Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 juillet 2013 6 20 /07 /juillet /2013 14:16

Les Champs Elysées

Jo Dassin

 

 

Repost 0
Published by Camus - dans chansons
commenter cet article
16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 19:57

Le dimanche à Paris  

 

pereire-copie-1.jpgUne Sfaxienne me suit dans le site Tunecity depuis 2004 ou 2005, c'est ce je viens d'apprendre. A cette personne amie avec Hédi Bouraoui je dédie cette série d'articles se rapportant à notre séjour à Paris. J'aurais voulu la rencontrer, mais le hasard en a voulu autrement. Mouch mektoub : la destinée ne l'a pas permis. Le jeudi où nous avons rencontré Hédi cette amie l'a appelé pour lui dire qu'elle se sent mal et qu'elle le prie de lui envoyer un médecin. De ci et de la elle est hospitalisée à l'hôpital Pompidou pour une durée assez longue. Hédi décide d'aller lui rendre visite aujourd'hui, dimanche et de nous donner de ses nouvelles. A son retour il me racontera qu'elle me lit dans Tunecity  depuis 2004 ou 2005. Son souhait est d'y lire le récit de ce présent voyage et je vais faire mon possible d'écrire des pages captivantes dignes de l'intérêt qu'elle me témoigne. 

Ainsi aujourd'hui dimanche 23 juin, Hédi ne sera pas parmi nous.


8 heures 30, c'est Richard Somelier qui m'appelle :

- Camus, c'est moi Breitou. Où çà se trouve Boulevard Pereire ?

- Dans le 17è Bébert, à l'Arc de Triomphe tu prends le bus 31.

- Pas de problème dans une petite demi-heure je serai chez toi.

 

Le téléphone re-sonne. C'est la journée des appels, Maurice est à l'appareil.

- Camus on fait un tour ? 

- J'attends Richard.

- Alors à demain ?

- Apelle d'abord.

 

Nous allons déjeuner. Au retour la sonnerie du téléphone nous accueille. C'est Colette.

- Camus, Martine et Sophie doivent arriver ce matin. Tu pourrais les accompagner chez moi avec Gisèle ?

- Oui, dès qu'elles seront là, nous le ferons. Je pense que ce sera entre midi et une heure.

Bébert, alias Breitou dit Somelier Richard se fait attendre. Il a parlé d'une petite demi-heure qui est déjà passée avec une autre et une troisième, une quatrième les a suivi. Il est onze heures et demie quand Somelier est annoncé à la réception.

 

- Quel Boulevard, quel Pereire ! Abelte-ni : tu m'as rendu maboule. A-t-on idée d'aller s'héberger fi terf edounya – au bout du monde ? Taaref – tu sais kadesh men mitro bidelte ? – combien de métro j'ai changé ? Venez boire une caoua chkhouna – un café chaud. Somelier alias Bébert est l'homme le plus rigolo du monde…

 

A peine assis devant une table Avenue Wagram la pluie commence à tomber. Nous nous installons donc à l'intérieur.

- Tkhafou michta ? Vous avez peur de l'averse ?

Nous devisons depuis une demi-heure quand Martine annonce son arrivée. Retour à l'hôtel. Nous restons là tous les quatre à papoter, mais quel dommage Bébert nous quitte. J'aurais aimé l'avoir avec nous pour toute la journée.

 

Quelle amitié !  Breitou qui nous cherche toute la matinée. Martine et Sophie qui font trois heures de route pour le plaisir de venir nous donner la bise. Merci mes amis, çà c'est de l'amitié à la tunisienne comme au bon vieux temps.

 

Repas chez Colette. Discussion émotive à Skype avec ma maison, un plaisir. Il pleut au retour. Martine et Sophie nous quittent dans l'entré béante du métro Wagram. Nous donnons rendez-vous à Martine au lendemain et nous nous séparons de Sophie.

Après-midi à l'hôtel, les randonnées avec Hédi nous manquent, vivement demain pour la prochaine promenade. 

 

Rendez-vous dans notre prochain article : Paris nous accueille 6è jour Place de la Bastille...

 

Noces-d-or-a-Paris-088.JPG

 

Noces-d-or-a-Paris-089.JPG

 

Noces-d-or-a-Paris-090.JPG

 

Noces-d-or-a-Paris-077.JPG

 

http://25.img.v4.skyrock.net/2933/30992933/pics/1178879730_small.jpg

 

 


Repost 0
Published by Camus - dans Dialogue
commenter cet article
15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 21:08

Paris accueille le Chabbat


Colette vient nous chercher à l'hôtel à vingt heures trente. Connaissant parfaitement Paris Colette ex-habitante de l'Avenue Hédi Shaker à Sfax ne fait qu'une bouchée des quelques kilomètres qui nous séparent de sa demeure sise au 13è étage d'un immeuble sur le côté de la petite couronne au-delà de Montmartre.

