Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 10:08

Paris le 6.02.2008.


Récit par Albert SIMEONI 

GUET 27°.


Clément sent monter en lui, une grande angoisse qui lui noue la gorge.

La famille réunit dans le salon attend que le bel homme s’exprime.

Mais hélas, il ne le peut. C’est Hélène qui la première pose la question.

‘...Vous nous connaissez Monsieur...?’

Sans rien prononcer, Monsieur Clément se prend la tête entre ses mains et commence à sangloter comme un enfant.

 


Personne ne comprend ce qu’il lui arrive.
C’est son secrétaire Monsieur Bénichou qui prend la parole.

Il se fait l’avocat de son patron.

‘...Il y a fort longtemps, un jeune homme vous a fait subir, l’affront le plus vil qu’un homme JUIF ait fait à une jeune fille honnête et belle...!’

Hélène croit comprendre. L’homme continu.

‘...Aujourd’hui... ! Cet homme n’est plus le même... ! Il s’est réconcilié avec lui-même. Il a changé depuis, et c’est un Monsieur honnête, mécène, charitable, généreux, reconnu par le tout Paris juif et même au-delà, qui vient se repentir et demander pardon... A ceux, vous, sa chère et belle famille qu’il n’a jamais oubliée.

Oui, aujourd’hui cet homme que vous reconnaissez à peine, cet homme qui lorsqu’il était jeune et surtout inconscient, perdu dans un univers, disons une prison qui a enfermé tous ses bons sentiments dans un tourbillon d’où on ne sort jamais pour montrer un visage le plus hideux qui soit… Et là devant vous repentant...! Cet homme d’avant est mort, bien mort et c’est un nouvel homme qui aujourd’hui ressuscite devant vous avec honneur, l’honneur qui lui a manque autrefois… !’

 

 

Hélène a compris qui est ce Monsieur.

‘...Vous.... ! Vous... ! Tu es....Clément... ?’ Dit t’elle surprise par sa voix douce et sans hargne.

Clément se lève, se met à genoux et baise les pieds du rabbin avec frénésie.
Le spectacle est digne d’une tragédie grecque.

M’Tira la maman ne peux plus retenir ses larmes. Elle vit avec sa fille et son mari muet, une scène qu’elle n’avait jamais imaginée ni rêvée dans sa vie. Elle assiste, là impuissante, debout et sans voix, à une scène inimaginable. La pièce semble plier sous le poids de l’atmosphère pesante tant l’émotion déchire l’air chaud qui entre par la porte grande ouverte.
Clément se relève, aidé en cela par son ex femme qui lui essuie le visage.

Il lui prend ses belles mains qu’il embrasse à profusion sans se rendre compte de son état.

Monsieur Clément Ayoun de Paris est abattu par le poids du remords.

‘...Il est venu avec la paix et le pardon dans son cœur... ! ACCEPTEZ-LES… ! Merci…’ Son secrétaire.

 

 

Clément debout essuie ses larmes. Des larmes qui sentent la limonade. Il demande à parler.


Guet 28°.


‘...Je ne suis pas venu seulement demander pardon, je suis venu aussi réparer ce que j’ai fais... !’ Dit-il enfin en s’essuyant les yeux.
‘...Je ne crois pas que nous avons besoin d’argent, il y a des choses dans la vie qu’on ne peut acheter...Monsieur... ! L’honneur et le chagrin n’ont pas de prix, ni de valeur mercantile... !’ Dit la maman avec de la douceur dans la voix.

‘...Hélène, depuis déjà deux ans, que je suis torturé par cela... !’
‘...Nous, 10 ans... !’
‘...Je n’ai pas de circonstances atténuantes pour me disculper pour ce je vous ai fait mais dans la vie, il y a cependant des choses qu’on peut réparer. Je ne voulais pas parler d’argent mais de... !’

Il s’arrête...

Son secrétaire a compris la pensée de son boss.

‘...De renouer avec votre permission, le présent et le futur en oubliant le passé ... ! Je vous le répète mon patron a changé et il veut... ?’
‘...Quoi... ?’ Demande Hélène attentive à la question.


‘...Écoutes Hélène, je suis là pour m’occuper aussi de la tombe de mon père qui n’a sûrement pas de sépulture, je dois retourner à Paris dans une semaine. Voilà le nom de l’Hôtel où je suis descendu. A Gammarth. Prenez le temps de réfléchir. Je repasserai si vous le désirez dans deux jours... !Donnez-moi votre numéro de téléphone... !’ Clément.

Hélène le lui remet.

Ils se quittent à peine remis de leurs émotions.
Hélène et sa maman promettent de réfléchir.

A Suivre.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Camus - dans littérature
commenter cet article

commentaires

Camus 29/10/2009 16:38


Pour faire le nécessaire : je suis entré ici
Pour faire le possible : j'écris ici
C'est une belle pensée pleine d'optimisme.
Cool.


Camus 12/09/2010 11:41



Cool, coule...



