Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 16:44

Cmo tzemah bar

 

Paroles Rachel Shapira

Musique Nahum Eymann

Interprétation pae Eve, Chava Albersteïn

 

 

***
Rachel Shapira raconte son enfance à Binyamina, une commune au centre d'Israël. Une enfance sans soucis, durant laquelle on grandit comme une plante dans les champs. A cette époque on  pouvait courir pieds nus, en ce temps-là les amis étaient sincères.

Chabbat Chalom.
Partager cet article
Repost0
20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 09:31

 

 

Waris DIRIE - Son combat contre l'excision

 

Uploaded by JuliaCerisi. - More video blogs and vloggers.

 

Sujet envoyé par Suggest1

 

 

 

 


Emouvant.

Waris Dirie : Excisée à l'âge de cinq ans, comme le veut la tradition, Waris Dirie n'a que treize ans lorsqu'elle s'enfuit du camp nomade où vivent ses parents, ses frères et sœurs, pour échapper à un mariage forcé (par son père) avec un homme d'une soixantaine d'années contre cinq chameaux.
En 1987 une carrière de Top Model International commence enfin pour cette jeune femme brillante.
Elle porte le combat contre l'excision comme ambassadrice de l'ONU.

 

Partager cet article
Repost0
18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 17:11

By Edith Shaked, Arizona

 

http://profile.ak.fbcdn.net/profile-ak-snc1/v230/667/2/n565789129_2205.jpg

 

Is there an authentic historical perspective.


Jacques and Isabelle silently left the compound of Yad Vashem (YV), Israel’s official memorial to the Jewish victims of the Holocaust and the world center for documentation, research, and education about the Holocaust. It was noon and they went for lunch. As per their French custom, they ordered a cappuccino. They talked about the period when defeated France was occupied by Nazi Germany during World War II.


Their stories were very similar, because they were both French Jews. They remembered how the Nazis went door-to-door to count them. They remembered the racist and discriminatory laws enacted to gradually purge the Jews from economic, professional, and educational public life. Jacques’ father couldn’t work as a doctor, and Isabelle’s mother couldn’t work as a lawyer.


 

Jacques listened to her attentively when she narrated her story. Her father, a member of the Jewish Council or Judenrat, told the family about the frightening meeting at the Kommandantur, with SS Colonel Walter Rauff, to be known later as the brutal and notorious killer involved in the development of death gas-vans. Rauff screamed at them: “Jew dogs! I have taken care of Jews in Poland and Russia. I’m going to show you!”[1] So, Jews were rounded up on that rainy day of December 9, 1942 for forced labor.


Gilbert, a young cripple, couldn’t walk fast enough, and he was shot in cold blood by a German soldier. That was followed by the yellow star, the fines, and the deportation to the death camps. Isabelle, with some sadness in her voice, mentioned how her brother Robert was deported to Auschwitz but did come back.


Unfortunately, though, in Israel Isabelle’s story will be recorded differently than Jacques’ story. You see, Jacques lived in France, on the continent, and Isabelle lived in Tunisia, a French North African colony (map) (German Occupation of Europe). In Israel, Jacques’s story will be researched, documented and told at Yad Vashem. Israeli school children will learn about this unspeakable crime in a history unit on the Jews of Europe in the Holocaust. However, they will study Robert and Isabelle’s stories in a new and separate chapter, “The Jews of Tunisia under Nazi Occupation”.


The reason seems connected to definitions of YV. In the past, it appears that YV stated that “the Final solution plan aspired to destroy all the Jews of the world.”  YV now defines the Final Solution as “the Nazis’ plan to solve the Jewish question by murdering all the Jews in Europe.” So, Robert, who didn’t die in Auschwitz, suffered as a “Jew of Tunisia under Nazi-occupation” and not in the Holocaust. YV appears to ignore the historical fact that France’s colony of Tunisia was considered a European country, as per a German document relevant to the Final Solution to the Jewish question.


More importantly, the author of a historical essay Old Themes – New Archival Findings writes about two German historians, Klaus-Michael Mallmann and Martin Cüppers, who uncovered new evidence in 2006. They found a document confirming that indeed the Final Solution was a master plan to kill all the Jews, wherever Hitler’s armies could catch them. After all, SS Reichsfuhrer Heinrich Himmler did say that “Every Jew that we can lay our hands on is to be destroyed now during the war, without exception. …obliterate the biological basis of Jewry.’[2]


Despite that fact, Isabelle’s story will also be told, but outside Yad Vashem.

