Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 17:13

Lettre de Youssef M. Ibrahim  : à mes frères arabes et aux palestiniens

La guerre avec Israël est terminée - et ils ont gagné.

To my Arab brothers: The War with Israel Is Over - and they won. Now let's finally move forward


Sources:

http://www.JewishWorldReview.com   


 http://www.jewishworldreview.com/0706/ibrahim.php3







July 12, 2006 / 16 Tamuz, 5766

Youssef M. Ibrahim, un ex-correspondant du New York Times, pour le Moyen Orient, et Editeur du Wall Street Journal de l’Energie, pendant 25 ans, est un écrivain indépendant, implanté à New  York et Dubaï, dans les Emirats Arabes Unis.

 



Maintenant, finalement, laissons le passé et avançons.

Avec Israël dans sa 4° semaine d’incursion dans la frange de gaza, la même frange qu’ils ont évacué volontairement il y a plus de 3 ans.

Un sens de la réalité s’étend progressivement dans le monde arabe au travers des commentaires des experts arabes, lettres aux éditeurs, talk shows politiques en langue arabe, dans les réseaux de télévision.

Les nouveaux points de vue sont impressionnants, tant dans la maturité comme dans le réalisme.

La meilleure façon de les transmettre est un « lettre aux arabes palestiniens de la part de leurs amis Arabes ».

 

Chers palestiniens, frères arabes : la guerre avec Israël est terminée.

Vous avez perdu.

Rendez vous et négociez pour garantir un futur à vos enfants.

Nous, vos frères arabes, pouvons crier, jusqu’à avoir le visage cramoisi, que nous sommes avec vous … mais le sage parmi vous et la plupart d’entre nous savons que les choses ont changé, car nous avançons loin des vieilles et fatigantes idées de la « cause arabe palestinienne », et « l’éternelle lutte «  contre Israël.

 

Chers amis, vous et vos dirigeants avez perdu trois générations, en essayant de lutter pour la Palestine, mais la vérité et que la Palestine que vous auriez pu avoir en 1948 était beaucoup plus grande que celle que vous auriez pu avoir en 1967, elle-même beaucoup plus grande que celle que vous pourriez avoir aujourd’hui, ou dans dix ans.

 

Continuer la lutte signifie moins de territoire, plus de misère et une absolue solitude. Maintenant mes frère, vous avez la chance de garantir  la création d’un état palestinien dans la frange de Gaza, dans laquelle vous vous êtes tous entassés, ainsi qu’une petite partie de la Rive Occidentale du Jourdain.

Ça ne va pas être mieux. Le temps presse, même pour cette quantité de territoire, alors voici quelques faits, figures, et témoignages, mes amis.

 

Vous gardez des consignes, qui sont utilisées par la télévision, vous montrez des maisons qui n’existent pas ou sont habitées par des israéliens, des maisons qu’ils  n’ont pas l’intention de laisser, Jaffa, Haïfa, Tel Aviv, ou Jérusalem occidental. Vous utilisez de vieux fusils contre des tanks modernes israéliens et américains, qui ne font pratiquement aucun dommage en Israël, alors que l’ire de sa puissante armée vous écrase. Vous utilisez une force de frappe de fusées  Kassam, qui cause peu de dégâts, alors que vous vous trompez vous-mêmes en pensant que vous menez une guerre de libération.

 

Vos gouvernements, vos institutions sociales, vos écoles et votre économie sont en ruine. Vos jeunes grandissent analphabètes, imbus de rites de mort et de suicide, alors qu’ils vivent en réalité de la charité de l’étranger, incluant les dons Américains et des Nations Unies. Chaque jour, vos fonctionnaires doivent mendier leur pain quotidien, puisqu’ils dépendent du secours apporté par les camions qui transportent aliments et médicaments à la frange de Gaza et Cisjordanie, alors que le musulman fondamentaliste du Hamas et son gouvernement  continuent à nourrir le feu d’une guerre qui ne peuvent ni rivaliser, ni espérer gagner.

 

En d’autres mots, mes frères, vous êtes tombés et vous êtes seuls dans un paysage brulé, qui s’amenuise un peu plus chaque jour.

Qu’est ce que c’est que cette lutte ?? Vaut-elle la peine ??

