Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 09:08

Il était une fois...

yqmw5pe7.jpg

ריקי 1967Le 15 février 1964. Je lis le roman d’Alexandre Dumas : Le vicomte de Bragelonne (Dix ans plus tard). Gisèle ma très jeune épouse depuis huit mois, ou plus exactement depuis le 17 juin 1963, est allongée près de moi. Elle se plaint d’une douleur au bas ventre et au dos. Je lui propose une tisane, ou un verre de thé, mais elle refuse. Elle ne veut pas un massage non plus. J’essaie de la calmer, tant bien que mal, et elle finit par s’endormir.

Le lendemain soir, j’ai encore le même roman en mains, quand elle se plaint de nouveau. Je renouvelle mes suggestions une tisane, un verre de thé, ou un massage qui sont repoussées de même que la veille, mais les douleurs sont plus denses. Je m’habille rapidement et cours chez maman, cent pas plus loin. Mes parents ont justement fermé la porte, et maman a déclaré : " Je n’ouvrirai à personne, ce soir. Je suis fatiguée. "

Je sonne. Je m’annonce à travers les battants verrouillés. Peu après, j’explique à maman la raison de ma visite nocturne :
— Gisèle a mal au ventre et au dos.
— Appelle donc un médecin.
— Maman, tu es sûre pour un mal de ventre ?
— Avance et trouve un médecin, donne moi la clef de la maison, je m’occuperai d’elle en attendant.

Dix minutes plus tard, je frappe à la porte du Docteur Samson. Je suis intimidé, venir le déranger. Il est vrai que je n'ai que peu de notions de ce va se passer. Mais le Docteur Samson est une noble personne, il ne pose pas de questions et m’accompagne. En ce temps lointain, les voitures étaient rares à Dimona, notre commune, et les téléphones aussi. Les médecins et les notables de la ville étaient parmi les rares privilégiés qui les possédaient.

— Commandez une ambulance et hospitalisez la dans la clinique d’accouchement à Beer Cheva. me dit le praticien, après sa visite.
— Maintenant, ou demain je demande bêtement ?
— Tout de suite ! Fut la réponse. Voila mon ordonnance. Venez, je vous emmène, vous gagnerez du temps ainsi !

Gisèle est reçue de suite par la sage-femme, et moi confus n’en croyant pas mes oreilles et me yeux, suis sur qu’il s’agit d’un malentendu. D’abord elle a un tout petit ventre, ensuite ne faut-il pas neuf bons mois pour arriver à terme ? Bientôt on va m’envoyer rouler dans les escaliers pour avoir fait cette farce. Docteur Samson doit se tromper, maman de même. Je sors prendre l’air et je rencontre le chauffeur d’ambulance qui me propose de revenir avec lui à la maison, à Dimona. C’est ce que je fais, fuyant comme un lapin.

Le lendemain matin, le 17 février, je suis au travail, à Kitane la grande fabrique de textiles. Je suis la depuis un quart d’heure seulement, que je vois debout devant moi, tout souriant, mon frère Nathan.
— Félicitations, me crie-t-il, ta femme a été délivrée.
— Tu dois te tromper, je lui réponds. Ce n’est pas possible.
— Comment me tromper. J’ai donné un coup de fil à la clinique : tu as des jumelles.
— Là tu dois te tromper vraiment. Avec le petit ventre qu’elle avait !... Tu ne sais pas bien l’hébreu. Tu as entendu sûrement : "Est née une fille." Et tu as pensé : une née et une fille.
— C’est toi qui dérailles complètement. Tu as deux jumelles. Maman est déjà partie pour visiter Gisèle et tes bébés, à la clinique d’accouchement.

Je range rapidement mes outils, et cours comme un fou. Ma femme a mis au monde deux jumelles. Record de Guînes. En huit mois deux enfants, c’est le championnat du monde. Je prends vite le bus en direction de l’hôpital. Là m’attend une déception : les nouvelles nées avant terme ont été hospitalisées à Wizo, Tel-Aviv, faute d’incubateurs à Beer-Cheva. Elles ont été envoyées en hélicoptère. Donc je ne les verrai pas de suite. 

— Je les ai vues me dit maman. Elles sont aussi petites que deux bouteilles de lait. Leurs membres sont transparents. J’ai choisie une, la mieux portante et j’ai demandé qu’elle porte mon nom.
— D’accord maman. On l’a nommera Miha. Ou en Hébreu : Mikhal.
— Gisèle m’a déjà donné son accord. Je voudrais la deuxième aussi.
— Nous ne pouvons pas donner le même nom aux deux, maman.
— Nous nommerons l’une Miha et la seconde Mihona.
— Pour la seconde c’est refusé. A propos maman, il y a une grande différence entre les deux ?
— 1120 grammes pèse l’ainée et 1600 la cadette.
Je me sens triste. Mes filles sont si petites. Mais j’essaie de cacher mon désarroi. Je rentre voir mon épouse avec un grand bouquet de roses rouges. Je l’embrasse, la félicite, lui demande pardon de pas avoir été auprès d’elle, en un moment si important.
— De toutes façons, on ne t’aurait pas laissé être à mes cotés. Je suis contente que tu aies dormi à la maison. (Quelques années plus tard, on a autorisé à l’époux d'être présent pendant l’accouchement de ses enfants). Tu sais chéri, elles sont petites.
— Ne te fais pas de mauvais sang, mon chou, elles sont nées au septième mois. Pendant les deux mois qui viendront, elles grandiront et grossiront.

En sortant de la clinique le soir, je rencontre un homme qui était présent à notre mariage.
— J’ai entendu dire que ta femme a accouché, pourtant neuf mois ne sont pas écoulés depuis votre noce.
— C’est possible, nous n’avons pas compté, je réponds à l’indiscret.

A la maison papa nous remonte le moral :
— Vous savez, je me suis endormi cet après-midi. Et vous savez ce que j’ai vu dans mon rêve ? Nos deux jumelles, bien portantes, habillées de rose avec des rubans noués sur les cheveux et chaussées de souliers noirs vernis, tous brillants. Elles s’amusaient dans la maison.
M.jpgLe rêve de papa s’est réalisé : neuf et douze semaines plus tard, dans cet ordre, Mikhal et Riki quittent l’hôpital et sont reçues comme il se doit par la famille Bouhnik. Pourtant papa n’a pas eut la joie de les voir courir dans la maison : il nous a quitté le mois d’octobre suivant. Zikhrono librakha : du haut du ciel il nous regarde.

Les deux premières petites filles de notre famille sont natives du 17 février 1964 :
Riki est née à une heure dix, et Mikhal à une heure vingt. Elles se portent bien. Le reste est une autre histoire. Mazel tov. 

Aujourd'hui le 17 février 2014, nos jumelles fêtent leur cinquantième anniversaire. Ce sont deux femmes très recherchées par leurs amies et leurs camarades de classe qui sont en contact avec jusqu'à présent. Riki est mariée et a deux fils et deux filles, tous très beaux. Elle vit à Sdérot dans une très jolie maison avec jardin attenant. Mikhal est chef cuisinier, elle a choisi de divorcer et élève seule trois garçons beaux et intelligents. Les aînés de Riki et Mikhal sont à l'Université. Et la vie continue... Mazel Tov à mes  filles, bonne continuation.

יגאל איילה והבנות עם אמאLa jeune famille

T.jpg

Riki 2è de gauche, Mikhal 2è de droite

תאומותRiki à droite, Mikhal à gauche

Partager cet article

Repost 0
Published by Camus - dans Dialogue
commenter cet article

commentaires