Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 09:39

Les Sfaxiens arrivent

Charly Haddad et ses sœurs.

J’ai reçu un coup de fil de Charly Haddad, au début du mois d’août.

— Je suis votre voisin de Sfax, j’habitai le passage Rendu, pas loin de l’église, juste devant la famille Berrebi. Je me souviens de ta mère, ton frère Simon était dans ma classe. Tu me paraissais un grand garçon à l’époque.


http://www.tunecity.net/IMG/jpg/Diaspora_Sfaxienne_139.jpg
Charly et ses
sœurs
 

J’invite Charly sur le champ, à participer à notre réunion du 12 août 2008. Après cet appel, j’ai reconstitué mes souvenirs et je me suis souvenu d’une dame blonde, la seule blonde Juive du quartier. Deux heures plus tard, j’ai un appel de Janine née Haddad. Je lui demande si elle est la sœur de Charly. Et bien, oui elle est sa sœur et elle est étonnée qu’il m’ait appelé juste avant elle. Elle demande de prendre part au rassemblement.

 


Le lendemain j’ai une communication de Mireille, la sœur de Janine et de Charly. Elle m’avoue ne pas avoir vu son frère depuis des années.

— Alors vous aurez l’occasion d’être réunis chez mois le 12. Dis-moi Mireille, quand j’ai parlé avec Charly, je me suis souvenu d’une dame blonde. Est-ce que par hasard, c’est ta maman la blonde qui est revenue dans mes souvenirs ?

— Non, ce n’est pas ma mère, mais sa sœur. Quelle mémoire tu as mon ami !

Ainsi Charly et ses sœurs ont été réunis chez moi, mardi dernier. Janine a demandé que je lui montre dans Tunecity " l’harissa du samedi ", article dans lequel j’ai rappelé ses voisines. Elle a entendu parler de ce texte par ses amies.

Simon, Albert et Huguette.

 

J’ai été ému de rencontrer Simon et Albert. J’ai relaté dans ce site un voyage en auto-stop que j’ai réalisé avec leur troisième frère Maurice décédé voici trois ans. Ils ont été aussi émus que moi et m’ont reconnu les deux. Ils se souvenaient de mon activité au Mouvement de Jeunesse Dror.

 

http://www.tunecity.net/IMG/jpg/Diaspora_Sfaxienne_121.jpg

 

Roger, son épouse, avec Huguette et Albert


L’épouse d’Albert, Huguette née Zarouk n’est autre que la sœur de mon ami d’enfance et de mon camarade de classe, Claude Zarouk. Comme le monde est petit ! Je me souviens de leur balcon attenant à celui des Parienti, juste devant le stade Ceccaldi du Sfax Railways Sports SRS.

J’entrai dans ce stade par l’entrée des ateliers de la compagnie des Chemins de Fer Sfax-Gafsa, la propriétaire de l’équipe de foot ball. Il me suffisait de dire au gardien que je désire voir un ami dans l’atelier en face, pour pénétrer dans le site et dans le stade par une porte réservée aux privilégiés de la société ferroviaire. Ce n’était difficile, bien de jeunes fils d’employés faisaient le coup.

J’ai eu beaucoup de plaisir de revoir Huguette, et elle aussi. Elle s’est écriée :

— C’est toi Camus ? Mon frère Claude parle tellement de toi. Tu sais, après votre épisode au Mouvement de Jeunesse Dror, mon frère s’est occupé de l’éducation des jeunes jusqu’à l’âge de vingt huit ans.

Avant de partir ? Huguette m’a demandé la recette des petits pains qui lui ont beaucoup plus.

Armand et Nathan Azria.

J’ai connu Armand quand il était âgé de treize ans et demi. Son frère Nathan de quatre ans son aîné, était aussi un de mes camarades de classe et un des membres du Mouvement Dror.

 

En cours d’Anglais au Lycée des Garçons, nous étions un peu assoupis au début de l’après-midi, l’heure étant plus propice à la sieste qu’à l’étude.

http://www.tunecity.net/IMG/jpg/Diaspora_Sfaxienne_055.jpg

 

Les frères Pérez


Pour ne pas tomber dans les bras de Morphée, nous regardions par les fenêtres ouvertes Rita Hayworth, dans toute sa splendeur sur les affiches décorant le cinéma Le Colisée. Ce qui énervait énormément le Prof. C’était le moment que Nathan choisissait pour ouvrir un grand mouchoir et éternuer en grande pompe. Le Prof. demandait poliment à Nathan :

— Puis je continuer Monsieur Azria ?

— Oui, une seconde seulement Monsieur et excusez moi.

