Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 21:21
La Goulette, Carthage et Sidi Bou-Saïd.


Nous quittons Tunis en direction de La Goullette.

La Goulette (حلق الوادي) est une ville tunisienne comptant 35.000 habitants et qui accueille le principal port de Tunis, la capitale. Elle est située à une dizaine de kilomètres au nord-est de cette dernière.

Le nom francophone de La Goulette est une traduction du nom italien très usité en raison du nombre important d'Italiens y vivant aux XIIe et XXe siècles. Lui-même est une traduction du nom arabe du lieu, Halq al-Wādī, signifiant littéralement « gorge » ou « gosier » de la rivière, qui se traduit par gola (gorge) ou goleta (petite gorge). Toutefois, la graphie courante Goletta avec deux « t » peut à tort faire penser au mot goletta qui signifie « goélette », très nombreuses à mouiller au large, faute d'eaux assez profondes pour leur permettre de traverser la passe et remonter jusqu'au port de Tunis.


Car le terme de « gorge » vient du goulet d'étranglement — un canal large de 28 mètres — grâce auquel le lac de Tunis communique avec le golfe de Tunis et aux bords duquel s'élève la cité. Ce passage à proximité d'une rade a fait de La Goulette le principal port du littoral tunisois après la destruction des installations portuaires de Carthage au début de la conquête arabe. Même si cette rade est peu abritée des vents d'hiver, il n'en existe pas d'autre dans le golfe qui ait pu devenir le port avancé de Tunis.

En arrivant à la Goulette j'ai cherché La Jetée, un genre d'Hacienda comme elle existait à Sfax. La Jetée était plus grande et comme celle de Sfax, donnait sur la mer, les vagues y venaient se briser sur ses murs. J'y allais, envoyé par mon Mouvement de Jeunesse Dror, afin de recevoir une formation de moniteur pendant les vacances de Noël et de Pâques. Pendant les saisons mortes cette Jetée nous était louée pour une période d'une semaine, chaque fois à un prix modéré.

En route je passe devant une forteresse sinistre, La Caracca, une prison où en envoyait dans le temps les forçats condamnées aux travaux forcés à vie. On disait que ceux qui y pénétraient debout ne sortaient qu'à leur mort les jambes en avant. Maman me disait pour me faire peur, lors d'une mauvaise conduite :

-- Tu finiras à La Caracca

De ce lieu sinistre me rappelant Le Comte de Monté Cristo, La Caracca, nous allons vite chercher quelque chose de plus sympathique, un restaurant. Nous nous mettons à table en plein air, et commandons des daurades grillées. Le service un peu lent nous permet de faire connaissance avec le frère du patron, un homme très jovial, parlant parfaitement le français. Nous apprenons qu'il est pilote à Tunis Air. Il nous raconte des blagues en riant aux éclats, à la fin de chacune. Sa bonne humeur est contagieuse et nous voilà tous joyeux et insouciants.



Notre dirigeant Haïm sort une bouteille der boukha Oasis, la remplaçante de la célèbre eau de vie Bokobza. Le pilote s'y oppose - et l'obligeant de mettre son flacon de côté dans un sac de nylon aux pieds de la table -, sort sa propre bouteille une Bokobza originale de sa boite de carton. Il paie la tournée à la ronde, nous sommes six et d'autres tournées sont en vue. Je n'ai levé mon petit verre que pour trinquer. Osnath ma fille me regarde avec des yeux étonnés et me dit :

-- Mon petit papa, tu sais bien que l'alcool ne va pas bien avec les remèdes que tu prends ?

J'écoute l'avis de mon petit trésor et ne boit pas. (Contrairement à ce qu'a dit Vivi, il y a deux jours). On nous sert de l'eau, des baguettes, une grande salade braisée (mechouïa), des sardines et des chips, jusqu'à l'arrivée d'une grande daurade de 500 grammes à chacun. Tout est bon, mais le poisson n'est pas cuit à point, sa grandeur aurait exigé un petit feu. Osnath fait la remarque :


-- Si on ne s'applique un peu plus, il vaudrait mieux laisser ces pauvres poissons nager dans l'eau.

-- Tu es habituée à la cuisine de maman ma chérie. Tu ne trouveras jamais rien de pareil.

Jojo arrive sur ces entrefaites et s'assoit à notre table. Comme le temps nous manque pour attendre un nouveau service, nous partageons avec lui notre repas. Je lui offre mon petit verre de boukha qu'il engloutit avec joie et bientôt nous voici debout, nous nous séparons de nos hôtes. Nous avons tout compte fait, passé un bon moment. La rigolade est à la fin : Haîm notre meneur de groupe en se levant donne un coup de pied à sa bouteille de boukha posée près de sa chaise. Elle se casse et l'eau de feu coule et s'en va en fumée. Sur ce je dis lui dit :

-- Mektoub ! S'il est dit que nous devons boire une seule bouteille de boukha, une seule bouteille sera bue.

