Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 16:33


Paris le 6.02.2008.

Avec la participation exceptionnelle de Camus

Récit par Albert SIMEONI  GUET 20°


Clément Hassan ne retournera jamais revoir Monsieur Camus, pour la bonne raison que sa Fernande, lui demande officiellement de la remplacer derrière le comptoir. Trop fatiguée pour continuer à vaquer à ses occupations, à rester des heures debout, à servir une même clientèle avinée. Elle en parle à son Clément.

‘...Clément, je ne peux plus continuer à travailler, alors j’ai pensé que tu pourrais prendre ma place à présent, tu en es capable, la seule chose que je te demande et d’être sérieux, tu peux l’être si tu y mets de la bonne volonté. Je sais que tu y arriveras... ! C’est la plus belle occasion de ta vie, alors ne la rate pas sinon, je serai obligée de vendre. Nous partagerons les bénéfices et peut être qu’un jour tout te reviendra, je n’ai qu’une sœur âgée qui vit très loin d’ici. Qu’est ce que tu en penses... ?’

Clément réalise soudain que les conseils de sa maîtresse sont une excellente opportunité pour rentrer dans le monde des affaires. Il voit en même temps son rêve prendre forme comme il l’avait prédit. Il accepte.

L’homme va s’y mettre. Avec sérieux et conscience retrouvée.
Fini le ‘picolage’ et le racolage des mauvaises filles et surtout les petits jeux de hasard.
Il se rapproche un peu plus de sa Fernande. Il éprouve un sentiment de gratitude envers celle qui lui offre malgré tout, une petite fenêtre honnête sur la rue.


Deux mois plus tard, Fernande ne peut plus marcher. Elle se déplace en fauteuil roulant dans son grand appartement du premier. Pour l’aider dans ses taches les plus élémentaires, Clément engage une jeune fille. Mademoiselle Garcia, une portugaise. Elle s’occupera d’elle, trois fois par semaine.

Les affaires de ‘son’ bar, vont bon train. Clément pense rénover tout l’intérieur et l’extérieur.
Il en parle à Fernande qui l’encourage dans cette initiative.
Elle obtient un crédit auprès de sa banque le Crédit Lyonnais.
Trois mois plus tard, le bar se transforme en une très luxueuse brasserie sous la même enseigne chez ‘FERNANDE’.
Clément toujours attentif envers sa ‘patronne’ lui fait visiter son nouveau ‘bar’.
Elle n’en revient pas. Elle le félicite pour son esprit d’initiative et son bon goût.

A Suivre...

Partager cet article

Repost 0
Published by Camus - dans littérature
commenter cet article

commentaires