A new Israeli one-man project was created outside YV, at the Ben-Zvi Institute for the Studies of Oriental Jewish Communities in the East (deals with history of Sephardim, “Hebrew name for Hispanic Jews; and in Israel, Sephardim are Jews whose origins were in North Africa, the Middle East and Asia;” they usually have dark skin). Its name is “The Center for Information Documentation and Research on North-African Jewry during WWII.” Interestingly, Gilbert, the young cripple who died in Tunisia “perished in the Shoah” (Holocaust in Hebrew), as per the Page of Testimony by Yad Vashem’s project to collect the names of all the six million Jews murdered by the Nazis and their collaborators.


In 2008, Israeli Jews from Tunisia won a lawsuit against the Israeli government and became “eligible for the same Israeli government stipends paid to survivors of the Holocaust of European Jewry.” (Haaretz).


And the historical evidence is very clear. At the infamous Wannsee Conference where Nazi leaders discussed “the preparation for the final solution of the Jewish question in Europe,” when they counted the Jews marked for slaughter, “the figure for ‘unoccupied France, 700,000′ … included the Sephardi Jews in France’s North African possessions, Morocco, Algeria and Tunisia.” (mainland France had only about 300,000 Jews). This fact is found on page 281 in The Holocaust: A History of the Jews of Europe During the Second World War, a book by Sir Martin Gilbert, a pre-eminent Holocaust historian. This title also shows that Gilbert considered the Jews of French North Africa as “Jews of Europe.”


In December 2009, Sir Martin Gilbert also issued a statement, “The Jews of North Africa in the Holocaust.” In it, Gilbert firmly declares that the story of the persecution of the Jews in French North Africa during World War II is part of the Holocaust in France, which extended its anti-Jewish legislation to its three North African colonies. This statement was issued for the occasion of the ceremony at Yad Vashem to mark the anniversary of the December 9, 1942 round-up of Tunisian Jews for Nazi forced labor.


The historians at the United States Holocaust Memorial Museum (USHMM) also understand that according to an authentic historical perspective, Isabelle’s story is part of “The history of the Holocaust in France’s three North African colonies (Algeria, Morocco, and Tunisia), [because] it is intrinsically tied to France’s fate during this period.” And unlike Yad Vashem, the USHMM defines the Final Solution as the Nazi “plan to annihilate the Jewish people,” and not to murder the Jews in Europe.


It now looks like Israeli Holocaust scholars and some in the Israeli public are considering the number of the victims. “A total of 2,575 Tunisian Jews died.”[3]Ironically, though, Denmark with 60 is listed and Tunisia not among the countries in the Concise Encyclopedia of the Holocaust in the website of Yad Vashem.


But, as per the revealing title of the book by Sir Martin Gilbert, the Holocaust was a Jewish tragedy. It took place in World War II, an international conflict. Therefore all the documents are connected and interrelated, and must be researched for education and information in one place.


One cannot separate the stories of the victims, Jacques and Isabelle.

There was one Jewish question, one Jewish problem, and one Final Solution.


There was one Hitler’s war against the Jews. And there was one Holocaust. It is about one story of one master plan and one war against the Jews. It is one chapter in the history of the Jewish people, where all Jews were persecuted by the same perpetrators, and shared the same fate for the same racial ideological reason — because they were Jews.

Consequently, there should be one history unit called “The Holocaust.” And there should be one Israeli resource center and world center for documentation, research, and education about the Holocaust, Yad Vashem.


Yad Vashem is and should remain the unique authentic voice of the Holocaust, as Israel’s only official resource center and the world center for the study of the Holocaust. Its entire mission depends on accurately researching, interpreting, and disseminating all the facts about the Holocaust. The goal is to guarantee that the history researched, documented, and taught only at YV is historically authentic by being fully inclusive and not selective. There shouldn’t be the appearance of manipulating Holocaust history and definitions to deny the realities about North African Jewish victims of the Holocaust.


Every year, thousands of scholars and students come from all over the world to Yad Vashem, to learn all the true facts about the Holocaust.

Truth and accuracy are vital when researching and informing about this tragic event.


All Jews were victims,” correctly declared Nobel Laureate and Holocaust survivor Elie Wiesel. Ahdut am, ahdut goral– one people, one destiny, one center: Yad Vashem.


YV will also, truthfully, be fulfilling its mission statement: “As the Jewish people’s living memorial to the Holocaust, Yad Vashem safeguards the memory of the past and imparts its meaning for future generations … maintaining an authentic voice …[which] paves the way for a better future.” And to do that requires maintaining an authentic historical perspective and researching and recording all the facts in one center: Yad Vashem.