Plus important : quelle sorte de misérable futur bâtissez-vous pour vos enfants, qui sont la 4° ou 5° génération d’un monde arabe qui n’existe plus.

Nous, vos frères arabes, nous avons changé et nous avançons vers le futur.

 

Les pays arabes qui ont l’argent du pétrole sont occupés à accumuler des richesses, du bien être, construisent des maisons, des hôpitaux, des universités de premier ordre, de nouvelles  écoles, routes et chemins.

Les pays qui ont des frontières communes avec Israël, comme l’Egypte et la Jordanie, ont signé des traités de paix, et ils n’iront pas à la guerre pour vous…dans un proche avenir.

Les pays arabes qui sont loin, comme l’Afrique du Nord, ou l’Irak, franchement ne sont pas trop intéressés par vos problèmes.

Seule la Syrie continue à alimenter vos fantasmes, qu’un jour ils se joindront à vous pour la libération de la Palestine, et cela n’arrivera pas de si tôt, malgré qu’une partie de son territoire, le Golan, a été conquis par Israël puis annexé en 1967.

Mes amis !! Les Syriens ne feront que vous inciter à la lutte … jusqu’au dernier des palestiniens.

Avant d’être pris par le Hamas, vous avez souffert du mensonge d’un autre de vos leaders, Yasser Arafat, qui vous a vendu un projet corrompu jusqu’à la moelle, plus de douleur, plus de corruption et des millions volés par ses familiers, pendant que vos enfants jouaient dans les caniveaux de Gaza.

 

La guerre est terminée.

POURQUOI NE PAS DONNER UNE CHANCE A UN FUTUR NOUVEAU ?




Youssef M. Ibrahim

 

Youssef M. Ibrahim, un ex-correspondant du New York Times, pour le Moyen Orient, et Editeur du Wall Street Journal de l’Energie, pendant 25 ans, est un écrivain indépendant, implanté à New  York et Dubaï, dans les Emirats Arabes Unis.

Youssef M. Ibrahim is currently the Managing Director of Strategic Energy Investment Group (SEIG) based in Dubai, Media City. Before taking up this position Mr. Ibrahim served for 18 years as senior regional Middle East correspondent for the New York Times and for 6 years as Energy Editor for the Wall Street Journal. In 1999 he took up an assignment as Vice President Head of Media and Public Affairs for North and South America & Special consultant to the management board on Middle East for British Petroleum. In 2002 Mr. Ibrahim accepted a one-year task as Senior Fellow for Middle East Affairs at the Council on Foreign Relations, the prestigious think-tank in New York, USA. After this he served as Group Editor for Energy Intelligence Group, which publishes a wide range of energy-related weekly and daily bulletins.

He formed SEIG in Dubai in 2003 to advise companies on a wide range of issues, from political risks to business opportunities. Mr. Ibrahim writes weekly and bi-weekly columns in Gulf News and the Daily Star. He also writes opinion-editorial pieces for the New York Times, the Washington Post, the International Herald Tribune, and United Press International on geopolitical affairs of the Greater Middle East and the USA. His radio and television commentaries have appeared on CNN's Lou Dobbs Tonight, Al Arabiya, National Public Radio in the USA, and CNBC (both Arabic and English programs). He has published over 4000 articles since 1979, and he is the author of a 354-page geopolitical profile of Egypt.

 

Letter from Youssef M. Ibrahim to his Arab brothers

The War with Israel Is Over - and they won. Now let's finally move forward

http://www.JewishWorldReview.com ; http://www.jewishworldreview.com/0706/ibrahim.php3



July 12, 2006 / 16 Tamuz, 5766

Youssef M. Ibrahim, a former New York Times Middle East Correspondent and Wall Street Journal Energy Editor for 25 years, is a freelance writer based in New York City and Dubai in the United Arab Emirates.


With Israel entering its fourth week of an incursion into the same Gaza Strip it voluntarily evacuated a few months ago, a sense of reality among Arabs is spreading through commentary by Arab pundits, letters to the editor, and political talk shows on Arabic-language TV networks. The new views are stunning both in their maturity and in their realism. The best way I can think of to convey them is in the form of a letter to the Palestinian Arabs from their Arab friends:

Dear Palestinian Arab brethren:  The war with Israel is over

You have lost. Surrender and negotiate to secure a future for your children.

