Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 12:59



Paris le 6.02.2008.

Avec la participation exceptionnelle de Camus

Récit par Albert SIMEONI

GUET

12°

Le papa et la maman apprennent les déboires de leur fille et décident d’agir.
Ils se rendent, sans perdre de temps, dans l’après midi même chez leur fille avec la ferme intention de la soustraire des griffes de ce minable, de ce malpropre .

Hélène, mal en point et hagarde, ne semble pas réagir. Elle est plongée dans une léthargie qui la laisse sans voix. Elle suit son père sans rien dire. Sa maman M’Tira la soutient.

Hélène retourne donc chez sa famille alors que son mari, de son côté, est attablé, deux heures plus tard après l’incident, au café des Amis pour picoler avec ses compagnons de jeu.

Un certificat en bonne et dû forme est établi par le Docteur Lellouche pour violences conjugales. Les faits étant établies au commissariat, Hélène sur les conseils de son père et de son oncle avocat Maître Scemama du barreau de Tunis, décident de déposer une requête en divorce. Le couple ne partage plus l’appartement.
Le contrat de location établi au nom de Hélène Ayoun est dénoncé.

Clément fera tout pour se faire pardonner en promettant de revenir sur le droit chemin.
Mais hélas, lorsqu’on est joueur, on est pourri jusque dans l’âme.
Hélène ne veut plus rien entendre de son ex mari. La cause est entendue.

Le seul vrai sentiment qui existe entre un homme sans vice et un joueur professionnel de cartes tient en l’occurrence au détachement qu’éprouve ce premier pour tout ce qui est factice futile et dangereux alors que le second est tenu par des lendemains qui chantent faux.
L’illusion de s’enrichir par la grâce d’un lot de cartes, de paris mutuels sur les chevaux ou autres gains de casino, hypnotise jusqu’à la folie. On peut en mourir.
Le jeu n'en vaut pas la chandelle.


 

 

 

(J’en ai connu un qui a perdu tout l’héritage de son père, immeubles et autres biens, en un temps record. Au point de quémander un ticket de train pour rentrer chez lui au petit matin. Il reçut en gage de bonne conduite le nom de BOUL OU KHRÂ (pipi et caca), par ces amis.

Après un an et demi de procédures, Hélène retrouve enfin sa liberté mais pas tout à fait parce qu’il lui reste à accomplir la formalité de l’obtention du GUET, l'acceptation de donner le divorce, par son ex.

A Suivre...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Camus - dans littérature
commenter cet article

commentaires

Vivi Il diavolo 16/10/2009 13:24


C'était a prévoir, qu'elle ne dit pas qu'elle ne le savait pas ?
Vivi


Camus 16/10/2009 16:31


Elle est dans un état apathique, elle ne peut rien dire la pauuvrette.