Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juillet 2010 1 12 /07 /juillet /2010 17:10

 

 


LES GRANDS APEROS


Par l'oeil de lynx Albert SIMEONI

 

Voici venu le temps d’un délire, d’un grand délire, celui des GRANDS APÉROS.

Apéros monstres puisqu’ils prennent des proportions gigantesques, gargantuesques au fil du temps et des annonces 'FACEBOOKIENNES' à tel point que les Pouvoirs publics,  maires et consorts commencent à s’inquiéter.

Ce qui au départ n’était que petits rassemblements d’amis est devenu au fil du temps une grande mode. Woodstock revisité mais d’une façon bien particulière, point de musique mais  beuveries monstres.

Je me souviens que dans mon village natal,  les adultes au nombre de  quatre ou cinq se faisaient un ‘kif’, plaisir partagé,  à se retrouver autour d’une table pour apprécier l’apéro.[/color][/size]

APEROS-2.jpg


L’apéro chez nous autrefois, consistait à s’attabler en hiver à l’intérieur du bar voisin après une journée harassante de labeur sur la terrasse du même bar lorsque le temps s’y prêtait pour kiffer et surtout se la raconter dans une atmosphère dilettante. La kémia (assortiments salés)  ou fekia était de mise car boire sans ces menus accompagnements était impensable.

La reine Boukha en huitième présidait à ces agapes et donnait le ton à la convivialité. Chacun payait sa tournée, autant de boukha autant de fekia. Puis chacun regagnait son logis comme de si rien n’était.

La règle était de ne jamais sortir de table bourré ou chancelant. Ou carrément ivre, insultant sur le parcours le voisin ou l’ami croisé.

C’était un code d’honneur.

Dans mon village, rarement une table d’apéro ne dépassait six ou sept personnes. C’était de tradition.

A la maison, en famille, l’apéro est plus convivial et surtout marqué par l’apport de petits plats cuisinés par les mains expertes de la maitresse de maison.

Voilà qu’aujourd’hui, sur les grandes places des villes de France et d’ailleurs, la concurrence bat son plein,  c’est à celle qui réunira le plus grand rassemblement de buveurs. Certains rassemblements frisent le délire,  où je vois des jeunes filles sur des épaules de jeunes adolescents ou d’adultes tenant une bouteille de gin, de bière ou de whiskys grimaçant de bonheur et  pavoisant devant les caméras.

Je fais vieux jeu certes mais est-ce que la chandelle vaut bien la bouteille bue comme du petit lait… ?

C’est le SINT IN à la gloire de Bacchus. Lui qui doit surement bomber le torse devant cette frénésie incontrôlable. 

D ieu merci, il manque  la fekia.  Imaginons un peu le décor,  si ces énergumènes se prenaient d’envie de s’armer de petits plats de kaki, d’amandes, de pistaches, de noisettes, de adam hout qu’ils ignorent, de salades de ‘mzoura au cummin’( salade de carottes cuites et coupée en morceaux) de ‘ââj’louc (salade de courgettes assaisonné d’harissa, de navets coupés en lamelles et  assaisonnées aussi d’harissa), de fenouils etc… le tout accompagné de akoud, ou de tfina HARISSA ou de poisson Hraimi’( poisson cuit à la sauce) ?.

Le décor… ? Le CHAMP DE MARS. Imaginez des milliers d’individus debout, collés les uns aux autres déguster ce genre de mets tout en buvant frénétiquement. Sous une musique techno. Parce qu’il faut bien de la musique pour accompagner ce grand rassemblement et ces gorges assoiffées.

La Mairie de PARIS est dans tous ces états parce que ce  joli monde doit être quand même surveillé, il faut donc penser aux ambulances, aux CRS, réquisitionner une armada de bennes à ordures etc… Réquisitionner les caméras, et tout un staff d’inspecteurs qui va passer leur dimanche à s’emmerder derrière des écrans pour  cibler les casseurs.

Nos policiers en cas de grabuge doivent éviter au pire des cas les bouteilles qui vont voler parce des jeunes de banlieue participeront à la noce sans compter  les pissoirs en nombre insuffisants pour soulager les trop pleins de vessies.

A la troisième bière,  la vessie en prend en coup et les arbres auront leur part d’alcool. 

Notre Maire Delano
ë doit être dans tous ses états.
La Préfecture de Paris devrait décréter le PLAN VIGICIRAGE à cause du  nombre important de griseries qu’il va falloir gérer. Et des gardes à vue dans les salons de dégrisement de la police vont se compter par dizaines.

Ce genre de PIC NIQUE s’appelle une ORGIE d’alcool. Et les pickpockets vont s’en donner à cœur joie. Et les voyous en retrait auront à loisir  le plaisir d’importuner les braves jeunes filles venues passer un bon moment dans l’ivresse du moment. 

aperos-1.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

BOCCONE CLAIRE 12/07/2010 20:55



Bonsoir!!!Je pense que tout cela est le signe du désarroi de nôtre jeunesse face à ce monde dans lequel nous vivons!!!


Bonne et douce soirée:CLAIRE



Camus 12/07/2010 21:42



Oui la société qui est aussi en désarroi


a engentré une jeunesse qui ne trouve pas sa rooute.


Bonne soirée Claire.