Notes :

[1] Borgel R., Etoile Jaune et Croix Gammée (Yellow Star and Swastika), Tunis 1944:49

[2] Commandant of Auschwitz : The Autobiography of Rudolf Hoess

[3] Haham Dr. Solomon Gaon and Dr. M. Mitchell Serels, ed., Del Fuego: Sephardim and the Holocaust. Sepher-Hermon Press, Inc. New York, 5755-1995. p. 149.


Edith Shaked is a Lecturer who taught at universities in France and the US. She is retired and works as adjunct faculty teaching a course on the Holocaust at Pima Community College, Tucson, AZ. She is a second generation Holocaust survivor.

 

Contact:  edith.shaked@gmail.com

Partager cet article
Repost0
18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 16:54

Ce lundi 16 août a marqué le 97e anniversaire de la naissance de l'ancien Premier Ministre Israélien Menahem Begin.
Menahem Begin (1913-1992) est le premier à exercer cette fonction au titre du parti du Likoud, artisan de l’accord de paix avec l’Egypte, prix Nobel de la paix et commandant du mouvement Etzel (organisation militaire nationale) à l’époque du mandat britannique.
Menahem Begin se joignit au Etzel et fut nommé son commandant vers la fin 1943. Après la déclaration d’Indépendance de l’Etat d'Israël, la création de Tsahal et le démembrement des organes de la Résistance, Menahem Begin, avec ses compagnons de Etzel, fonda le mouvement du Hérout (1).
En 1973, Menahem Begin créa le Likoud et en devint le Secrétaire Général. Aux élections qui eurent lieu en mai 1977, le Likoud obtint une grande victoire, et ce fut "le coup d’État". Menahem Begin prêta serment comme Premier Ministre. Pour la première fois dans l’histoire de l’État d’Israël, le Mapaï (qui à l’époque s’appelait le parti travailliste) fut écarté du gouvernement et la conduite de l’État passa au camp de la droite.
A la tête du premier gouvernement israélien de la droite du 21 juin 1977 au 10 octobre 1983, il a mené à bien les accords de paix avec l'Egypte en organisant notamment le retrait militaire et civil du Sinaï (2).

 

Menahem Begin devint ainsi le premier leader à signer un accord de paix avec un État arabe. Dans le cadre de l’accord, Israël renonça au Sinaï, démantela des implantations israéliennes et reconnut les droits légitimes des Palestiniens à l’autodétermination. Suite à la dure critique qu’il essuya dans son parti, et la démission de plusieurs membres du mouvement, Menahem Begin déclara : "Les difficultés de la paix valent mieux que les souffrances de la guerre". Pour l’accord de paix avec l’Egypte, Menahem Begin obtint avec le président de l’Egypte, Anouar El-Sadate, le prix Nobel de la paix en 1978.

Une politique à l'époque inattendue pour un homme considéré comme un "faucon", notamment en raison de son opposition historique à David Ben Gourion et de sa participation active à l'Irgoun, un groupe de résistance juive armé qui combattait durant le mandat britannique. Il a reçu en même temps que le président égyptien en 1978 le Prix Nobel de la Paix. Begin quitte le pouvoir en 1983, déçu des résultats de la guerre du Liban et très affecté par la mort de sa femme. Il est décédé le 9 mars 1992 et est enterré au Mont des Oliviers, à Jérusalem.
Ftouh Souhail, Tunis
(1) Le parti « Hérout » est un parti israélien qui a été fondé en juillet 1948 par les membres du « Etzel ». Son père spirituel est Zéev Jabotinsky. Pendant vingt ans il fut dans l’opposition. A partir de 1965 un grand nombre de ses membres a fait parti du « Gahal », et à partir de 1973, du Likoud. Sa base idéologique était : l’intégrité de la Terre d’Israël (le Grand Israël) et la sainteté de ses frontières historiques, y compris au-delà du Jourdain. Sur le plan social, il prônait la liberté individuelle et une économie libérale.
(2) En novembre 1977, le président de l’Egypte, Anouar el-Sadate, fit une visite historique en Israël. Suite à la visite, commença un processus de paix entre Israël et l’Egypte, dont le sommet fut la réunion de Camp David en 1978. Un accord de paix entre les deux États fut signé une année plus tard.
 

Partager cet article
Repost0
18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 16:32



Ce Lundi au théâtre Cameri de Tel-Aviv a  eu lieu une représentation exceptionnelle en l'honneur du 87è anniversaire du Président Shimon Pérès. Le spectacle a retracé les grandes étapes de la vie du Président.

