Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 18:01

Le lait : étude de l'université Ben Gourion

 

Sources : Newsletter de l’Ambassade d’Israel en France et
http://ambisrael.wordpress.com


http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTPFUijGCmoi6FfL5v2WVAjoOaqCqBd4JfQtHSk86gSRrxvTL8&t=1&usg=__hXvSWLjM3X1Iag9XMKAa9KZn63I=Une nouvelle étude de l’Université Ben Gourion  à Beersheba  sur la perte de poids suggère que, indépendamment du régime alimentaire, les personnes au régime qui boivent plus de lait perdent plus de poids en moyenne que les personnes au régime qui consomment peu ou pas de produits laitiers.


L’étude israélienne, publiée dans « l’American Journal of Clinical Nutrition », rapporte que les personnes au regime ayant consommé le plus haut niveau de calcium d’origine laitière (la quantité trouvée dans 36 cl de lait ou d’autres produits laitiers) ont perdu environ 6 kilos au bout de deux ans de régime alors que les participants ayant la plus faible consommation de calcium d’origine laitière (la quantité trouvée dans un demi-verre de lait) n’ont perdu que 3,5 kilos en moyenne après deux années de régime.

Le Docteur Danit Shahar a expliqué que, de façon surprenante, ces résultats ont duré pendant les deux années de l’étude sans rapports avec le type de régime pratiqué (régime pauvre en glucides, sans matières grasses ou régime méditerranéen).


L’étude a également constaté que, au-delà du calcium, la vitamine D a aussi un effet positif sur la perte de poids, compatible avec d’autres recherches sur la relation entre la vitamine D et le poids. Si vous n’obtenez pas votre dose recommandée de vitamine D à partir de 4 verres de lait par jour, la vitamine peut aussi être obtenue grâce à de l’exposition au soleil, dans les poissons gras ou dans les œufs.

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQNXD3LQaCZy6fOlPo0_j5zaDgWqj4YiDeLojVI9DQLxmQT32c&t=1&usg=__xn6WLnnlqP4GMvCmmZf0Qs_5Kkk=

 

Ben Gourion


Merci à l’Université Ben Gourion à Beersheba pour cette étude.

 

papillon.gif

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 23:05

Eden

 

Je savais que mon petit-fils aime les instruments à musique, je l'ai vu jouer du tambour et de la tarbouka. Il s'avère qu'il chante aussi, à ses moments.

 

 

papillon.gif
Partager cet article
Repost0
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 09:51
Le prix de Barcelone
Source :
-------copie-1.jpg
La biennale d’architecture paysagiste européenne qui s’est tenue à Barcelone le week-end dernier a récompensé le projet du port de Tel Aviv par le premier prix, parmi pas moins de 470 projets à travers l’Europe. Le projet israélien a été choisi à l’unanimité par un vote du jury et du public.

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQt1m5B_wcRVfLsZ-akTZOY1VGLJx14xI54647aTK07vGP3a6g&t=1&usg=__UoMz5tCoHMTj5P8n9icn69ol_mM=
 
Les architectes Ganit Mayslits Kassif et Udi Kassif qui ont conçu le port ont reçu le prix. C’est le prix le plus prestigieux et le plus estimé en Europe dans le domaine de l’architecture de paysage. C’est aussi la première fois qu’un projet israélien remporte ce prix.
 
Les deux architectes ont développé le projet entre 2003 et 2008, projet commandé par la Marine Trust, en collaboration avec la municipalité de Tel Aviv. Le site est depuis devenu un des endroits les plus populaires de Tel Aviv pour de nombreux israéliens.
 
