. Une dette de jeu.

Clément tergiverse, essayant de gagner du temps en repoussant l’échéance.

Clément fait jouer le temps mais hélas, on lui fait comprendre qu’il ne pourra remettre ses mains sur le tapis vert que lorsqu’il aura honoré la somme.



On lui donne une semaine et pas plus. Une semaine pour effacer l’ardoise. En attendant, la somme est inscrite au greffe du Tribunal des Joueurs comme privilège. Clément est acculé et personne ne viendra l’aider.

Il pense au compte bancaire de sa femme. Sans perdre de temps, il met à exécution son projet.

Il tire le lendemain, à la BNT, la somme de 1500 dinars sur leur compte joint à l’insu de sa femme. Il paye sa dette et retrouve pour un soir ses bons amis.

Le soir même, il se retrouve endette de 2500 Dinars. Il a hypothèque sa montre en or et deux bracelets de sa femme.

Plus tard, le pot aux roses est découvert et Hélène abasourdie par ce qu’elle découvre, reçoit en guise de récompense une raclée. Les hurlements de la jeune femme parviennent chez les voisins qui défoncent la porte. La police est alertée et le couple se retrouve au poste de police.


Le jeune commissaire Hamadi ‘Scoubidou’ connaissant les deux familles, prend faits et cause pour la jeune Hélène. Elle saigne du coté de la tête. Sous les conseils du bon commissaire, elle dépose une main courante.

Toute la Goulette est au courant des faits survenus à la belle Hélène.

A Suivre.


Partager cet article

Repost 0
Published by Camus - dans littérature
commenter cet article

commentaires

Morgane 14/10/2009 14:18


Moi je serai elle, je le quitterai de suite, mais en l'assomant avant pendant son sommeil par exemple.....
belle aprém p'tit Camus
gros bisous


Camus 14/10/2009 16:58


Elle ne le voit pas dormir, pour la bonne raison qu'il n'entre que le metin après le dé"part d'Hélène au travail.
Quel méchent ùmari et pas du tout clément.
Je n'ai pas réussi à t'écrire un commentaire tout à l'heure. Bon aprèm.
Bisousgros