Une dizaine de personnalités étrangères participaient  à Tel-Aviv, aux festivités marquant le 87è anniversaire du Président Israélien . Ils sont venus célébrer le visionnaire du « Nouveau Proche-Orient », né le 16 août 1923 en Pologne.

 

La plupart des sources officielles donnent le 2 août comme jour de la naissance du président Shimon Pères, sauf l’encyclopédie Britannica pour laquelle c’est le 16 août et le Middle East web, le 21 août.

 

Voici un homme, venu en Palestine mandataire à l’âge de 13/14 ans, de sa Moldavie natale. Engagé très jeune dans les rangs de l’armée de défense juive, il est remarqué par le père fondateur David Ben Gourion qui loue ses talents d’organisateur et sa agilité intellectuelle.

 

Il en fera son secrétaire particulier et son homme de confiance, l’homme des missions délicates et hautement confidentielles. 

Ben Gourion, en fait l’un des responsables du ministère de la défense, secteur hyper sensible en Israël : la condition sine qua non de sa survie... Pour se faire une idée du genre de missions qu’il lui confiait, il suffit de rappeler que c’est Pérès qui conduisit les négociations avec le commissariat à l’énergie atomique. C’est encore lui qui s’occupa de mettre sur pied l’embryon du complexe militaro-industriel sans lequel ce pays n’aurait pu avoir raison de ses belliqueux voisins.

  

C’est lui qui négociait avec Yasser Arafat qu’il appelait par son prénom et qu’il allait visiter à Ramallah. On dit même qu’il aurait été pour quelque chose dans le sauvetage in extremis du Palestinien lorsque Tsahal attaqua le siège de l’OLP à Tunis. En effet, ce jour là, quelques minutes avant l’attaque, le Palestinien quitta son QG sans rien dire à personne. Bref, un homme dont l’histoire personnelle se confond maintes fois avec celle de son pays.

Membre de l’internationale socialiste, ami de la plupart des grands de ce monde, Prix Nobel de la paix, on peut dire qu’il est la dernière grande figure historique d’Israël.
Longue vie et bon anniversaire Monsieur le Président.

Ftouh Souhail, Tunis

 

Partager cet article
Repost0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 12:38

Du fond du Cœur

 

http://www.juif.org/img/upl/le-mag/twafik-hamid.jpg

 

Dr. Tawfik Hamid


Je suis né de religion Musulmane, mais je suis Chrétien d'Esprit et Juif de Cœur. Je suis surtout un être humain, opposé au fondamentalisme de l'Islam...


Après les nombreuses attaques terroristes de certains de mes coreligionnaires à travers le monde, après de nombreux actes de violence perpétrés par des islamistes dans de nombreux pays, je me sens responsable comme être humain et comme Musulman de parler et de dire la vérité pour protéger mes concitoyens du monde d'une catastrophe à venir, une guerre de civilisations.

J'admets que l'enseignement actuel prodigué dans nos écoles et dans nos mosquées crée la violence et la haine contre les non-Musulmans. Nous autres Musulmans nous avons besoin de changer notre perception du monde. A ce jour, nous acceptons la polygamie, les raclées données aux femmes par les hommes et le meurtre de ceux qui quittent notre religion, par apostasie.

Nous n'avons jamais eu de principes affirmés et clairs contre l'esclavage ou les guerres, contre le prosélytisme et la conversion forcée à l'Islam des non croyants, contre la taxe obligatoire de ceux qui se soumettent à notre religion (jizia). Nous demandons sans cesse aux autres de respecter notre religion, alors qu'en permanence nous maudissons à haute voix les non Musulmans, lors de nos prières le vendredi à la mosquée.

Quel message transmettons-nous à nos enfants quand nous appelons les Juifs "descendants de porcs et de singes" ? Est-ce un message d'amour et de paix, ou un message de haine ?

Je suis allé dans des églises et dans des synagogues et là on prie pour les Musulmans. Alors que nous n'arrêtons pas de les maudire et que nous enseignons à nos futures générations de les appeler "des infidèles" et de les haïr.

Dans un réflexe de soumission, nous sautons sur toute occasion pour défendre le prophète Mohamed, quand quelqu'un l'accuse d'avoir été pédophile. Mais en même temps, nous sommes fiers de cette histoire racontée dans nos livres saints où il épouse Aïsha, une gamine de 7 ans, alors qu'il avait plus de 50 ans.

Je suis triste de dire que parmi nous, nombreux étaient ceux qui se sont réjouis après les attentats du 11/9, et après d'autres attaques terroristes. Les Musulmans dénoncent ces attaques devant les medias, mais ils les tolèrent, voire ils sympathisent avec la cause de la terreur.