« Nous nous pinçons littéralement pour nous assurer que ce n’est pas un rêve, » a déclaré Mayslits Kassif samedi, quelques instants après que le résultat ait été annoncé. « Nous faisons face à des projets étonnants, développés par les meilleurs architectes du monde. Les gens sont venus vers nous et nous ont comblé de félicitations. »

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcStW-A0ev2jMk5jv1U6t52PTrjO12Q66fWoLfEZJyXNzQ7acWk&t=1&usg=__Hi6-G5L0fXBIjAxRUSwIZXEjZOM=
 
Elle a ajouté : « le succès du projet est de créer un changement et une solution de rechange en utilisant l’espace public. Nous avons réussi à influer sur un processus de changement, pour un endroit qui avait été négligé pendant 50 ans, et l’avons transformé en endroit populaire parmi le public. »

papillon.gif
Partager cet article
Repost0
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 09:38

 

J'ai lu...

 

L'auteur est né à Sfax, en Tunisie. Éduqué en France, il enseigne et écrit à Toronto. Il est l’auteur d’une vingtaine de recueils de poésie, d’une douzaine de romans, et d’une dizaine d’essais de critique littéraire où il fait l’analyse d’une francophonie plurielle. Hédi est aussi mon ami d’enfance et fondateur du CMC, Canada Méditerrannée Centre.  

 

http://tunecity.net/IMG/jpg/hedi.jpg

 

Hédi Bouraoui, portrait par Kiat Lim Chew


Auteur Hédi Bouraoui, les Éditions du Vermillon, collection romans no 48, format 15,25 cm x 22,9 cm, parution novembre 2009, 382 pages, ISBN 978-1-897058-88-6.

 

Les Aléas d'une Odyssée est le dernier livre que je viens de lire, un  bon livre « avant-gardiste ». Le héros Hannibal Ben Omer, jeune Tunisien originaire des îles Kerkennah - rebelle aux modes de vie dictés par l’habitude, les environs  et les coutumes -, autodidacte passionné d’histoire, quitte son lieu de naissance suivant les traces de ses parents morts tous deux en Europe. Il  entreprend ainsi un long voyage, - avec pour mentors spirituels, Hannibal Barca et Ulysse -, cherchant à élucider la clef de  l’énigme de son origine. Il se marie à Laura poète Sicilienne et de leur union nait Télémaque menacé déjà dès sa naissance.


Tout au long de ce circuit nous découvrons des pays décrits et peints de couleurs chatoyantes étalées par la plume d’oie de l’auteur, nous faisons connaissance avec le caractère différent des gens d’outre-méditerranée. Ainsi nous apprenons que les insulaires du Nord de la grande mer bleue ne sont guère obligeants envers ceux du Sud. Pourtant on reconnait tant de paramètres communs entre les Maghrébins et les Européens : ce sont les adages, les coutumes, les superstitions. De plus les  invasions subies des deux côtés ont laissé les mêmes empreintes. 


 

http://tunecity.net/IMG/jpg/odysse.jpg

 

Nous découvrons la méfiance, la rebuffade, l’ignorance engendrant          l'intolérance. On se souvient du titre de champion sportif d’Hannibal non reconnu (Cap Nord), on est déçu du fiasco de l'entreprise dont il était l'un des associés, de la froideur des Corses, des Siciliens, la défiance des Crétois.

 

Néanmoins les insulaires de Kerkennah et de Djerba sont plus bienveillants, selon les péripéties décrites dans ce roman. Laura est bien accueillie en Tunisie tandis qu'Hannibal a dû se frayer son  chemin en Europe, à coups de coudes si je me permets cette image.

Laura comme Pénélope attend le retour de son époux prodigue parcourant les îles, courant de l’une à l’autre.


Sont décrits dans cet ouvrage très dense, les différents problèmes d’actualité, on discerne à travers les yeux et le parler d’Hannibal les déchirures entre les peuples,  accrocs  qui nous causent des insomnies. La philosophie de cet ouvrage soutient que les hommes sont frères et les religions sont des branches issues d'un même tronc. On ne peut qu’être d’accord avec Hannibal sur ce point. Hédi Bouraoui touche sans trop exagérer la vue globale et les lubies des gouvernants. J'aurais été curieux de voir comment l’auteur aurait traité les idéologies politiques qui craquent comme des dominos vacillants, l’un poussant l’autre dans sa chute. Mais chut !... un thème pareil serait rébarbatif aux lecteurs, ils en ont suffisamment en lisant les éditoriaux… Un bon souvenir qui se réveille est la tante Souad, une de chez nous.