Puis il repliait soigneusement son mouchoir en huit. Nathan et moi étions pour ainsi dire inséparables. C’était un poseur de questions intarissable. J’ai retrouvé son frangin Armand, à la suite d’un article qu’il avait écrit, après un voyage à Sfax en 1994. Le lien s’est rebouclé.

 

Dans notre rassemblement, Armand a vu une photo des élèves de sa classe, à l’école Amédée Gasquet entre les mains de Roger Kayat. Jetant un coup d’œil, il s’est reconnu dans le deuxième rang. Il a de suite demandé " A qui appartient cette photo " ?

 

http://www.tunecity.net/IMG/jpg/Armand_Azria_et_vivi_Guetta-2.jpg

 

Vivi G. et Armand


— A moi, répondit nonchalamment Vivi Guetta, en lui montrant du doigt son emplacement dans le cliché, juste à côté.

Les deux se sont reconnus. Quelle émotion, mes amis, il fallait les voir.

Nina (Ninette) Bouhnik.

Nina est la fille de Shtour El Metlaouïa, rappellée dans « l’Harissa du Samedi » et la tante de mon ami Claude Chemouny (voir les deux articles dans Tunecity.


Nina était la veuve encore jeune de mon parent assez éloigné, Sassi Bouhnik. Elle a du subvenir aux besoins de ses enfants seule, et les Sfaxiens qui ont une bonne mémoire se souviendront, qu’elle travaillait dans une blanchisserie-nettoyage à sec, dans une boutique don nant sur la Plage de La Poudrière.

Nina, toujours de bonne humeur, plaisantant sans cesse, était surnommée Ni na Carabouna, un nom de carabinier. Je me souviens de son fils Clément Bouhnik, un gars parfait toujours prêt à venir en aide et maman qui lui demandait des menus services disait en parlant de lui :

 

http://www.tunecity.net/IMG/jpg/Diaspora_Sfaxienne_103.jpg

 

Rachel, la fille Bouhn ik et les soeurs Labi


-- Ketra midem, khir men miat sahab ! autrement dit, Un

proche sera là quand tu en auras besoin, et non pas  cent amis.

Mon avis est qu’il était un garçon exquis, sans rapport à la parenté de son prochain. A 18 ans, Clément a quitté La Tunisie, après avoir épousé sa fiancée et s’est installé à Ashkelon.

Bref, La fille de Nina Carabouna était des nôtres le soir du rassemblement. Je ne le savais pas, mais on me l’a dit le lendemain de cette magnifique soirée. J’ai rassemblé mes capacités spirituelles, afin de passer en revue mentalement les convives qui étaient attablés sur ma terrasse.

Le memory a fait bingo ! J’ai retrouvé dans mon souvenir le visage de Nina et je l’ai placé sur celui d’une dame assise près de ma belle sœur Rachel Azria Bouni, C’était la même figure, les mêmes traits, la même chevelure, à cela prêt qu’elle s’est transformée de noire en blonde. Il ne me reste plus qu’à la retrouver, pour parler de sa famille, de ses parents et de mes souvenirs qui s’y rattachent.

Ce ne sera pas difficile, soin beau-fils n’est autre que mon assureur. Vivi a parlé de lui, il n’y a pas si longtemps dans l’accueil, après une nuit glacée en janvier dernier.

Les frères Louzon.

http://www.tunecity.net/IMG/jpg/Diaspora_Sfaxienne_059.jpg
A Gauche Coco Louzon, à droire ma tante (feu) Rosette
 

J’ai recherché les frères Louzoun depuis 2005, à la demande de mon ami Hédi Bouraoui qui voulait les remercier de leur accueil si chaleureux, lors de sa visite en Israël. Le hasard fait bien des choses. Voilà que notre invité Vivi Guetta qui est en rapport avec eux, a voulu les inviter. Ainsi le lien du nœud a été bouclé. A la grande satisfaction de mon ami Hédi et des frères Louzon.

 

Merci.

Je remercie tous ceux qui ont bien voulu participer à cette réunion, chacun ayant contribué à la réussite de la dite soirée.

C’était un peu de ce tout, qu’a été notre réunion de Sfaxiens, très chargée d’émotions, de retrouvailles et de nostalgie.

http://www.tunecity.net/IMG/jpg/Diaspora_Sfaxienne_248.jpg
Les Dalton : deux Vivi et Bébé Louzon au milieu

papillon.gif

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

ALLALI 18/10/2016 12:08

Pouvez-vous me contacter concernant le cimetière juif de SFAX pour lequel nous travaillons. Nous avons besoin de réunir les Sfaxiens. bernard.allali@gmail.com

ALLALI 18/10/2016 12:07

Pouvez-vous me contacter concernant le cimetière juif de SFAX pour lequel nous travaillons. Nous avons besoin de réunir les Sfaxiens. bernard.allali@gmail.com