We, your Arab brothers, may say until we are blue in the face that we stand by you, but the wise among you and most of us know that we are moving on, away from the tired old idea of the Palestinian Arab cause and the "eternal struggle" with Israel.

Dear friends, you and your leaders have wasted three generations trying to fight for Palestine, but the truth is the Palestine you could have had in 1948 is much bigger than the one you could have had in 1967, which in turn is much bigger than what you may have to settle for now or in another 10 years. Struggle means less land and more misery and utter loneliness.

At the moment, brothers, you would be lucky to secure a semblance of a state in that Gaza Strip into which you have all crowded, and a small part of the West Bank of the Jordan. It isn't going to get better. Time is running out even for this much land, so here are some facts, figures, and sound advice, friends.

You hold keys, which you drag out for television interviews, to houses that do not exist or are inhabited by Israelis who have no intention of leaving Jaffa, Haifa, Tel Aviv, or West Jerusalem. You shoot old guns at modern Israeli tanks and American-made fighter jets, doing virtually no harm to Israel while bringing the wrath of its mighty army down upon you. You fire ridiculously inept Kassam rockets that cause little destruction and delude yourselves into thinking this is a war of liberation. Your government, your social institutions, your schools, and your economy are all in ruins.

 

 

Your young people are growing up illiterate, ill, and bent on rites of death and suicide, while you, in effect, are living on the kindness of foreigners, including America and the United Nations. Every day your officials must beg for your daily bread, dependent on relief trucks that carry food and medicine into the Gaza Strip and the West Bank, while your criminal Muslim fundamentalist Hamas government continues to fan the flames of a war it can neither fight nor hope to win.

In other words, brothers, you are down, out, and alone in a burnt-out landscape that is shrinking by the day.

What kind of struggle is this? Is it worth waging at all? More important, what kind of miserable future does it portend for your children, the fourth or fifth generation of the Arab world's have-nots?

We, your Arab brothers, have moved on.

Those of us who have oil money are busy accumulating wealth and building housing, luxury developments, state-of-the-art universities and schools, and new highways and byways. Those of us who share borders with Israel, such as Egypt and Jordan, have signed a peace treaty with it and are not going to war for you any time soon. Those of us who are far away, in places like North Africa and Iraq, frankly could not care less about what happens to you.

Only Syria continues to feed your fantasies that someday it will join you in liberating Palestine, even though a huge chunk of its territory, the entire Golan Heights, was taken by Israel in 1967 and annexed. The Syrians, my friends, will gladly fight down to the last Palestinian Arab.

Before you got stuck with this Hamas crowd, another cheating, conniving, leader of yours, Yasser Arafat, sold you a rotten bill of goods — more pain, greater corruption, and millions stolen by his relatives — while your children played in the sewers of Gaza.

The war is over. Why not let a new future begin?


Youssef M. Ibrahim

Youssef M. Ibrahim is currently the Managing Director of Strategic Energy Investment Group (SEIG) based in Dubai, Media City. Before taking up this position Mr. Ibrahim served for 18 years as senior regional Middle East correspondent for the New York Times and for 6 years as Energy Editor for the Wall Street Journal. In 1999 he took up an assignment as Vice President Head of Media and Public Affairs for North and South America & Special consultant to the management board on Middle East for British Petroleum. In 2002 Mr. Ibrahim accepted a one-year task as Senior Fellow for Middle East Affairs at the Council on Foreign Relations, the prestigious think-tank in New York, USA. After this he served as Group Editor for Energy Intelligence Group, which publishes a wide range of energy-related weekly and daily bulletins.

He formed SEIG in Dubai in 2003 to advise companies on a wide range of issues, from political risks to business opportunities. Mr. Ibrahim writes weekly and bi-weekly columns in Gulf News and the Daily Star. He also writes opinion-editorial pieces for the New York Times, the Washington Post, the International Herald Tribune, and United Press International on geopolitical affairs of the Greater Middle East and the USA. His radio and television commentaries have appeared on CNN's Lou Dobbs Tonight, Al Arabiya, National Public Radio in the USA, and CNBC (both Arabic and English programs). He has published over 4000 articles since 1979, and he is the author of a 354-page geopolitical profile of Egypt.