Hannibal cet autodidacte a bien fait du chemin depuis ses 17 ans sans diplôme et avec le chômage dans son île natale. Sa compagne plus intuitive a su deviner les dangers que court son compagnon et ils ont nom : Athéna, Eléni, la méfiance des Crétois. Y a-t-il eu une amourette entre Hannibal et Eleni ? Oui, non ou peut-être : si on demande à Laura la réponse serait affirmative, non si c'est Hannibal qui répondrait.

Comme nous aimons bien Hannibal,  ce sera non.

 

Heureusement qu’on rencontre dans ce roman comme dans la vie des personnes pleins de sagesse : (le marchand d'épices Crétois, la tante Souad).
Ambitions, amours, haine (le Libyen), défiance, crime, malveillance sont les traits de caractère de tous les hommes et de ceux de cette œuvre aussi.

 

L’auteur nous affiche par la bouche d’Hannibal et Laura l’idéal de la beauté de l’entente, de la convivialité, de l’entraide mutuelle, de l’amour du prochain, de l’indulgence, de la tolérance,  de la compréhension et de la main tendue aux autres personnes et aux confessions différentes : autant de réflexions sages.

 

Enfin j'espère avoir posé le doigt sur une partie de la trame tissant cet œuvre.

 

Cet ouvrage est le second livre de la trilogie : Cap Nord ; Les Aléas d'une Odyssée ; Méditerranée à voile toute, publiés aux Éditions du Vermillon, Ottawa, Canada.


Lire aussi le 1er  livre de cette trilogie : Cap Nord

 

http://tunecity.net/IMG/jpg/Titre.jpg

 

Canada Méditerrannée Centre

 


Partager cet article
Repost0
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 20:29

 

Histoires du Peuple Juif

 

Marek Halter (né le 27 janvier 1936 à Varsovie) est un écrivain juif français, né en Pologne.  Il est le fils d’un imprimeur et d’une poétesse yiddish. À cinq ans, il s’échappe du ghetto de Varsovie avec sa famille.

 

Aujourd’hui, il consacre une part importante de sa vie à la défense des droits de l’Homme (président de l’Institut Andréï Sakharov, de l’Institut international de la culture juive, cofondateur de SOS Racisme...), et à la recherche de la paix au Proche-Orient. Président du Comité International pour la paix au Proche-Orient, il a publié une vingtaine d’ouvrages, préside deux universités françaises en Russie.

 

http://identitejuive.com/wp-content/uploads/2010/09/Marek-2-265x300.jpg

 

 Il aborde dans ses livres beaucoup de sujets liés à l'histoire du peuple juif. Il publie aujourd’hui  « Histoires du peuple juif » (éd. Arthaud).

 

 

Aux éditions Arthaud , ce  nouvel ouvrage illustré Histoires du peuple juif  retrace l’aventure du peuple juif, à la fois unique et universel, à travers quatre mille ans d’histoire, de l’Amérique à la Russie, de l’Europe à l’Asie.

 

Formidable conteur, Marek Halter retrace dans cet ouvrage son histoire du peuple juif – ou plutôt ses histoires, sans chercher à emporter toujours l’adhésion des orthodoxes ni des historiens.

 

Marek Halter combine imagination littéraire et événements à la fois connus et secrets.

 

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Marek Halter et ses parents fuient le ghetto de Varsovie créé par les occupants allemands. Son gran-père portant le même nom y laisse sa peau.

 

À la suite de l'invasion de l'Union soviétique par l'Allemagne nazie le 22 juin 1941, Marek Halter, et ses parents qui se trouvent alors à Moscou sont évacués en République socialiste soviétique d'Ouzbékistan à Kokand, une ville de 300 000 habitants où se trouvent un million de réfugiés. Bérénice, la petite sœur de Marek âgée de trois ans, y meurt de faim et ses parents sont frappés par la dysenterie. Marek Halter fait alors tout pour sauver ses parents.

