Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 11:50
Paris le 6.02.2008.

Avec la participation exceptionnelle de Camus

Récit par Albert SIMEONI  GUET 25

Avec des vues récentes de Tunisie dont Gammarthe



En Août 1995, l’honorable Monsieur, Clément Ayoun, fils de Georges Ayoun, ancien professionnel et bookmaker dans les jeux de hasard, décide enfin de retourner dans son ancienne ville, la Goulette.
Sa renommée d’honorabilité l’avait précédée dans cette banlieue balnéaire. Il avait appris par certaines confidences, que son papa était mort à l’asile de L’O.S.E (hospice de vieillard pour juifs). Juste un an après sa fuite. Les conditions de l’époque ne lui ont pas permis le déplacement.

Il débarque donc à Tunis sous une chaleur torride. Une voiture particulière mise à sa disposition par l’Hôtel Abou Nawas, se charge de le transporter.



La Direction de l’Hôtel l’installe dans sa plus grande et belle suite. Un service Beit Din est mis à sa disposition sous le contrôle du rabbin CASSUTO. z’al.
Sans perdre de temps, il décide de rendre visite à l’ancienne demeure de son père.
Et ce qu’il va voir, lui fait tirer des larmes. Par l’émotion. Les vieux sont surpris par la visite de ce monsieur qu’ils ne reconnaissent pas. Madame Serror est prévenue par son secrétaire de la présence de Monsieur Clément Ayoun.

‘...Echq’oun hede... ?’ (Qui est ce monsieur.. !) Dira-t-elle en sortant de la cuisine les mains huileuses et dans son tablier blanc, la tête ceinte par un foulard.



‘...Clément Ayoun, madame Serror, ould Georges Ayoun, elli mét ouni... !’
( ....Je suis le fils de Georges Ayoun, décédé ici... !’)
‘..Ah, ou te’oua jit, defnouou teoua yam cacah..... !’
(...Ah, et c est maintenant que tu viens, il a été enterré il y a longtemps, oul’dou mchè ou khellè oueh’dou... !) ( Son fils a fui et l’a laisse croupir ici... !’
‘...Je suis son fils, Madame Serror et je veux savoir où est enterré mon père... ?’
‘...Il faut se renseigner au Consistoire, chez Monsieur Chiche... !’

A Suivre...




26°

Sans perdre une seconde, il décide d’aller voir le président du Consistoire.

Mais avant, il ordonne à son secrétaire particulier de remettre un chèque de 50.000 Frs pour les œuvres de l’O.S.E. Madame Serror n’en croit pas ses yeux et croit lire 5 Francs. On lui indique que c’est cinq millions d’anciens francs. Elle pense s’évanouir mais elle se retient. Le libellé de la somme inscrite sur le chèque lui interdit de tomber dans l’huile de ses frites. Elle embrasse son bienfaiteur qui ressort les joues saupoudrées de farine blanche.

Mme Serror s’en retourne à ses occupations, en glissant le précieux chèque dans son corset, histoire de faire sentir à sa vieille peau toute ridée un peu de fortune qui ne lui appartient pas, et tout en s’essuyant ses mains graisseuses….

‘...Le’jem mer’qenti el réjel ehdé... !’(Il doit être riche ce monsieur là... !)



Mais avant la visite chez Monsieur Chiche, le président du Consistoire DES FANTOMES JUIFS de Tunis (Quatre zombis et une douzaine de tremblotants en sursis), Monsieur Clément Ayoun, souhaite saluer, malgré les réticences de son secrétaire, celles de ne pas remuer le passé, son ex belle famille.

Ils y vont à pieds. La maison de la famille GUETTA se situe au 25 Avenue Bourguiba, à deux pâtés de l’O.S.E.

Il frappe à la porte qui donne sur rue et c’est Hélène qui ouvre.

‘...Bonjour Monsieur... !’
‘...Bonjour Hélène.... !’



Hélène, plus belle que jamais, est surprise par la prestance de ce monsieur, habillé comme un PDG.

Il porte une barbe et elle est loin de reconnaître son ancien époux.

‘...Puis-je rentrer Hélène... ?’
‘...Mais, comment connaissez vous mon nom... ?’

M’Tira la maman, de sa cuisine, entend la conversation. Elle sort pour aller à la rencontre de ce visiteur inconnu.

‘...Rentrez Monsieur.... !’ Dit M’Tira. En ignorant la personnalité qui se trouve au garde à vous devant sa fille. Il rentre. On le fait asseoir. On lui propose un verre de citronnade. Il accepte.
Clément reconnaît les lieux. Rien n’avait changé depuis.

Le rabbin Raymond est assis dans son fauteuil roulant. Il dévisage cet inconnu qui débarque à 13 heures, en peine canicule, à l’heure du déjeuner.



A suivre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Camus - dans littérature
commenter cet article

commentaires

Vivi il Diavolo 27/10/2009 16:24


Pleure Vivi pleure tu t'es fais avoir encore une fois avec Albert.


Camus 27/10/2009 22:24


Ne pleure pas Vivi, les morts recessiteront avec l'arrivée du Messie.


albert 26/10/2009 13:49


Camus, tu nous fais un canular là..???
Tu veux tuer le bel enfant qu'est ton blog????
Alors là, je m'y oppose fermement.
Merci d'avoir enjolivé le récit par des images récentes.
RM.


Camus 27/10/2009 09:31



Je pensais m'arrêter RM,
J'aime écrire avec le sourire
J'aime lire les sens en délire
J'aime être aimé
Seul, où sont mes bienaimés ?



morgane 26/10/2009 11:00


Pourquoi tu voulais abandonner ton blog???
Je crois que tu le regretterai..... Et puis où j'irai lire toutes ces belles histoires moi????
Je termine ma formation en décembre, donc je vais pouvoir être plus présente....
Enfin j'espère que tu vas bien réfléchir et que tu vas le laisser en place ton blog....
gros bisous


Camus 27/10/2009 09:24


Je t'mbrasser ma fée,
Je ne dé"dierai rien en attendant,
Je me sentais seul
Grosbisous


morgane 26/10/2009 09:56


Coucou p'tit Camus,
J'arrive pas à croire qu'il est pu changer
à ce point là Clément.... Bon tant mieux!!!
Mais j'ai peur que se soit pour être encore pire à un moment non???
Les photos qui illustrent les articles sont
super jolies !!! bravo Camus ça fait rêver....
Gros bisouillous


Camus 26/10/2009 10:02


Gros bisous Fée Morgane,
J'édite la suite, encore quatre éposodes. Les dernières phiotos je les ai oprises en Tunisie, en mai dernier. Tu sais la semaine dernière je voulais abondonner le blog.
Gros biisousssdsd