 

Apéro eau de vie inséparable de la table tunisienne, les boulettes et salades traditionnelles. Nous discutons de Sfax, de La Médina, La Rue de La Grande Mosquée, des Bouhnik qui y tenaient commerces, des pâtissiers…

 

Nous passons à table. Tom fait le Kiddouch.  Gisèle félicite la maitresse de maison qui est enchantée, ses boulettes sont délicieuses. Je m'empresse de la complimenter pour son couscous royal. Cela ne va pas de soi que sans vraiment nous connaitre on nous invite… Mais çà, c'est la complaisance sfaxienne, l'accueil et la bienvenue que notre père Abraham nous a inculqué, l'hospitalité légendaire du Magureb et de l'Orient. Un Sfaxien discerne un autre Sfaxien à des lieues et il n'est point possible qu'il ne trouve pas le moyen de l'inviter. Merci amis et compatriotes. Nous avons passé une merveilleuse soirée auprès de vous.  Un peu l'ambiance de la maison.

 

Le samedi à midi nous sommes reçus chez Hédi par notre ami et tante Van. Van une amie Laotienne nous  gâte  avec ses spécialités culinaires : du melon comme hors d'œuvre, des légumes cuits sous vapeur, du poisson bar cuit au four, un gâteau de riz et du café pour terminer.

Et nous sortons prendre le bus en direction du Louvre et des Champs Elysées, pouyr une longue promenade.

 

Le Louvre : Nous nous arrêtons pour saluer les maréchaux de France, Lannes, Ney, Masséna et  Murat. La raison est émotionnelle : notre ami Hédi a été élève au Lycée de Lannes à Lectoure et cela le ramène des dizaines d'années en arrière l'espace d'un moment. Rassurez-vous, aucun de nous n'est militariste. Je vous propose de commencer par une petite promenade virtuelle au Louvre. Bien difficile de faire autrement car en quelques lignes que puis-je vous raconter ? Et en aurais-je la possibilité ? Voici le blog bien fourni d'une personne très  passionnée du Musée, bonne promenade, donc :  http://louvre-passion.over-blog.com/ 

 

Les Champs Elysées : l'avenue la plus prestigieuse de Paris et du monde. Les Champs Elysées signifient : l'avenue qu'empruntent les morts afin d'arriver au paradis. Ici c'est l'Avenue qu'empruntent les vivants pour arriver au même but, au figuré bien entendu. Faire tout le chemin  à pied n'étant  pas à réalisable à tous, les touristes font le trajet en bus et écoutent les explications du guide tout en regardant les monuments qui défilent. Petit et Grand Palais aux Dômes de verres et d'acier, le théâtre Marigny, l'Arche de la Défense,  des Tours,  ensuite un alignement de boutiques, cafés, restaurants, lieux de spectacles, le café Fouquet's, le Lido, L'Arc de Triomphe conçu en 1806 par Napoléon.  

 

Le Palais de L'Elysée est situé au faubourg Saint Honoré parallèlement Aux Champs Elysées. 


L'Hôtel des Invalides conçu par Louis XIV en 1670 afin d'y abriter les soldats Invalides. L'Eglise du

Dôme des Invalides est un chef d'œuvre d'architecture. Le Dôme  101 mètres de haut fut construit en 1710. Les Invalides est aujourd'hui le Musée de l'Armée. Les canons tournés symboliquement vers  le palais de l'Elysée, signalent que le pouvoir pourrait être repris par le peuple. 

 

En route vers La Madeleine : Le restaurant Maxim's est situé Rue Royale entre Place de La Concorde et Place l'Eglise La Madeleine. Les célèbres macarons lui  sont fournis par Ladurée.

L'Eglise Sainte Marie Madeleine : la première pierre fut posée en 1764 et le monument n'est achevé qu'en 1845. Bien de changements sont faits pour aboutir à un impressionnant temple grec.  L'intérieur de l'Eglise est somptueux tout en restant sobre et harmonieux.

 

La Place Vendôme : Place de grand luxe, hôtels (le Ritz) et joailliers (Boucheron, Van Cleef etc.). Doit son nom à l'hôtel Vendôme. Subsiste la Colonne Vendôme Rue de la Paix. La statue de Napoléon en haut de la Colonne domine l'Hôtel Ritz.  Retour pour prendre un café en route, un moment de repos pendant cet arrêt.

 

Nous rentrons tôt, regardant autour de nous. A Paris le climat est tel que l'on peut aisément faire une longue marche sans en ressentir la fatigue, c'est le bon des pays européens. A Paris on peut aussi rencontrer une demoiselle ramassant une bague plaquée or en vous demandant si elle est à vous. A se méfier du truc. A Paris, on peut rencontrer un clochard assis sous sa tente cherchant la solution d'un mot croisé. A Paris on peut rencontrer une dame descendant de voiture, s'assoir sur une chaise pliante et demander l'aumône, une sébile en plastique dans la main. A Paris, un mendiant demande une pièce de monnaie pour donner à manger au petit chien orphelin. A Paris on vous guide volontiers si vous demandez la route.    