Vivi il Diavolo 27/10/2009 16:28


Pas le temps d'écrire un commentaire je cours lire la suite.
Vivi


Camus 27/10/2009 22:25


Ne courre pas trop vite, sinon prend un vélo.


wizzil 27/10/2009 15:17


Bonjour Camus,
jolie histoire, oui tout le monde a droit à une deuxième (et même une troisième ;)) chance !
bonne après-midi !


Camus 27/10/2009 22:19


Merci Wizzil,
Heureusement qu'Albert dans le rîle puissant de créateur de nouvelles nous a réservé une jolie fin.
Bonne soirée Wizzil.


albert 27/10/2009 13:16


[size=large][b][color=#3300CC]LE BLUES DU BLOGEUR.

Il y a fort longtemps, je tombe sur un site conseillé par un ami de passage devant ma boutique.

Il me cite donc le nom du SITE HARISSA.COM.
Je rentre dans l’accueil et je poste mes récits persos, mon vécu etc… Qui passent tous les lundis.

Puis, je rentre toujours par hasard, dans ce qu’on appelle ADRA.
Avec de très jolis commentaires sur la politique et je découvre à mon grand étonnement que les JUIFS TUNES discutent politique HACHCOM SMALLA.DEPUIS QUAND....? EUX QUI AIMENT LA BRIK A L OEUF...!
HEIN...! PAS POSSIBLE, MAIS JE REVE...!' Alors, je me suis dis que si EUX savent discuter de la POLITIQUE INTERNATIONALE pourquoi pas moi HEIN… ? Donc, j’ai mis mon costume de MINISTRE GOULETTOIS
ET J AI FAIS ENTENDRE MA VOIX GOULETTOISE. CREUSE je le reconnais mais qu’importe, elle était entendue et même lue. Certains se sont dits même mais qui est ce farfelu qui vient empiéter sur nos
plates bandes… ?

C’est vrai qu’un cancre parmi des savants ca fait tache surtout que ces SAVANTS, aujourd’hui encore passent des ARTICLES de politique sans citer leurs sources.

Hassilou. Pour se débarrasser de moi, MOI L INTRUS, une idée venue d’un ami.

Pourquoi ne pas lui créer un espace afin qu’il reste là bas confiner… ? Genre reste seul et mêle toi de tes conneries.
Bref, je me suis mêlé de mes conneries et la connerie est née. LE PETIT THEATRE DE BREITOU.

Sans le vouloir j’ai crée LE BLOG. Oui MESSIEURS J AI CREE LE BLOG , je suis l’inventeur du BLOG AVRIL 2002.
L’histoire le reconnaitra.
Donc me voilà BLOGUEUR.

Sont venus mes amis et nous avons formé une grande équipe.
Ensuite, l’équipe s est éparpillée et je me suis retrouvé presque seul.
Pas tout à fait puisque qq une avait un droit de regard sur le PTB. Et quel regard… ! Le plus beau qui soit. N’en déplaise aux couturières en mal de broderie.

Des mois et des mois à travailler seul, sans l’aide de personne sauf de qqs uns qui passaient par là.

Sans jamais me décourager sauf qq fois parce que j’vais par moment le BLUES.

Mais, grâce à qqs ‘uns j’ai pu tenir la dragée haute.
Et aujourd’hui, BREITOU est une MARQUE et UN PROVERBE...

'...BEAU COMME UN BREITOU...!'

CELLE DU TMENIC, CELLE DU RIRE, CELLE DES PLEURS, CELLES DES EMOTIONS etc…

CELUI qu’on demande en MP après lui lorsqu’il tarde à écrire.
Ce qui me touche énormément.
Parce qu’on aime LE BREITOU.

Donc mon cher AMI, écoute la voix de la raison.
Comme je te l’ai dis et je le répète, LE MEILLEUR LECTEUR QUI SOIT AU MONDE C EST TOI.

Alors reste TOI-MEME.[/color][/b][/size]


Camus 27/10/2009 23:18


Mon cher et Honrable Brétou,
Je me souviens de tes histoires, la barque sur La seine avec la Bagra et le Perroquet.
Mais aujourd'hui tu es meilleur, ould taa Kif.
Félicitations mon ami blogieur.
A bientöt


albert 26/10/2009 22:26


Savez vous ce qu'est un MIKVE..???
Un bain de purification.
C'est l'endroit que les femmes religieuses juives ou pas et les hommes pour se purifier et en sortir propre.

Clément est dans cette logique.
Se débarrasser après bien longtemps une bonne fois pour toute de son passé.
Là encore le REPENTIR.
Chaque homme ou femme a le devoir de s'amender envers l'autre, si en son âme et conscience,il reconnait ses errements.

Tout est possible lorsque la salut est à portée de main.

Il y a des situations dans la vie qui donnent dans certaines circonstances,bien précises, un nouveau départ dans la vie.
Car rien n'est jamais perdu et tout se retrouve un jour ou l'autre.

Car je pense que rien ne doit être figé pour l'éternité.


Camus 27/10/2009 09:52


Mikvé Tahara, Bain de purification.