Vous verrez que notre organisateur Haïm fait au moins une connerie par jour et je le taquine souvent en lui disant que sa candidature ne sera pas acceptée pour l'aménagement de la prochaine Olympiade.

Carthage.

C'est une ville de moins de 20.000 habitants aisés pour la plupart. Elle abrite le Palais Présidentiel, la mosquée El Abidine. L'aéroport international de Tunis est situé à quelques kilomètres de la ville. Fondée par Les Phéniciens de Tyr en 814 avant J-C, devient une grande puissance jusqu'à sa destruction en 146 avant J-C.

Le site archéologique de Carthage est un site dispersé dans la ville actuelle de Carthage et classé au patrimoine mondial de l' UNESCO depuis 1979.

En pénétrant dans les sites de Carthage et d'autres, on est sensé payer un dinar tunisien pour le droit de photographier. C'est une somme minime qui permet à l'organisme UNESCO de maintenir des lieux maintenus sous sa protection.

Il est dominé par la colline de Byrsa qui était le centre de la cité punique. Aujourd'hui, il se distingue par la silhouette massive de la Cathédrale de Saint-Louis édifiée, à la fin du XIX siècle, à l'emplacement présumé de la sépulture du roi Louis IX de France (Saint- Louis) qui y mourut au cours de la 8ème croisade.




À proximité de la cathédrale, en face de cette tombe vide dont les restes ont été rapatriés en France, se trouvent les vestiges du plus important quartier de la ville. Il n'en subsiste que quelques fondations et quelques fragments de colonnes, mais on peut y mesurer la puissance qui émanait alors de la cité : dimensions immenses, grands espaces, vues panoramiques et organisation des rues.


Nous voyons sur notre parcours des grandes tuyauteries de trois mètres de diamètres. Ce sont des tubes bâtis par les esclaves des Romains et leur but est d'acheminer le long d'un trajet de 124 km, de l'eau de la rivière de Zaghouan pour les bains des riches Romains qui comme vous le savez, étaient des gens aimant les satisfactions et les plaisirs du corps. Des feux étaient allumés en dessous des boyaux géants et des ouvertures ont été prévues dans l'eau afin d'évacuer la vapeur.


Nous faisons la tournée du site. Hannibal Ben Barca le célèbre héros Carthaginois a donné du fil à retordre aux Romains, en remportant maintes batailles. La dernière et décisive campagne devait surprendre les Romains sur leur propre terre. Ben Barca organisa une grande armée avec un peloton d'éléphants et se mit en route dans le but de traverser les Alpes et d'attaquer les Romains par surprise. Ce plan stratégique aurait du réussir si Hannibal n'avait pas été trahi par son propre Sénat. Les Romains menés par le général Scipion l'Africain ont été vainqueurs et Carthage assiégée durant quatre ans a été détruite en 146 avant J-C.



Carthage sera reconstruite par Jules César. Les Romains s'y installent et elle devient leur comptoir en Afrique du Nord. A part les vestiges et les ruines visités, il existe un musée à Carthage et on y trouve des restes d'enfants sacrifiés.

D'après certaines sources, le sacrifice d'enfants bien vivants, généralement l'aîné des familles de notables était courant, - dans le but de prouver la sincérité des personnalités et leur dévouement à Carthage -, semble avoir initié la coutume de ces derniers d'adopter un enfant d'esclave pour cet usage, illustrant de ce fait, de quelle manière les pratiques les plus « humanistes » sont systématiquement corrompues par l'usage au point de trahir leur sens initial.

Après cette longue tournée nous choisissons un coin d'ombre afin de nous reposer un moment et de boire l'eau minérale que nous avons achetée en route. Ensuite nous courrons acheter des souvenirs dans un magasin tout près du site. On y trouve pour tous les goûts et aussi des copies de mosaïque revues plus tard au Muée Le Bardo. Ce qui m'a mis la puce à l'oreille est une mosaïque représentant une péniche phénicienne. Ayant vue la photographie de cette œuvre sur la couverture du Livre Cap Nord d'Hédi Bouraoui, avec une autorisation de photographier et d'éditer par la direction du Bardo.

Sidi Bou-Saïd

Sidi Bou Saïd (سيدي بو سعيد) est un village pittoresque de Tunisie, situé à 20 kilomètres au nord-est de Tunis. Il compte 5.000 habitants. Est sous le patrimoine de l'UNESCO.

Perché sur une falaise dominant Carthage et ler Golge de Tunis. Il porte le nom d'un saint : Abou Saïd. Il est desservi par la ligne ferroviaire Tunis-La Goulette-Marsa la TGM.



Le village abrite le Café des Délices, auquel fait référence Patrick Bruel dans sa chanson éponyme.

Toutes les maisons de ce village sont peintes en blanc éclatant et les portes en bleu. Est sous la protection de L'Unesco qui interdit de changer ces deux teintes. Nous faisons le tour du village, longeant les rues, achetant au passage des mechmoums, des darboukas ou des chapeaux de paille. Osnath ma fille trouve beau de me photographier à côté de chaque porche.