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/cd/Le_Louvre_(3340606527).jpg

 

http://static.ladepeche.fr/content/media/image/350/2009/05/30/200905301342.jpg

http://www.ousejourner.com/photos/1-18.jpg


http://farm4.staticflickr.com/3102/2604687707_3a817f24d1_o.jpg

 

Noces-d-or-a-Paris-080.JPG

 

Noces-d-or-a-Paris-075.JPG


Repost 0
Published by Camus - dans Dialogue
commenter cet article
14 juillet 2013 7 14 /07 /juillet /2013 15:59

 

Paris nous accueille, 2è et 3è jour

 

Les Gobelins

Hédi nous conduit au quartier des Gobelins et ainsi fait d'une pierre deux coups : il nous initie aux trajets du métro et nous fait connaître sa résidence. Hédi a habité auparavant rue Pascal dans le quartier, avec une vue sur la Tour Montparnasse, mais  il a opté pour une autre demeure dans une rue proche afin de profiter des avantages de l'ascenseur. Les Gobelins secteur d'architecture principalement Haussmannienne, voies larges et modernes est  la rénovation de l'ancien centre industriel. Il n'est pas permis dans ce quartier de faire des changements dans la devanture des maisons, persiennes, portes et fenêtres et tout arrangement devrait se faire avec l'autorisation par écrit de la municipalité. Nous avons traversé la Rue pittoresque  de Mouffetard qui présente les mets de divers pays du monde, orientaux surtout avec ses  magasins et son marché  fruits et légumes.


Boutiques, commerces, cafés où se rassemblent les poètes pour présenter et proposer leurs œuvres, boulangeries, hôtels, restaurants, cinémas et la rédaction du journal Le Monde. Les Gobelins doivent leur nom à la Manufacture des Gobelins (tapisseries). Dans le quartier les bains romains devenus plus tard les bains russes. Le théâtre des Gobelins y fut inauguré en 1869, les sculptures de la façade sont d'Auguste Rodin.

 

Le Groupe hospitalier universitaire Pitié-Salpêtrière – Charles Foix rassemble la CHU Pitié-Salpêtrière et l'hôpital gériatrique Charles Foix avec  la faculté de médecine de l'Université Pierre et Marie Curie et la faculté de médecine et de chirurgie dentaire de l'Université Paris Descartes (sur le site de Charles Foix).

 

Ces deux groupes hospitaliers hébergent des centres de recherches d'envergure internationale : l'Institut du Cerveau et la moelle épinière (Pitié-Salpêtrière) et l'Institut de la longévité (Charles Foix).  Il est à souligner que le quartier des Gobelins a accueilli les refugiés vietnamiens et chinois au cours du XXè siècle. Nous devons cette fascinante promenade touristique et culturelle et les autres à venir  à notre guide Hédi Bouraoui, qui pose le doigt sur les sujets intéressants, se souvenant d'une anecdote d'ici et de là. Celui qui ne connait pas Hédi, je le présente : un ami jovial qui place l'amitié au dessus de tout, un être charmant, souriant, les yeux pétillant de bonté le visage éclairé de la lumière des sages, le visage rehaussé de pommettes. C'est Hédi pour ceux qui ne la savent pas, la générosité personnifiée.

 

Le Quartier Latin  

Bel arrondissement estudiantin tenant son nom à la langue latine employée dans l'enseignement dans ses nombreux lycées et universités datant du Moyen Age. C'est le Centre du Savoir et de l'Etude. C'est là que se joignent les avenues Saint Michel et Saint Germain des Près, le quartier s'étend aussi au Jardin du Luxembourg et  à l'Odéon. Du fait de la présence d'étudiants de différentes vues politiques, menés par Maurras de l'extrême droite de son temps ou par Sartre de l'extrême gauche à l'après guerre, c'est le lieu de farouches échauffourées comme  les émeutes de 1968.

 

Sur la Place de la Fontaine Saint Michel, la statue du Saint terrassant le dragon. Sur la rive gauche de la  Seine on remarque les bouquinistes proposant leurs livres dans leurs stands. 

 

La Sorbonne est l'université la plus connue. Robert de Sorbon le confesseur de Saint-Louis y établit un collège théologique pour étudiants nécessiteux. Par la suite La Sorbonne devient le siège des études théologiques de Paris. Le côté sombre et tristre de l'Histoire est que La Sorbonne  prend part à la lutte contre les protestants, les Templiers et enverra l'évêque Cauchon condamner Jeanne d'Arc.  Après 1968 La Sorbonne se fractionne en universités avec spécialités différentes. On note dans Wikepedia 28 écoles, lycées et universités au quartier latin dont plusieurs issues de la Sorbonne.   Il y a en outre des librairies spécialisées dans différents domaines, aujourd'hui en voie de disparition, hélas.

 

Monuments : Le théâtre de l'Odéon, l'Hôtel des Monnaies, le Palais du Luxembourg et aussi l'Eglise Saint Severin qui est la plus ancienne de Paris; elle est détruite au XIè siècle par une invasion wiking puis reconstruite comme basilique au XIVè siècle. Dans chaque église que nous visiterons Hédi allumera deux cierges : mémorial voué à des êtres chers et en gage d'amitié à une amie… un récit émouvant.