Jusqu'à ce jour, les hautes autorités religieuses de notre foi n'ont jamais émis un jugement religieux ou "fatwa" condamnant Ben Laden comme apostat. A l'opposé un écrivain comme Salman Roushdie a été déclaré apostat " qu'on doit tuer", selon la loi religieuse ou sharia'h, parce que dans un de ses livres il critiquait l'Islam.

Des Musulmans manifestent pour avoir plus de contraintes religieuses comme en France, lorsqu'ils se sont opposés à l'interdiction du hijab, alors qu'ils ne le font pas avec autant de passion et en aussi grands nombres, quand il s'agit de condamner la terreur. C'est notre silence absolu contre les terroristes qui leur donne tant d'énergie pour continuer.

Nous Musulmans, nous devons aussi cesser de blâmer les autres ou le conflit arabo-israélien pour nos problèmes. Il faut avouer en toute honnêteté qu'Israël est le seul phare de démocratie, de civilisation et de droits de l'homme dans tout le Moyen Orient.

Nous avons chassé nos Juifs (0,9 million) sans aucune compensation ou miséricorde de la plupart des pays arabes qui sont devenus "judenrein" (vides de Juifs), alors qu'Israël a accepté plus de 1,3 million d'Arabes comme citoyens Israéliens à part entière, ayant les droits de tout être humain.


En Israël, la femme ne peut être légalement battue par un homme et toute personne peut changer de foi, sans crainte d'être tuée pour apostasie. Or ceci n'est pas le cas dans le monde islamique. Je reconnais que les Palestiniens souffrent, mais leurs souffrances sont dues à la corruption de leurs dirigeants et ne sont pas le fait d'Israël.

 

D'ailleurs, on ne voit pas d'Arabes quitter Israël pour aller vivre dans un pays arabe, alors que des milliers de Palestiniens vont travailler avec bonheur chez l'"ennemi" israélien. S'ils étaient vraiment maltraités, continueraient-ils à aller travailler là-bas ?

Nous, Musulmans, nous devons reconnaître nos problèmes pour y faire face. C'est à cette condition là que nous pourrons commencer une nouvelle époque, en harmonie avec le monde entier. Nos dirigeants religieux doivent s'opposer clairement et fermement à la polygamie, la pédophilie, l'esclavage, le meurtre de ceux qui quittent l'Islam, ils doivent condamner les hommes qui frappent leur femme et les Musulmans qui déclarent des guerres contre les non Musulmans pour répandre l'Islam. Alors seulement, nous pourrons avoir le droit de demander aux autres de respecter notre religion.

Le temps est venu d'arrêter notre hypocrisie et de dire ouvertement "Nous Musulmans, nous devons changer".

Dr. Tawfik Hamid, écrivain et universitaire égyptien

 

Sources :

 

 

-------copie-1.jpg

 

 

 

http://www.juif.org/le-mag/325,du-fond-du-cur-d-un-musulman.php

 

http://messianique.forumpro.fr/les-ennemis-d-israel-f11/du-fond-du-cour-dun-musulman-t1200.htm#9735

 

 

http://kabyles.net/Du-fond-du-coeur-d-un-musulman.html


Partager cet article
Repost0
16 août 2010 1 16 /08 /août /2010 10:41

Je me promène, rendez- vous chez Vivi, en attendant mon retour.

 

Voir les noms de rues insolites :

 

http://vivi.ildiavolo.over-blog.com/

 

 

http://image-photos.linternaute.com/image_photo/550/panneaux-insolites-quessy-france-1068207630-1073490.jpg

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 12:03

 

http://www.lesitedelevenementiel.com/wp-content/uploads/ikea-bureau-oval.jpg

 

  http://a.imageshack.us/img37/3565/averti.jpg

 

 

 

Dernier avertissement !!!

http://www.thecleverest.com/countdown.swf  

Partager cet article
Repost0
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 11:18

Premier jour, 7 mai 2009

 

 

 

Partager cet article
Repost0
13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 17:39

Toi ma liberté

 

Paroles et musique de  Georges Moustaki


Traduction de Yoram Tahar-Lev fève 

 

interprété par Chava Albertsteïn Eve

 


http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS18EAqB6XgBh8iyQS6KpVFiut9TyXbx-YtH1NSWD4YSzgsMGw&t=1&usg=__ovm_2bIn8hxABe05cU5jDobR_UE=

 

 

 

Chabbat Chalom, bon week end

Partager cet article
Repost0