 

En 1976, Marek Halter publie son premier livre Le Fou et les Rois se voit décerner Le Prix Aujourd'hui, relatant ses expériences au Proche-Orient. Celui-ci devient un best-seller. En 1991, il crée deux collèges universitaires français en Russie, l’un à Moscou et l’autre à Saint-Pétersbourg, dont il est président.

 

En 1992, ami de Yitzhak Rabin, Shimon Peres et Yasser Arafat, il participe activement à l’organisation de rencontres secrètes entre Israéliens et Palestiniens, d’abord à Paris puis à Oslo. En 1994, il termine son film : Les Justes, qui ouvre en 1995 le Festival du cinéma de Berlin.

 

http://identitejuive.com/wp-content/uploads/2010/09/Marek_Halter-1.jpg

 

Marek Halter a publié une vingtaine de livres, romans et essais. Il collabore à une douzaine de journaux et magazines à travers le monde dont Libération, Paris Match, Die Welt, VSD, El País, The Jerusalem Post, The Forward, La Repubblica, Expressen. 

 

Sous la plume de Marek Halter on retrouve un Ecrivain passerelle entre peuples ­ennemis, ce Franco-Polonais n’a pas son pareil pour rendre accessibles les questions complexes. Judaïsme, ­sionisme, antisémitisme, paix au Moyen-Orient, il cherche et trouve le dialogue.

 

 

Ftouh Souhail

 

Voir aussi : La mémoire d'Abraham de Marek Halter

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2010 5 01 /10 /octobre /2010 16:55

Avant l'Eurovision 1982

 

Paroles : Yoram Tahar-Lev

Musiques : Avi Tolédano

 

 

 

***

 

Le chanteur est né le 4 avril 1948 à Mekhnès, au Maroc, où il chante dès l’âge de 8 ans et monte sur scène depuis ses 12 ans.

Il quitte la maison de ses parents un vendredi soir, juste après le Kiddoush (la bénédiction de lacréation) et s’en va sans se séparer de ses parents qui l’auraient dissuadé de partir.  Il arrive seul en Israël en 1964 à l’âge de 16 ans.

C’est d’ailleurs dans le train qui le conduit jusqu’au port de Marseille qu’il compose sa première chanson, qui deviendra un succès dans son premier album : Léan Nossaat Arakévet : Dans quel direction se dirige le train ?

Avi passera d’abord huit mois dans un camp de préparation pour la jeunesse juive marocaine, près de Toulouse. C’est pendant cette période qu’il compose et met en œuvre la matière musicale de ses deux premiers disques (Avi Toledano avec David Kirboushi et son orchestre 1968 et Avi en 1969)

Le succès débute pour Avi, à tel point qu’un journaliste dira de lui : "Quand votre fille vous dit Avi (qui signifie mon père), sachez qu’elle parle en réalité de Avi … Toledano !" Il sort un 45 tours chez EMI en français en 1978 : J’ai décidé d’être heureux (seul) / Il paraît que je te connais déjà.

 

Il a participé deux fois au Concours de l’Eurovision  représentant Israël, une fois en 1982 à Harrogate en Grande Bretagne en tant qu’interprète et compositeur de la chanson Hora arrivée en seconde position.  Et une seconde foiis, l’année suivante à Munich en tant que compositeur et producteur, avec Ehoud Manor, et la défunte Ofra Haza comme interprète, : ils ont présendté le  célèbre Haï, Haï, Haï également second au Concours.

Il a été plusieurs fois par les radios israéliennes «chanteur de l’année»,

à la radio israélienne, en plaçant nombre de ses chansons en tête des meilleures ventes; il a enregistré plus de 22 disques tout au long de sa carrière.

Avi s’est produit dans les plus grandes salles de concert du monde : le Madison Square Garden à New York, l’Olympia de Paris ou le Tokyo’s Music Festival, parfois accompagné par des grands orchestres symphoniques tels que le Edmonton Symphony Orchestra du Canada, celui de Haïfa ou de Bat Yam. Il est également connu pour quelques-uns de ses one man shows, notamment La Bohème, d’après Charles Aznavour ou Téoudat Zéout racontant l’histoire de sa vie.