Le Panthéon : Louis XV  gravement malade fait un vœu de bâtir un monument dans le cas où il guérira. A sa guérison fut construit le Panthéon durant 31 ans. Au terme éclate la révolution en 1789, la Constituante décida alors que ce Monument abritera les restes de ceux qui ont lutté pour la liberté.

 

Le Musée Cluny, Musée National du Moyen-âge : Il permet à la fois de visiter l’ensemble architectural, mais aussi d’admirer 23 000 œuvres et objets élaborés entre la période de la Gaule Romaine et le XVIe siècle, dont la tapisserie de La Dame à la Licorne. Le musée accueille chaque année quelques 300 000 visiteurs.

 

Le Jardin des Plantes : Il appartient désormais au Muséum d’Histoire Naturelle, mais date de 1650, quand les médecins du roi Louis XIII y implantèrent le Jardin Royal des Herbes Médicinales, qui devint aussi une école de botanique, d’histoire naturelle et de pharmacie. Des scientifiques sont rapidement chargés de parcourir le monde afin de ramener des collections nouvelles de plantes. Le jardin s’étend de part et d’autre d’une large perspective et comprend une importante ménagerie de 1100 animaux.

 

A l'autre rive de la Seine on peut voir la Conciergerie une des plus  beaux monuments de Paris et  le Palais de Justice. Nous avons fait une promenade dans les rues bariolées et envahies de visiteurs. Nous faisons halte dans une pâtisserie tunisienne très heureux de retrouver nos zlabias et oreilles de makrouds. Le Quartier Latin est un arrondissement pétillant de vie où l'on aimerait bien venir s'y installer. Une journée bien remplie. Merci Hédi. 

 

Nous retournons Rue de La Glacière accompagner Hédi et nous séparer de lui à la station de métro portant le même nom en route, direction de la Nation. Nous devons être à temps à notre hôtel, Colette Fitoussi Perez nous ayant invité à faire le Shabbat avec elle et son mari Tom, nous ne les laisserons pas attendre.

 

Noces-d-or-a-Paris-040.JPG

 

  Noces-d-or-a-Paris-045.JPG

 

Noces-d-or-a-Paris-049.JPG

 

Noces-d-or-a-Paris-054.JPG

 

Noces-d-or-a-Paris-055.JPG

 

 

Repost 0
Published by Camus - dans Dialogue
commenter cet article
14 juillet 2013 7 14 /07 /juillet /2013 09:49

Paris  nous accueille 1er jour


http://www.survol-paris.com/images-Paris/charles-de-gaulle-arc-de-triomphe-paris.jpgNous arrivons à Paris, terminal Trois à Charles de Gaulle à 22 heures trente, accueillis par un orage et heureusement  par nos charmants bienfaiteurs Victor et Chantal aussi,  venus nous emmener à l'hôtel Pavillon Arc de Triomphe, 51 Boulevard Pereire. Si j'étais derrière le volant de la voiture, j'aurais eu bien  du mal à arriver à bon port. Heureusement,  Chantal et Victor connaissent Paris comme la cour de leur maison. Oui heureusement !


Les rues sont bondées, inondées, les voitures telles des escargots se frayent un chemin sur la route à coups d'accélérateur et de freins. Quel voyage épuisant pour Victor, son carrosse roule deux heures au moins. Des chaussées affaissées ou baignant dans l'eau sont fermées et nous contraignent de les contourner ou de faire demi-tour.  Victor et Chantal, nous vous devons un fier service. 

Chantal descend avec nous afin de s'assurer que nous sommes bien arrivés à l'adresse demandée. Une accolade avec nos compagnons et nous nous quittons. A la réception on nous  dit que des appels ont fusé d'un peu partout : en Israël on s'inquiète et on sollicite de nos nouvelles. Justement notre portable choisit le moment de faire des siennes. Voici que Vivi lance un nouvel appel, nous le tranquillisons et lui demandons d'annoncer notre arrivée aux autres membres de la famille.


Arc de Triomphe, 51 Boulevard Pereire

Emplacement cossu certes, mais ce qui nous intéresse en ce moment est le lit qui nous cligne de l'œil malicieusement. Nous branchons le portable à son chargeur et nous nous ne tardons pas trop longtemps à nous coucher.

Je n'arrive pas à dormir, cette longue journée et la fatigue repoussent le sommeil. Les secondes et les minutes s'égrènent très lentement… Sommeil, sommeil vient me donner le repos… le…repos… re… pos… Pourquoi  tardes-tu sommeil à m'envelopper de tes bras afin de me plonger dans la sérénité du repos réparateur ? Morphée comme je serai bien,  serré sous ton accolade !

 

Nous sommes debout assez tôt, petit déjeuner et promenade aux alentours. Téléphones. Hédi nous rejoint en début d'après-midi, il nous raconte en déjeunant qu'il  s'est égaré,  le Boulevard Pereire lui a joué un tour de cache-cache  et il a perdu un temps fou à se retrouver, sous la pluie. Nous rions de bon cœur de sa mésaventure mais il nous arrivera la pareille, nous avons perdu notre route aussi au moins deux fois... toujours sous la pluie.