 

 Lettre à mes frères Arabes : réaction du Dr Delouya

 


 Dr. Arrik DELOUYA

 

 

Digg It!

Del.icio.us It!

Add to Technorati!

Scoope It!

Fuzz It!

Tape Moi!

Réaction du Dr. Arrik Delouya à l’article de Youssef M. Ibrahim à ses frères arabes et aux palestiniens : « La guerre avec Israël est terminée - et ils ont gagné. » paru dans le « Jewish World Review » : http://www.jewishworldreview.com/0706/ibrahim.php3

 

 

« Cette lettre de Youssef M. Ibrahim est comme une plante odoriférante contenant du baume quand l’auteur préconise approcher les palestiniens et ses frères arabes dans le but de leur donner une chance à la reconstruction et la reconnaissance du voisin Israël. C’est un phénomène sans précédent plutôt que de servir d’otage à toutes les luttes de libération nationale qui est un vain mot.

 

L’auteur nous rassure par son palmarès professionnel, son expertise sur le terrain (voir son CV) et une certaine longévité derrière lui. Il rappelle que vaille que vaille, cette guerre (comme du reste toutes les autres passées) achevée est remportée par Israël. Enfin, il n’oublie pas qu’Israël, il y a plus de 3 ans,   avait déjà évacué volontairement cette frange de Gaza. Les medias arabes souvent arbitraires et subjectifs ne suffisent. Alors, il propose de convaincre en transmettant sa « lettre aux arabes palestiniens de la part de leurs amis Arabes ».

 

Mais il croit bon de rappeler que cette récente guerre ne doit pas être menée en improvisant des fusées Kassem avec d’infimes dégâts, n’étant  pas une guerre de libération.

 

Pour sortir de cet enfer qui cultive sans discontinuer les « 4° et 5° génération d’un monde arabe qui n’existe plus, autant faire comme les autres arabes et tracer les chemins du progrès »…. Cette évolution et ce processus de développement devraient être à l’image des autres pays frontaliers d’Israël, tel que l’Egypte ou la Jordanie qui ont signé des traités de Paix. Voil0 des leçons à tirer d’une expérience qui porte ses fruits. Tout le monde abandonne la cause Palestinienne, qu’ils soient des pays du Golf avec l’or noir ou ceux d’Afrique Nord ou d’ailleurs.

 

Il rappelle à juste titre la « cause arabe palestinienne » et « l’éternelle lutte «  contre Israël en rappelant que ses frères ont perdu trois générations, en essayant de lutter pour la Palestine. Alors il propose d’achever cette lutte sinon elle signifiera moins de territoire, plus de misère et une absolue solitude.

 

Réaliste, il croit qu’il faut saisir cette chance de garantir la création d’un état palestinien dans la frange de Gaza, dans laquelle ils sont tous entassés, ainsi qu’une petite partie de la Rive Occidentale du Jourdain.

 

Mais gare aux illusions quand les TV arbitraires montrent des maisons qui n’existent pas ou sont habitées par des israéliens, des maisons qu’ils n’ont pas l’intention de laisser, Jaffa, Haïfa, Tel Aviv, ou Jérusalem occidental….

 

De lus, il ne sert à rien d’utiliser de vieux fusils contre des tanks modernes israéliens et américains, qui ne font pratiquement aucun dommage en Israël, alors que l’aire de sa puissante armée les écrase.

 

Il a tout de même le courage de dire que le Hamas fondamentaliste est seul responsable de cette guerre perdue ayant entraîné à débâcle les institutions sociales, les écoles et  l’économie de Gaza. Il souhaite que les jeunes aient un autre avenir plutôt que de les voir pousser dans l’analphabétisme, dans des rites de mort et de suicide et de charité internationale.

 

Voilà une excellente et heureuse conclusion et perspective à laquelle on devrait adhérer !

 

POURQUOI NE PAS DONNER UNE CHANCE A UN FUTUR NOUVEAU ? »

 

Dr. Arrik Delouya (Ph.D-Sociology)  

Sociologue et Chercheur Israélien et Français (Paris et Tel-Aviv)                   

GSM: +33 6 77 16 13 55        

E-mail: arrik.delouya@wanadoo.fr

 

 

 

 

 

 


 


Partager cet article

Repost 0
Published by Camus - dans Revue de presse
commenter cet article

commentaires