 

Poir les détails, merci à Soly Anidjar qui était élève dans le même Lycée qu’Avi, (elle est de deux années plus jeune).

 

papillon.gif

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 20:43




 

 

Des milliers de personnes ont participé à la prière du dernier jour de Souccoth, appelé Hochaana Raba, au Kotel (Mur occidental).

 

Le septième jour de la fête de Souccoth, appelé Hochana Rabba, est celui où les décrets de Hachem  pour l’année à venir deviennent irrémédiablement définitifs. Son origine se trouve dans les traditions des prophètes. Même si les “livres” sont fixés le jour de Yom Kipour (le jour du Grand pardon), les verdicts  sont scellés lors de Hochana Rabba. Raison pour laquelle il est d’usage de rester éveillé et d’étudier toute la nuit, celle-ci constituant « l’ultime chance » d’obtenir le pardon divin.

 

 

Hochana Rabba est un jour de jugement. Il est également connu comme « le jour de la crainte » . Par conséquent, il s'agit d'un jour où la joie de Souccoth se mêle au recueillement d'un jour de crainte (1). Nombreuses sont les personnes qui restent éveillées toute la nuit de Hochana Rabba en mémoire de David HaMelekh qui restait éveillé chaque nuit de l'année afin d'apprendre la Torah et de chanter des louanges à Hachem.

 

Une autre raison de cette veillée tient à ce que le dernier des sept ouchpizim « hôtes illustres » (2) qui honorent la souka  de leur présence est le roi David HaMelekh,  qui selon la tradition celui-ci se réveillait chaque nuit pour étudier la Torah  et chanter des louanges à Hachem  (voir Psaumes 57, 9 et Berakhoth  4a).

 

http://thumbp4.mail.vip.ird.yahoo.com/tn?sid=3798182633&mid=AMAKDNkAAVYdTKSVUw1f407C2YQ&midoffset=1_9432884&partid=2&f=258&fid=Inbox

 

Il est intéressant de noter que Hochana Rabba tombe toujours le même jour de l'année que le précédent Chavou'oth... qui est le jour d'anniversaire du décès de David HaMelekh. Le livre de Devarim (le Deutéronome) est lu à la synagogue en utilisant un sefer Tora. La plupart des personnes récitent également tout le livre des Tehilim (des Psaumes).

 

 

Les rouleaux de la Torah  sont alors enlevés du Hekhal. Devant une assemblée réunie au Kotel, le Mur des lamentations, le jour de Hochana Rabba est un yom tov (jour de fête) en part entière. La coutume est de prier « vatiqin »  (au lever du soleil).

                                                                                             

À Hochana Rabba,  il est de coutume de saluer  les  amis avec la bénédiction : « Pitqa tova » (“Bonne note” – les achkénazes prononcent: « pisqa tova » ) pour faire référence à l'inscription finale et au fait que le livre de la vie est scellé pour l'année à venir.

 

La coutume 'hassidique consiste à désigner ce jour comme celui du 7è « ouchpizin »  (l'invité spécial) de David HaMelekh (le Roi David).

 

La fête de Souccoth  a ceci de spécifique qu’elle favorise la mitswa  de l’hospitalité. Aussi est-il important, pendant cette fête, d’inviter chaque jour de nouveaux hôtes. Un nombre important d'hommes (achkenazes) porte le kitel blanc. 

 

À la conclusion de Hochana Rabba, il est de coutume de frapper cinq branches de saule sur le sol. Les feuilles de saule ont la forme d'une bouche. Cette cérémonie symbolise que la force du peuple juif réside dans sa bouche, lorsque cette dernière récite des prières !

 

À Hochana Rabba, il est  d'habitude de consommer un repas habituel de yom tov, avec du poisson, de la soupe et de la viande. De nombreuses personnes ont l'habitude de manger des qreplach (l'équivalent des raviolis italiens) – comme la veille de Yom Kipour – afin de montrer que le jugement de Hachem est entouré de  « hessed ' (amour).