Le plaisant dans le Boulevard Pereire est… qu'il y en a deux, Pereire Nord, numéros pairs et Pereire Sud, numéros impairs. Incroyable, illogique, mais vrai. Ce sont deux Boulevards parallèles, très longs et chaque rond-point nous fait perdre le fil conducteur. Deux Avenues mènent au Boulevard Pereire : Wagram et La Grande Armée. Wagram est indiqué pour arriver à notre hôtel au numéro 51 (petit chiffre) et La Grande Armée conviendrait à ceux qui voudraient aller à l'autre côté du Boulevard du numéro 275 (grand chiffre). Si on sait ces données, on est fortiche, mais pour être fortiche il faudrait se tromper d'abord deux ou trois fois…


Les Pereire (ou Pereira) sont deux frères d'origine latine, hommes d'affaires du XIXè siècle, banquiers, actionneurs en chemins de fers et autres devises. Justement un chemin de fer partageait le Boulevard Pereire dans le temps et il fut remplacé par des jardins qui coupèrent le Boulevard en deux. Ce qui fait que les deux Pereire ont à leur nom deux  Boulevards du même nom (et sans doute  du haut des cieux, rient-ils dans leurs barbes de nos mésaventures).

 

http://parisbytrain.com/wp-content/uploads/2008/06/rer_b_cdg_terminal_2.jpg


http://cdn.holidaywatchdog.com/images/hotelphotos1/medium2/19904_c12f5302acea315281040d1932a3b3cc.jpg

 

 

Noces d'or à Paris 097

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

Repost 0
Published by Camus - dans Dialogue
commenter cet article
13 juillet 2013 6 13 /07 /juillet /2013 21:20

Les caves du plateau du Golan remportent de nouveaux prix


Posted by Souhail Ftouhin Actualités, Les juifs dans le monde  

 

 

Les vins israéliens connaissent depuis prés de 10 ans un développement remarquable et un véritable succès auprès des amateurs et connaisseurs en Israël et à travers le monde. 


Juste après avoir gagné la médaille d’or du prix Decanter de Londres, après avoir remporté l’or à New York (Wine Enthusiast), voilà que les vignes du Golan viennent de gagner l’Or au prix Citadelles du Vin à Bordeaux, en France !

En 2011 le Concours International du Vin a récompensé le Golan Heights Winery – une maison relativement jeune, fondée en 1983 à Katzrin (Israël). Les vignes du Golan ont, par le passé, déjà gagné d’importantes récompenses de vintages lors des éditions précédentes du Concours International des Vins (avec grandes médailles d’or en 2004 et 2006).

C’est donc un honneur extrêmement élevé pour Israël que de recevoir ces récompenses et d’attirer l’attention de la communauté du vin.

 

Affiche-Fr.jpg


La directrice du marketing des vignes du Golan, Yael Gai, est très heureuse de la reconnaissance croissante qu’ils reçoivent.

«La marque Yarden est devenue synonyme de vin israélien de haute qualité et les experts nous cherchent lors d’événements comme celui-ci » explique Yael Gai.

«C’est une chose merveilleuse d’être en mesure de représenter Israël avec une pareille positivité. Nous prenons notre rôle de producteur leader d’Israël très au sérieux, travaillant sans relâche pour améliorer et faire progresser le vin israélien. » ajoute t-elle.


Les vins comme Yarden, ou encore Barkan (qui proviennent du Golan) passent très bien sur un table de Shabbat.


Les vignobles du Golan ont aussi été les premiers à réaliser que des cépages tels que le Grenache, le Syrah ou le Carignan ne s’acclimataient pas très bien, et les ont remplacés avec succès par du Cabernet Sauvignon, du Merlot, du Sauvignon Blanc, du Chardonnay, du Pinot Noir et du Riesling Blanc. Dès 1984, leur Cabernet Sauvignon se distingua par une médaille d’or à l’ International Wine and Spirit Competition.

Le tournant se produit dans les années 70 quand l’oenologue Cornelius Ough, de l’Université de Californie, comprend la richesse viticole des terres du Golan : sols volcaniques, climats chaud/froid, altitude et possibilités d’irrigation.

Au début des années 80, création de Golan Heights Winery sous l’influence d’une équipe d’œnologues franco-américaine qui se fixe de réelles exigences de qualité, l’établissement crée les appellations Yarden et Gamla, et quelques années plus tard : l’appélation Golan.

 

ramat_l.jpg  

A ce jour, ce vignoble appartenant aux kibboutzim et aux mochavim de la région, est le seul au monde a avoir gagné le Chairman’s Award for Excellence à Vinexpo en trois différentes occasions. Par contagion, il existe maintenant plusieurs vignobles de haute qualité en Israël. Mentionnons les vins Carmel-Mizrakhi qui sont les plus connus. Aussi anciens que la présence Juive en terre d’Israël, cette coopérative contrôlait jusqu’à peu 90% du marché. Encore aujourd’hui, leur part représente 50% et ils produisent des séries spéciales de très grande qualité, notamment les Chardonnay et Cabernet Sauvignon Private Collection qui sont parmi les meilleurs au monde.

Il existe aujourd’hui environ trois cents producteurs de vin en Israël repartis aux six coins du pays, de la Haute Galilée au Nord, aux vastes plaines arides du Néguev en passant par le plateau du Golan et les montagnes de Judée.