La beauté pittoresque de Sidi Bou-Saïd attire vers ce village les gens de la bohème: Artistes, musiciens et écrivains, dont Chateaubriand, Gustave Flaubert, Alphonse de Lamartine, André Gide, Colette et Simone de Beauvoir et Michel Foucault.




Nous terminons notre visite au Café des Délices. Nous prenons une longue pause afin de boire du thé, non pas à la menthe mais aux pignons. Jr reste assis plongé dans ma contemplation du Golfe de Tunis, un panorama féérique. Au loin, à l'autre rive on aperçoit Nabeul et Hammamet et plus reculé encore le Mont Bou-Kornine, la montagne aux deux sommets. C'est là que nous organisions nos sorties quand je me joignais à mes amis de Tunis et des environs pour organiser un piquenique dans la nature, le dimanche. Souvenirs ineffaçables.






Le patron voulant nous être agréable met un disque de Patrick Bruel en marche. Partrick Bruel de son nom de naissance Ben-Guigui interprète cette chanson parfaitement et il sait nous mettre dans l'ambiance du pays.





Partager cet article

Repost 0

commentaires

Morgane 02/12/2009 18:01


ça pourrait être une idée en effet, mais tu vois je crois que d'abord, je m'envolerai pour Tel Aviv, c'est mon rêve de toujours aller en Israël.... Je suis sûre qu'un jour j'y arriverai... Mais
pour le moment il faut que je finisse mes cours et que je soigne mon gros rhume.......
Belle soirée à toi mon p'tit Camus
Gros bisous


Camus 02/12/2009 19:00


Bonne guérison Morgane,

Chaque chose en son temps, bien sûr. Soigne toi bien,

Bonne soirée avec mes gros bisous.


Morgane 02/12/2009 14:54


Coucou p'tit Camus,
Je viens de lire et admiré les textes et photos de ton voyage en Tunisie.... J'aime aussi les vieilles pierres chargée d'histoire comme Carthage, Mais je crois que le café des délices dans cette
ville Blanche et bleue,(mais deux couleurs préférées) m'irait parfaitement.....
Merci pour cette belle balade en tout cas j'en ai bien besoin en ce moment.... Je vois tout en gris et ce soleil m'a fait un bien fou....
Gros gros bisous mon cher Camus


Camus 02/12/2009 17:49


Coucou Morgane et merci pour ton Coucou avec Moke Brant.

J'ai proposé à Nanou de faire ce voyage avec toi. Le soleil le long de l'année, c'est ce qui

vous  manque. La méditerrannée à portée de la main, des hôtels extra cinq étoiles et le coût

de la vie beaucoup moins cher qu'en France. Alors qu'attendez vous ? Prenez le vol comme

les hirondelles.

Bisius, ma Grande.


Marcel (Fafouin) 02/12/2009 11:42


Bon Matin Honorable tut Camus,

Grands mercis pour ce Premier Voyage en Tunisie, notamment au Café des Délices !

Quel café l'fun à Vivre chalom !

De ce café, une Question :

Ben-Guigui, Nom de Naissance de Patrick Bruel, vient de quel Endroit ? De Tunis ?

Amitiés Solidarités chalom ! - 2 décembre 2009 / 15 kislev 5770 -

ŝ. : D'ici une Dizaine de Jours c'est la Fête de "Hanoukah !


Camus 02/12/2009 13:37


Bonjour cher et honorable ami(frérot Marcel,

Quel café ! mais j'ai bu du thé aux pignons, une spécialité tunisienne.

En réponse à ta question : 

Patrick Bruel, né Maurice Benguigui né le 14 mai 1959 à Tlemcen, en Algérie, est un chanteur et un acteur français.


Je reparlerai de lui dans un article, il mérite plus que çà

Amitiés Solidarités chalom ! - 2 décembre 2009 / 15 kislev 5770 -


Nanou 02/12/2009 06:53


J'aurais adoré faire ce voyage, plein de merveilles et découvertes... Carthage, quel bonheur ! Une ville riche en archéologie et je suis passionnée par tout ce qui touche les vieilles pierres et
l'antiquité ! Elles étaient bonnes les sardines Ptit Camus ???

Gros bisous Ptit Soleil *****


Camus 02/12/2009 08:32


Carthage est une merveille, La Goulette où j'ai conu des amis d'adolescence (Albert Siméoni qui m'a écrit des sketchs pour ce blog), Sidi Bou-Saïd une merveille de village pittoresque.

Je te conseille de faire ce voyage, il y a des bons hôtels en Tunisie, dont Hammamet Garden dans la ville de Hammamet. Le français est langue courante en Tunisie : les gens de mon âge le maitrisent
parfaitement. Prend Morgane avec toi, le soleil en février, mars, avril ou mai vous accueillera.

Ma P'tite Nanou, les sardines étaient bonnes, bien plus appétissantes que la daurade,

Bonne journée ma P'tite Nanou et bisous merveilleuse amie *****