 

 

Ftouh Souhail

 

 

(1) Malgré tout, il ne s'agit pas d'un événement triste. Au contraire, le fait de savoir que D-ieu est miséricordieux et qu'Il nous permet de recevoir un verdict favorable, apaise l'inquiétude pouvant accompagner un tel jour.

 

(2) Les sept ouchpizim  représentent, selon le Zohar  (Wayiqra  3, 103b), les esprits d’Abraham, Isaac, Jacob, Joseph, Moïse, Aaron et du roi David. La tradition les présentes comme visitant chaque année les soukoth des Juifs.


Partager cet article
Repost0
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 19:58

 


Quel rythme, quelle ambiance, quelle joie !...

 

 

Bonne fête
Partager cet article
Repost0
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 16:44



 
JERUSALEM 
par Alizah Bat Schmuel

 

Hier, mardi 28 septembre,  6ème jour de hol - ha - moed souccot (fête des Tabernacles), ont défilé comme chaque année, des délégations de chrétiens  venant de tous les continents : Afrique, Asie, Usa, Europe. On pouvait remarquer, entre autres, une participation importante de chrétiens du Brésil, de Pologne, de France et surtout une délégation très importante de la Radio Norvégienne.

 

Tous sont venus à Jérusalem pour dire d’une façon clair et audible : Jérusalem est la capitale du Peuple Juif,  tel qu’il est mentionné dans la Bible.

 

Pour les accueillir, la Mairie de Jérusalem  avait décuplé d’efforts : circulation de bus interrompue dès 13h, routes barrées, agents de sécurité et du maintien de l’ordre. Tout au long de la rue de Jaffa (rehov Yaffo), des orchestres jouaient  des airs de  Jazz, de Folklore de tous les pays et des airs israéliens.

 

Certains participants étaient vêtus de leur tenue traditionnelle, d’autres brandissaient des drapeaux, des banderoles sur lesquelles était écrit : ‘’ God bless Israël’’ – ‘’ Israël, we love you’’ ; d’autres sonnaient du Choffar (corne de Bélier) annonciateur de la délivrance prochaine. Tous chantaient, disaient ‘’ Shalom ‘’  ‘’Hag sameah’. Ils étaient heureux.

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS3x78JYbKbJCQhSVh61OAlQOz03fPb1NyZNZxuOLQAMzhf4Mc&t=1&usg=__QNsMaCk_01zkdEEvieZn_DJKLQ8=

 

Un dame norvégienne s’est approchée de nous et nous a dit : ‘’ Jerusalem is yours. You have to fight for this. God has given Jerusalem to the Jewish People’’. Puis,  elle a embrassé les enfants et leur a remis des cadeaux.

 

Ces milliers de personnes se sont ensuite rendus au Kotel (Mur Occidental) pour une prière commune avec leurs frères Juifs.

 

Ces milliers de personnes sont donc des patriotes, des démocrates lucides, conscients du danger que peut représenter l’Islam intégriste. Ils savent que ISRAEL, seule démocratie du Moyen Orient, est  là pour barrer la route à tous les intégristes. Ils ont compris qu’il faut être partenaire d’Israël car il y va du salut des démocraties.

 

NOUS SOMMES EN DANGER. REVEILLONS- NOUS AVANT QU’IL NE SOIT TROP TARD. Tel est le message de tous ces citoyens. Suivons leur exemple.

 

Messieurs, les Journalistes, merci de faire passer le message. Bonne fête.
drapeau-israel.gifBonne fête.
Partager cet article
Repost0
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 12:17

Relations d'affaires

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQzKLtCXeEwinvhBj-bS66bK_emhOteS1aSQyvBZWMbg76bz3g&t=1&usg=__Gpwvk1N0rBPQRrgi3sWtJeaeny4=

Le fils du président égyptien, Gamal Moubarak, entretiendrait des relations "exceptionnelles" avec des hommes d’affaire israéliens, révéle le quotidien israélien Haaretz.