C’est seulement le Peuple juif qui peut donner le la a son sol! En un peu plus de 60 ans, le sable d’Israël s’est transformé en paradis agricole. Une success-story que les voisins de l’État Juif pourraient également mettre en œuvre (pas uniquement pour le vin !) s’ils se donnaient enfin les moyens d’avancer vers un futur meilleur.


Souhail Ftouh 

 

Source : http://identitejuive.com/les-caves-du-plateau-du-golan-remportent-de-nouveaux-prix-mondiaux/

Repost 0
Published by Camus - dans Israël
commenter cet article
12 juillet 2013 5 12 /07 /juillet /2013 16:33

 

Le petit éléphant en bois verni

Le récit de Jo :

Une amie revenant des Indes m'avait apporté comme cadeau deux petits éléphants en bois vernis, l'un avec la trompe levée vers le haut avec fierté et le second la trompe basse comme la queue d'un chien chassé.

-           Tu sais l'ami me dis un camarade,  la trompe baissée est un mauvais présage, rends lui son cadeau.

-           Bêtises.

Mais peu de temps après, tout commence à aller de travers avec moi.

Jusqu'au moment où l'on me montre la porte de l'entreprise. Je n'en crois pas mes yeux, ni mes oreilles.

Le temps passe et je n'arrive pas à remonter à la surface. Pas de travail ou si peu. Pas de bonnes places.

C'est tout juste si je trouve d'ici ou de là une place de vigile, c'est vous dire. C'est alors que je me suis souvenu des paroles de mon ami : "la trompe baissée est un mauvais présage, rends lui son cadeau". Et je décide de me débarrasser du petit éléphant en bois verni avec la trompe baisée comme la queue d'un chien chassé.

Je vais à un container d'un supermarché, le Météore dans le but d'y jeter le petit éléphant.

-          Que fais-tu me questionne Robert le magasinier ?

-          Tu vois je jette cette bestiole.

-          Non, laisse-la-moi Je m'en servirai comme presse-papier.

-          Ce serait te rendre un mauvais service, cet éléphant ne porte pas bonheur.

-          Bêtises.

Le temps passe. Le petit éléphant remplit ses fonctions de presse-papier de moins en moins. Les affaires ne sont pas en or au supermarché le Météore, tant et si bien qu'un associé est recherché. On fait des arrangements dans le magasin avant la réouverture. Je vais y jeter un coup d'œil. Robert n'y travaille plus, mais j'y rencontre Claude. Je lui montre le presse-papier plein de poussière.

Ce petit éléphant ene bois verni avec la trompe baisée comme la queue d'un chien chassé donne la guigne. Jette-le sans tarder.

-          Superstitions ! Tu y crois toi ?

-          J'y crois dur comme fer. J'ai perdu ma place dans une manufacture et j'ai réussi à me remettre sur pied après m'être débarrassé de ce petit démon.  

-          Wow ! C'est vrai ? Et maintenant çà va mieux chez toi ?

-          Changement du tout au tout.

Mais Claude ne jette pas le petit éléphant. Le supermarché dans sa nouvelle appellation Or-Météore bat de l'aile et est vendu au concurrent Superstar. L'éléphant provenant des Indes continue à présider le magasin en tant que presse-papier pendant que des dizaines d'employés sont remplacés une fois l'an.  

Superstition et balivernes, ou magie ?  Jo vide son troisième whisky nous regarde longuement, étire lentement ses jambes avant de se lever et de nous saluer avant de partir.  

 

http://www.fait-maison.com/system/uploads/product_photo/files/000/000/136/021/thumb800q70_IMG_3379.JPG

Repost 0
Published by Camus - dans Souvenirs
commenter cet article
12 juillet 2013 5 12 /07 /juillet /2013 03:55

Ramadam Mubarak

 

1010255_10200581908564039_1928468824_n.jpg

Le jeun dans l’Islam : sens du Ramadan. Voici ce que dit le Coran à propos du jeun :

" Ô les croyants, on vous a prescrit le jeun comme on l’a recommandé à ceux d’avant vous, peut - être seriez-vous pieux pendant les jours comptés ? "

 

" Quiconque d’entre vous est malade ou en voyage, alors, qu’il compte d’autres jours. Même pour ceux qui ne pourraient le supporter, il y a une rançon : la nourriture d’un pauvre. " A nos amis de confession Musulmane mes vœux sont, que l’épreuve du jeûne ne sera pas trop difficile à passer et que le mois de Ramadan vous donnera la satisfaction d’avoir été à la hauteur de votre obligation.

... 

Dès que l’appel de la fin du jeûne journalier est donné, Sfax et ses rues se vident et la population se presse vers les maisons, afin de prendre une légère collation en attendant le repas rituel.

Une heure après la ville se remplit d’effervescence et de lumière. Les magasins sont garnis de guirlandes et de fleurs. Les étalages offrent leurs gâteaux, leurs confiseries et leurs glaces "gilates".

