Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 16:04
Cliquer sur :




PARIS LE 17/04/2008.


Tous les événements ainsi que les noms des familles cités dans cette nouvelle sont imaginaires.



RAHEM   par Albert Siméoni


Jonathan  Azria........Le jeune juif 9 ans. Ecolier dans une Yéchiva.
Chlomo   Halevy......Le jeune martyr 9 ans. Déporté et mort dans le camp de Birkenau.
Liliane    Habib........L’institutrice  45 ans.
Annie     Fitoussi......La copine de Jonathan. 11 ans. En sixième.
Sarah      Azria..........La maman de Jonathan.
Edgar     Azria.........Le papa de Jonathan.
Esther     Azria..........La sœur de Jonathan.  14 ans.


Il y a des idées comme cela, sorties de l’ombre
Sombres, il est vrai pour éclairer ma nuit.

Lorsque j’écoute Rahem*, ce morceau
Monte en moi une émotion à fleur de peau,
Bien que je ne comprenne pas les paroles
Il se forme au dessus de ma tête un halo.

Mais juif comme je suis, de traductions, nul besoin.
J’ai compris la musique, les refrains qui s’adressent  au divin.

Rahem * : Chanson. Un cri vers A CHEM, Le seigneur.

1er épisode.

‘...Bonjour, les enfants, aujourd’hui, je voudrais vous parler de la Shoa.... !’

Ainsi commence en ce matin du mois de Mars 2006 Le cours de Madame Liliane Habib, mère de famille de trois enfants, institutrice dans une école religieuse juive  à Paris dans le vingtième  arrondissement. Les enfants comme le sont tous les bambins à leur âge font silence.

La SHOA mérite qu’on fasse silence, mérite respect.  Ils ont en entendus parler, sans rentrer dans les détails. Et puis la plupart d’entre eux ont fait le voyage à Auschwitz.
Ils ont vu, entendu,  lu et visionné quelques  pages noires d’une partie de notre  communauté sacrifiée.

‘...Voilà, je vous recommande, si vous le voulez bien, d’en connaître un peu plus sur leur histoire, en vous y associant  à la mémoire d’un enfant martyr,

Connaître son vécu, sa vie d’enfant durant cette longue période qui a vu nombre de nos frères, sœurs et parents avant qu’ils ne  soient déporté. J’ai eu dans ma famille un grand-père déporté.  Yacov qu’il repose en paix.

A Suivre...

Partager cet article

Repost 0
Published by Camus - dans littérature
commenter cet article

commentaires

albert 29/03/2009 21:21

Plus je réécoute RAHEM dans ses divers clips, je frissons toujours. L'émotion envahit mes tripes.
Ce sujet m'a bien été inspiré comme vous l'avez devine par cette idée lancée il y a un an environ par le Monsieur le Président Sarkozy et qui a soulevé qqs remous dans la classe politique.

Camus 30/03/2009 16:00


La musique nous tient. C'est pour cela que j'ai réedité RAHEM. Tu as été si bien inspiré, Albert.


albert 27/03/2009 21:21

Merci Camus de publie ce modeste écrit.
Je découvre ton nouveau blog.
Mazel Tov.
R.M.

Camus 28/03/2009 17:34


J'aime ce que tu écris, mon ami.
Ce récit est émouvant et cette musique...
un  délire. 
Merci Albert.