Interrogé par le journal, l'un d'entre eux, ayant gardé l’anonymat, a affirmé : "Gamal Moubarak est l’un des hommes les plus intelligents et les plus compétents que j’ai connu, nous avons eu beaucoup de relations commerciales entre nous et je n’ai jamais eu de problème avec lui ; nous sommes toujours en contact et entretenons des liens sociaux excellents".

Par aileurs, le journal constate que Gamal ne fait jamais allusion à sa volonté de vouloir succéder à son père à la tête du pouvoir.

 «  Gamal Moubarak, 46 ans est toujours aussi réservé et garde le silence, voire ne  fait aucune allusion à sa volonté de se porter candidat à la présidence, tout en rassemblant autour de lui les forces populaires, grâce aux secrétariats politiques du parti national au pouvoir, qu’il préside personnellement et grâce à l’association « Générations du futur » qu’il dirige » précise le journal israélien qui considère que le fils du président Hosni est en train de préparer la jeunesse égyptienne à son avènement.

 

Gamal gère également un bureau de relations commerciales égypto-américain et il a été à plusieurs reprises envoyé par son père à l’étranger dans le cadre de délégations politiques.

Le Haaretz remarque également que c’est bien Gamal Moubarak qui a préparé la visite récente de son père à Washington, après cinq années d’absence  signalant qu’il connaît déjà le président français qu’il a rencontré pour la première fois alors qu’il était encore ministre de l’intérieur, et qu’il a dernièrement accompagné son père à Washington pour le lancement des négociations de paix par Obama.

Selon lui, Gamal n’a pas de formation militaire à l’instar de son père et de ses prédécesseurs, Anouar Sadate et Jamal Abdel Nasser. Il a plutôt une formation bancaire et jouit de compétences commerciales acquises durant son travail pour le compte de la banque «  Bank of America ».

Gamal Moubarak, 46 ans est considéré comme  le futur  successeur  de son père, Hosni, à la présidence de l'Egypte.

L’élection présidentielle est prévue pour  novembre 2011 en Egypte mais déjà la question de la passation de pouvoir de Hosni Moubarak à son fils soulève les passions de l’opinion égyptienne.

Des centaines de personnalités modérées dans le monde arabe appuient  déjà l’éventuelle candidature du fils de Hosni Moubarak, Gamal Moubarak, aux prochaines élections présidentielles. Gamal Moubarak avait depuis plusieurs années était pressenti pour succéder à son père même si l'intéressé n'avait jamais fait de déclarations allant dans ce sens

Né en 1963, Gamal Moubarak a 18 ans lorsque son père, commandant en chef de l’armée de l’air et vice-président discret, est propulsé à la tête du pays après l’assassinat d’Anouar al-Sadate. A l’époque, le jeune homme étudie à l’université américaine du Caire. Diplômé en 1982 en administration des entreprises, il rempile pour un mastère avant de faire ses armes de banquier à la Bank of America, au Caire. Il s’expatrie ensuite en Grande-Bretagne, au sein, puis à la tête de la branche londonienne de l’établissement. Parallèlement, il fonde Medinvest, une société de fonds d’investissements privés.

Revenu au pays en 1995, quelques mois après que son père a survécu à une tentative d’assassinat à Addis-Abeba (Ethiopie), Gamal cherche à mieux se faire connaître. Dès 1999, Gamal commence son ascension au sein du Parti national démocratique (PND) dirigé par son père. En février 2000, il est nommé au comité politique du PND, l’organe chargé de définir les futures orientations du parti, donc du gouvernement. Un comité dont il prendra la tête en 2002.

Aujourd’hui on lui prête une influence considérable dans la sphère politique égyptienne.Il est désormais numéro 3 du parti au pouvoir

Gamal Moubarak, fut le chef de campagne de son père durant la réelection de celui-ci en septembre 2005.  Hosni Moubarak pourrait, d'ici un an quitter le pouvoir pour faire place à son fils. Le fils du président Moubarak et prochain raïs pressenti, est désormais un ami d’Israel.

Ftouh Souhail, Tunis

Partager cet article
Repost0