A l’occasion de Ramadan Mubarak, voici quelques baklawa :

 

baklava.jpg

Repost 0
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 05:32

http://lapressegalactique.net/wp-content/uploads/2012/10/logopg63.png

Accueil » CONSCIENCE » Videos : L’accouchement sous l’eau avec les dauphins comme sages-femmes

lun08

Videos : L’accouchement sous l’eau avec les dauphins comme sages-femmes

Publié par Alain Facélina le 8 juil, 2013 sous CONSCIENCE|


Par Rusty James 


http://lapressegalactique.net/wp-content/uploads/2013/07/Dauphins-RustyJames-214x300.jpgL’accouchement sous l’eau avec les dauphins comme sages-femmes Un Russe du nom d’Igor Charkovsky s’est spécialisé depuis longtemps dans l’accouchement de bébés humains sous l’eau. Il a probablement assisté à quelque 20 000 naissances sous l’eau. Sa fille, qui fut un des premiers nouveau-nés à venir au monde ainsi, avait alors un peu plus de vingt ans, si je me souviens bien, lorsque l’incident suivant se produisit. Charkovsky et son équipe avaient emmené une femme au bord de la mer Noire afin qu’elle puisse accoucher de cette manière. Ils étaient tous assis dans l’eau et se préparaient pour la naissance de l’enfant, la femme enceinte étendue de tout son long dans une section du bassin qui avait environ soixante-dix centimètres de profondeur. Si je me rappelle bien, trois dauphins s’approchèrent soudain du groupe, repoussèrent tout le monde jusqu’au fond du bassin, sauf la future maman, et prirent résolument la direction des opérations. Ils vinrent d’abord tout près de la patiente et commencèrent à effectuer ce qui semblait être un massage au sonar, de haut en bas et de bas en haut du corps – ce dont j’ai moi-même fait l’expérience et qui apporte un très grand bienfait au système humain. À la suite de cela, la femme mit au monde son enfant sous l’eau pour ainsi dire sans douleur et sans peur. Ce fut une expérience phénoménale pour tout le monde. Elle donna d’ailleurs lieu à une nouvelle pratique consistant à utiliser des dauphins en guise de sages-femmes, pratique maintenant adoptée un peu partout dans le monde. Quelque chose ayant trait au sonar que les dauphins projettent au moment de l’accouchement semble relaxer profondément la mère. Les dauphins manifestent des préférences au sujet des humains. Ce n’est pas une règle absolue mais si vous allez nager avec des dauphins et qu’il y a des enfants avec vous, les dauphins les abordent d’abord. S’il n’y en a pas, ils vont alors vers les femmes et s’il n’y en a pas non plus, ils rejoignent finalement les hommes. Mais s’il y a une femme enceinte dans le groupe, alors tout le monde peut aller se rhabiller – car elle attire totalement leur attention. Le petit bébé qui va naître est ce qu’il y a de plus important à leurs yeux. Les dauphins deviennent très excités lorsqu’ils voient un être humain donner naissance. Ils adorent cela, c’est certain. Ces mammifères peuvent tous faire des choses ahurissantes. Les enfants nés dans l’eau avec pour sages-femmes des dauphins, du moins tel que cela se fait en Russie, sont tous des enfants extraordinaires. D’après tout ce que j’ai pu lire sur le sujet jusqu’à maintenant, pas un de ces enfants n’a un quotient intellectuel inférieur à 150 et ils ont tous un corps émotionnel extrêmement stable et avec un corps physique incroyablement résistant. D’une manière ou d’une autre, ils semblent très supérieurs aux enfants habituels. L’accouchement dans l’eau se pratique aussi en France – on en a déjà fait plus de 20 000. Les femmes donnent naissance dans de grandes baignoires. Au début, les médecins avaient étalé tous leurs instruments sur des tables, et tous les moyens de secours étaient en place, chacun étant prêt à intervenir en cas de complications.

Mais il n’y eut aucun problème pendant très longtemps. D’une année à l’autre, tout se passa très bien jusqu’à ce que finalement 20 000 naissances aient eu lieu sans une seule complication ! De nos jours, les instruments et tout l’équipement sont relégués dans un coin du lieu où se font les accouchements, tout simplement parce qu’il n’y a toujours aucun problème. Je ne sais pas si les spécialistes savent pourquoi au juste, mais pour quelque raison inconnue, quand une femme enceinte flotte dans de l’eau, il semble que toutes les complications de l’accouchement se résolvent d’elles-mêmes. J’ai eu l’opportunité de passer quelque temps avec une femme qui fut l’assistante de Charkovsky en Russie. Elle avait ramené avec elle plusieurs films pris pendant les accouchements. Je visionnai deux de ces films, chacun portant sur une femme différente donnant naissance à son enfant sous l’eau. Non seulement ces deux femmes n’avaient éprouvé aucune douleur, mais elles avaient eu de multiples orgasmes pendant la naissance de leur enfant — de longs orgasmes durant jusqu’à vingt minutes d’affilée. Leur plaisir était total. Je sais que c’est comme cela que les choses devraient être pour tout le monde. C’est tout à fait logique et ces femmes nous le prouvaient. J’ai aussi vu des films russes sur des bébés de deux ou trois ans et des enfants en bas âge, mais un peu plus vieux, qui dormaient au fond de piscines. Ils dormaient littéralement à poings fermés, mais sous l’eau tout au fond du bassin, et toutes les dix minutes ils remontaient à la surface, apparemment toujours endormis, roulaient leur corps de manière que leur visage soit à l’air libre, expiraient puis inspiraient à nouveau de l’air frais, après quoi leur corps coulait et allait se poser au fond du bassin. Ces enfants vivent donc sous l’eau – l’élément liquide est leur patrie. On leur a d’ailleurs donné un nom, pour ainsi dire, comme s’il s’agissait d’une nouvelle espèce. On les appelle les homodolphinus. Il semblerait qu’il s’agisse d’un mélange d’humains et de dauphins. L’eau devient leur milieu naturel et ils sont extrêmement intelligents.

 

 

 

 

Rusty James News du 14 avril 2011

Repost 0
Published by Camus - dans Santé
commenter cet article
9 juillet 2013 2 09 /07 /juillet /2013 19:11

Cinquante ans ensembles, chic !


Pendant que nous organisons notre voyage en france, combine assez complexe - il ne faudrait rien oublier, tout est inscrit noir sur blanc et on fait un V à chaque phase passée : passeports, change, préparation de la valise, trousse de toilette, linge chaud, choix des chaussures etc. - commence une autre préparation, discrètement celle-là et organisée par Vivi le chef de la mafia Bouhnik and co. Vivi est surnommé Il Diavolo ou tout simplement Vivi ID.

 

Ce que Vivi ID manigance est  l'aménagement d'une surprise-party en honneur aux 50 années de notre mariage. Il en parle à nos filles, ils se chuchotent les cachotiers un peu à l'écart, avec des sourires entendus, se lancent des appels, s'envoient des messages sms, tant et si bien que nous avons la puce à l'oreille et nous nous doutons que quelque chose se trame sous nos yeux. Mais personne ne "sait" rien du tout. A les croire ou non ?


Mochiko (Moché) nous invite à un cours de premiers soins qu'il donnera au Maguen David Adom (la Croix Rouge israélienne).

- Tenez-vous prêts, je viendrais vous prendre. Nul besoin de sortir votre voiture, j'aurais la mienne. Sur ce, il arrive.

- Tiens papi, tu es en T-shirt ?  Tu devrais mettre ta chemise à carreaux, celle qui est assortie à  la mienne, ce ferait chic.

En parfait papi je m'exécute pour faire plaisir au petit. Vivi se demande innocemment : prendre la génératrice ambulante ou se contenter d'un ballon d'oxygène ?

- Un ballon suffirait répond Moché avec malice. Au Maguen David David Adom tu trouveras un ballon de rechange, il n'en manque pas…

Et on s'en va. Moché conduit jusqu'au bout de la rue et juste avant la fin,  bifurque vers le Parc de La Cloche.

- Que fais-t-on là Mochiko demande mamie ? 

- Je viens prendre quelque chose grand-maman…

- Mais tu bloques cette Peugeot Partner ?

- Pas d'importance Mamie…

- Pas d'importance, je reprends, c'est la voiture de son père. On descend ?

Dans le parking on voit un comité d'accueil : Or, Noy, Niv, Shirël, Shir, Eden… Je crois comprendre…

- Suivez-moi s'il vous plait sollicite  Noy. – Noy a 18 ans et le premier prix d'excellence de son Lycée.

En cours de route, nous voyons Jacob mon beau-fils s'affairer près d'un barbecue avec des provisions à alimenter une colonie de vacances : viandes, escalopes de bœuf, steaks d'agneau, lya, merguez, boissons fraiches, tonnelets avec des cubes de glaces, vin, bières, anisettes… Sur des tables recouvertes de nappes en papier, des salades sont posées dans des assiettes en plastique, près de vers de la même matière le tout à jeter après le service… 64 personnes sont déjà là. Cachotiers !


Sont là nos filles venues des quatre coins du pays avec nos beaux-fils, nos petits-enfants, nos frères et sœurs des deux côtés et des amis aussi. Il y a  même un représentant de Sfax, un ex-habitant de Pic-Ville. Ils  nous entourent, nous font la fête. Sur une table s'amoncellent des cadeaux. Un album a été imprimé par nos filles : chacune ayant écrit une page réservant une deuxième pour des photos de famille. Les textes sont pleins d'amour comme on le devine, tous sont bien écrits, certains avec une note de poésie. Les invités écrivent leurs souhaits ultérieurement sur les pages vides restantes.


Gisèle et moi nous sommes aux nues, très émus de surprise ; nous nous attendions certainement à une fête pour le 17,  mais comme elle  a été avancée pour le 13, l'éblouissement est complet. L'amour familial, c'est çà.

 

noce-4.jpg

 

318168_304845292919133_864001216_n.jpg

 

Noces-d-or-a-Paris-044---Copie.JPG

 

Noces-d-or-a-Paris-046---Copie.JPG

 


Repost 0
Published by Camus - dans Souvenirs
commenter cet article